Père

Comédie-Française - Salle Richelieu , Paris

Du 07 octobre au 04 décembre 2016
Durée : 1h55

CLASSIQUE

Vingt­-quatre ans que Père de Strindberg n’a pas été donné à la Comédie-Française. Arnaud Desplechin met en scène ce huis clos infernal avec la troupe du Français.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 04 décembre 2016

 

Photos & vidéos

Père

De

August Strindberg

Mise en scène

Arnaud Desplechin

Avec

Martine Chevallier

,

Claire de La Rüe du Can

,

Thierry Hancisse

,

Anne Kessler

,

Pierre Louis-Calixte

,

Claude Mathieu

,

Alexandre Pavloff

,

Michel Vuillermoz

  • Un cinéaste au théâtre

Vingt-quatre ans que Père de Strindberg n’a pas été donné à la Comédie-Française, depuis son entrée au répertoire signée de Patrice Kerbrat dont se souvient le réalisateur Arnaud Desplechin. S’il crée ici sa première mise en scène au théâtre, Père est une œuvre qui l’accompagne depuis longtemps. Très marqué par l’interprétation du Capitaine par Jean-­Luc Boutté en 1991, cette pièce fait partie de ces pépites théâtrales dont il s’alimente avant d’aborder l’écriture d’un film.

Moins souvent représenté que Mademoiselle Julie ou La Danse de mort, le huis clos infernal qu’est Père illustre magnifiquement, à travers un couple dont la déchirure initiale vient de l’éducation de sa fille, ce que Strindberg décrit comme « cette guerre rangée que se livrent perpétuellement les hommes en tant qu’individus : la lutte des cerveaux ».

Pour en donner sa vision en forme d’hommage, Arnaud Desplechin retrouve la Troupe avec laquelle il entretient un véritable compagnonnage, amorcé en 1996 avec Denis Podalydès et Michel Vuillermoz qu’il fait jouer dans Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle) et poursuivi presque vingt ans plus tard lorsqu’il réalise pour la Comédie-Française La Forêt, adaptation cinématographique de la pièce d’Alexandre Ostrovski.

  • La presse

« Strindberg ressemble à s'y méprendre à ce capitaine qu'interprète avec une résignation épuisée Michel Vuillermoz, qui trouve là un de ses rôles les plus bouleversants. (...) Arnaud Desplechin met en scène avec une douceur lumineuse ce renoncement aux chagrins. Il semble aimer, écouter, regarder au plus intime et comme en perpétuels gros plans ses personnages ; leurs faiblesses, leur désarroi, leurs illusions, leurs colères. (...) Oui, théâtre et cinéma peuvent pour le meilleur s'épouser. » Fabienne Pascaud, Télérama, 5 octobre 2015

« Arnaud Desplechin montre comment théâtre et cinéma peuvent aller main dans la main, et s’offrir l’un à l’autre en cadeau. Son spectacle est magnifique. Il rend hommage à la fois à August Strindberg, à Ingmar Bergman et aux acteurs. » Brigitte Salino, Le Monde

  • L'histoire

La mésentente du Capitaine et de sa femme Laura se cristallise autour de l’éducation et de l’avenir de leur fille Bertha. Le Capitaine, savant et athée, veut lui donner une éducation laïque ; Laura veut l’élever selon ses propres convictions religieuses. Le Capitaine veut l’envoyer à la ville pour devenir institutrice ; Laura veut la garder près d’elle et lui faire étudier la peinture. Engagé dans une lutte d’autorité avec sa femme, le Capitaine questionne sa légitimité. Un doute s’installe alors en lui : comment être sûr qu’il est le père de Bertha ?

Ce doute, alimenté par le comportement de Laura, le ronge jusqu’à le faire sombrer lentement dans la folie. L’amour demeure pourtant dans cette lutte à huis clos, sous une forme violente, dans un maelström de sentiments, comme une hallucination cauchemardesque.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Père

16 Notes

19 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(6)

Très bon


(5)

Bon


(2)

Pas mal


(2)

Peut mieux faire


(1)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Claude S. (1 avis) 29 octobre 2015

Pere Trés agréable piéce trés bien portée par M.Vuillermoz avec , comme toujours au français des costumes ,des décors et des lumiéres de trés bonne facture . Seule Laura est un peu trop larmoyante , ce qui gache parfois le dialogue avec le capitaine.
1
0
1
2
3
4
5
Par

Liliana L. (3 avis) 29 octobre 2015

Père Cynique et splendide, " je t'aime moi non" porté par Michel Vuillermoz, formidable acteur si fort et si fragile. Les femmes, distillent leur venin surtout Laura les autres maternantes à l'excès, elles qui gagnent par leur bêtise finalement. On regrettera simplement une Anne Kessler qui pleurniche son texte en fin de spectacle, un peu irritant. »
1
0
1
2
3
4
5
Par

spiro (4 avis) 05 décembre 2016

Tres bon spectacle
0
0
1
2
3
4
5
Par

Claude O. (33 avis) 28 novembre 2016

mise en scène ? honnête, mais la mise en scène ne m'a pas convaincu.
0
0
1
2
3
4
5
Par

Jean-Paul L. (1 avis) 05 novembre 2016

père Très bone pièce.Mise en scène pertinente. Quelques seconds rôles un peu limites...(le pasteur, le soldat par ex.)
0
0
1
2
3
4
5
Par

Valerie F. (1 avis) 27 décembre 2015

Valerie R Effectivement, il était souvent difficile d'apprécier le texte, car la voix de certains acteurs étaient peu audible ce qui gâche tout, quel dommage !
0
0
1
2
3
4
5
Par

Marie P. (2 avis) 23 décembre 2015

Magnifique sur tout les points acteurs décor lumière ....
0
0
1
2
3
4
5
Par

Julien F. (5 avis) 17 décembre 2015

Grand plaisir Mise en scène classique et modeste tout à fait remarquable. Acteurs subtils. Texte magnifique.
0
0
1
2
3
4
5
Par

Yaro B. (1 avis) 14 décembre 2015

Cris et chuchotements Quand on joue dans une grande salle, mieux vaut parler fort et sans accent étranger. C'est vraiment dommage car le texte est intéressant, le jeu très bon et les costumes soignés.
0
0
1
2
3
4
5
Par

Patricia M. (1 avis) 12 décembre 2015

Excellente performance. Bravo à tous les acteurs/actrices !
0
0
+ d'avis

Spectacles consultés récemment