Alexandre Dumas fils

1
2
3
4
5



+ d’infos

Prochainement à l’affiche

La dame aux camélias jusqu'à 29% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Les Gémeaux - Scène Nationale de Sceaux Sceaux | du 11 au 21 octobre 2018 | Durée : 2h45 environ
CLASSIQUE, Sélection Evénement
RESERVER

À partir de 31,50 € , 22,50 € pour les adhérents

Diane de Lys

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Gymnase Marie Bell Paris | le 19 novembre 2018
CLASSIQUE
RESERVER

À partir de 11 €

 

Anciennement à l’affiche

La dame aux camélias

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Bouffon Théâtre Paris | du 27 avril au 26 juin 2010 | Durée : 1h30
CLASSIQUE

Spectacle terminé depuis le 26 juin 2010

 

Alexandre Dumas fils

Alexandre Dumas fils (1824-1895) : " Un Dumas respectable "

Auteur d’un des plus grands triomphes théâtraux du XIXème siècle, " La Dame aux camélias ", Dumas fils est un écrivain à succès comme son père. A part cela, tout les sépare. Fils légitimé d’Alexandre Dumas et de sa maîtresse Laure Labay, Alexandre junior est déchiré pendant toute son enfance et son adolescence entre ses deux parents, brouillés de longue date. Parvenu à l’âge adulte, Dumas fils noue avec son père des relations complexes, mêlant complicité dans la vie brillante et galante des cercles littéraires parisiens et répulsion du fils envers le mode de vie dissolu de son père : ce dernier est prodigue, Dumas fils épargnera consciencieusement; l’auteur de " Monte-Cristo " est débauché, son fils se fera moraliste; Dumas père demeure toute sa vie, à force d’excentricités et de " mauvais goût ", en marge de la bonne société, Dumas fils entrera à l’Académie française... Là où le grand Dumas faisait oeuvre d’imagination, son fils -tout en vouant à l’oeuvre paternelle une admiration profonde- se veut écrivain réaliste, psychologique et social. En réaliste il s’efforce de peindre le monde tel qu’il le voit. Son coup d’essai est un coup de maître, puisqu’en 1848 il publie le roman " La Dame aux camélias ". Dès ce jour, l’auteur, qui a 24 ans, n’a plus rien à envier à la renommée de son père. Ce dernier, loin d’être jaloux d’un tel succès, s’en réjouit plus que tout autre, appelant son fils son " meilleur ouvrage ". Au cours des trois années suivantes, et pour calmer ses créanciers, Dumas fils écrit une dizaine de romans: Le docteur Servand (1849), Césarine (1849), Tristan Le Roux (1850), Le régent Mustel (1850), Diane de Lys (1851), etc. Un des familiers de son père l’invite à se tourner vers le théâtre. Il suit ce conseil: rapidement il convertit en comédie de moeurs sa fameuse Dame aux camélias. C’est un triomphe (1852). Dès ce jour le dramaturge éclipse totalement le romancier (Dumas ne revient au roman qu’une seule fois, en 1866, avec L’Affaire Clémenceau). En faisant subir l’année suivante (1853) le même traitement à Diane de Lys, il connaît un nouveau triomphe. Faisant plus que jamais oeuvre de réaliste, il fait jouer successivement Le Demi-Monde (1855), La Question d’argent (1857), Le Fils naturel (1858), Un père prodigue (1859). Dans ces comédies se fait jour la tendance à moraliser dont il abusera plus tard. En 1860, une maladie causée par l’excès de travail entrave sa carrière. C’est seulement en 1864 qu’il peut reprendre la plume pour nous donner L’Ami des femmes (1864). Se dégageant de l’influence de Scribe, il invente alors ce qu’on peut appeler le théâtre de doctrine. En bon disciple de Diderot, il soutient que le théâtre doit avant tout être utile. Toute pièce devient ainsi une thèse, l’intrigue une démonstration, et les personnages des porte-parole de l’auteur. Ce théâtre, dont le premier modèle est Les Idées de Madame Aubray (1867), comprend un certain nombre de pièces qui provoquent souvent plus de scandale que d’applaudissements: Une visite de noces (1871), La Femme de Claude (1873), Monsieur Alphonse (1874), L’Etrangère (1876), La Princesse de Bagdad (1882), Denise (1885), et Francillon (1887).

Peintre assurément prestigieux de la société parisienne, son théâtre fut hardi en son temps. Il est un des créateurs du théâtre contemporain: de La Dame aux camélias est sortie la comédie de moeurs. A ses oeuvres il faut ajouter Le Théâtre des autres (qui comprend les pièces qu’il écrit en collaboration avec Emile de Girardin, Pierre Corvin, Armand Durantin etc.), Entr’actes (1878) et Nouveaux Entr’actes (1890) (où se trouvent réunies la plupart de ses brochures d’actualité). Académicien depuis 1874, il meurt en 1895 laissant inachevée sa Route de Thèbes.

Avis du public : Alexandre Dumas fils

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS