Samedi détente

Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines , Montigny-le-Bretonneux

Du 06 au 07 mars 2018
Durée : 1h15

MUSIQUE & DANSE

,

Coups de coeur

,

Pièce historique

,

Théâtre musical

Comment raconter l’indicible ? Il y a 20 ans, le Rwanda sombrait dans la folie et sous les coups des machettes. Dorothée Munyaneza se souvient. Elle allait avoir 12 ans. Samedi Détente, l’émission radiophonique phare, diffusait des chansons venues d’ailleurs. Les souvenirs affleurent à l’écoute d’une chanson, à l’évocation du nom de celui ou de celle qui n’est plus. Ce spectacle leur redonne vie par la parole, la danse et le chant.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 13,50 €

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
 

Photos & vidéos

Samedi détente

De

Dorothée Munyaneza

Chorégraphie

Dorothée Munyaneza

Avec

Nadia Beugré

,

Alain Mahé

,

Dorothée Munyaneza

  • Comment raconter l’indicible ?

Comment parler du départ d’un lieu que l’on a aimé ? Comment raconter l’exode, les poux logés dans les couches de vêtements amoncelées sur les corps, les longues journées de marche, la soif et la faim, les nuits à même le sol sur une bâche ? Et comment raconter la vie d’avant ? Il y a 20 ans, le Rwanda sombrait dans la folie et sous les coups des machettes.

Dorothée Munyaneza se souvient. Elle allait avoir 12 ans. Samedi Détente, l’émission radiophonique phare, diffusait des chansons venues d’ailleurs. Le jeu des enfants du quartier ? Les apprendre par coeur, tant bien que mal, et participer le lundi suivant, dans la cour de récréation, à la compétition de la meilleure performance. Puis tout a basculé… Instants de paix avant la guerre, de vie avant la mort, de rire avant les larmes. Les souvenirs affleurent à l’écoute d’une chanson, à l’évocation du nom de celui ou de celle qui n’est plus. C’était il y a 20 ans. Samedi Détente leur redonne vie par la parole, la danse et le chant.

Par la Compagnie Kadidi.

  • Evoquer la fuite

Rwanda, 20 ans plus tard.

Dorothée Munyaneza invente aujourd’hui la danse des corps rescapés. Une aisance. Une poésie d’être. Un flottement d’enfance. Chaque fois que l’on a pu voir en scène Dorothée Munyaneza, qu’elle danse pour d’autres, ou qu’elle chante, d’une voix à la fois profonde et légère, il semble que l’air se soit amplifié d’une intensité particulière. Mystère de la présence, où se tait ici une blessure profonde, nommée Rwanda. La jeunesse de Dorothée Munyaneza y a rencontré l’horreur du génocide. Vingt ans plus tard, pouvoir aujourd’hui raconter cela, évoquer la fuite « sur les routes parsemées de corps, de sang et de silence », sans s’abandonner pour autant au seul pathos du témoignage. Mais redonner vie aux disparus, aux souvenirs d’avant, comme cette émission de radio, Samedi Détente, qui diffusait des musiques venues d’ailleurs sur lesquelles les gens chantaient et dansaient. Autour de Dorothée, pour ce périple au coeur de la mémoire, le compo - siteur et improvisateur Alain Mahé, grand sculpteur d’espaces sonores, et la danseuse ivoirienne Nadia Beugré : « Notre danse sera la danse des corps animés, rescapés ». Vivante, face à ce qui ne peut s’oublier.

Jean-Marc Adolphe

Avis du public : Samedi détente

1 Avis

1 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(1)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Corine K. 01 février 2015

    samedi détente excellent très émouvant »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?
  • Spectacles consultés récemment