Interim pour une vie

Laurette Théâtre , Paris

Du 04 au 27 février 2009
Durée : 1h15

COMEDIE & BOULEVARD

Ecrite par Marc Ledocq, cette pièce a pour base le conflit femme-mari-maîtresse d'un côté et théâtre-télévision de l'autre. Quatre personnages, à cour, dans le cadre d'un grand appartement parisien, et un cinquième, à jardin, “La Spectatrice”... depuis son propre espace, elle vit ces péripéties en temps réel, comme le public, elle pleure, rit, réagit et nous offre ses commentaires. Maîtresse de la télécommande, elle peut également changer le cours de la pièce quand elle le souhaite.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 27 février 2009

 

Interim pour une vie

De

Marc Le dock

Mise en scène

Laetitia Cappoen

,

Sophia Madar

Avec

Laetitia Cappoen

,

Thibaut Gonzalez

,

Cyril Guenneteau

,

Agnès Pichois

,

Anne Vaillant

  • La pièce

Une pièce au théâtre : Du rêve ! Du sexe ! De l'argent ! .... De l'amour ??? En équilibre entre le boulevard et le contemporain décalé, Interim pour une vie est une création de la compagnie “Vue des coulisses”.

Ecrite par Marc Ledocq, cette pièce a pour base le conflit femme-mari-maîtresse d'un côté et théâtre-télévision de l'autre. Quatre personnages, à cour, dans le cadre d'un grand appartement parisien, et un cinquième, à jardin, “La Spectatrice”.

Marie Hélène est avocate. Henry est un homme d'affaires qui partage son temps entre New-York et Paris. Vincent, leur fils est un jeune chercheur stagiaire dans un laboratoire.

H enry décide de faire venir, Melody, une intérimaire de son bureau de New-York pour l'aider sur un gros dossier. En réalité, il est sous le charme de la jeune femme, et compte tout faire pour qu'elle finisse dans son lit. C'est sans compter sur l'ambition de la demoiselle à qui le rôle de la maîtresse, ne suffit pas. Elle veut tout, et compte bien arriver à ses fins.

La spectatrice depuis son propre espace, vit ces péripéties en temps réel, comme le public, elle pleure, rit, réagit et nous offre ses commentaires. Maîtresse de la télécommande, elle peut également changer le cours de la pièce quand elle le souhaite.

  • La Note de l'Auteur

«  Ecrire une histoire, c’est vouloir faire passer un message. Les personnages s’en trouvent souvent figés parce que l’intrigue ne leur laisse pas suffisamment de place pour exprimer leurs différences. Mon message, ce serait ma fascination pour la séduction, mais plus encore, la transformation qu’elle opère sur l’être séduit.

Pendant que l’histoire prenait forme et aux divers stades de son évolution, je me suis fait surprendre par les paroles des uns et des autres et chaque personnage a, inconsciemment, dicté mon écriture.

Me rappelant, tantôt, qu’ils ne souhaitaient pas être ainsi, tantôt, qu’ils ne voulaient pas agir comme cela, ils m’ont imposé leur manière de réagir à la séduction. Ils se sont amusés, à me faire comprendre leurs contradictions et les miennes pour m’amener au ton qui correspondait à leurs sensibilités. Chacun réagit différemment face à ce pouvoir mais tout le monde y succombe un jour. »

Marc Le dock.

  • La note de mise en scène

Cette pièce est un spectacle “deux-en-un” ... Deux espaces. Deux atmosphères. Deux histoires. Deux fils conducteurs. Deux théâtres : le boulevard et le contemporain décalé.

Le boulevard :

Quatre personnages une manipulatrice, qui séduit le patron et le fils sous les yeux de la femme ébahie. Une histoire de patron et de secrétaire, de femme jalouse et de fils soumis. Un jeu axé sur certains clichés télévisés mais qui reste théâtral. Ils évoluent dans un décor qui se veut "chic et moderne" mais criard: la richesse s'étale...

Le contemporain décalé :

Une femme, sans âge et sans nom : la “spectatrice”. Romantique et passionée, elle découvre les joies de diriger son monde. Maîtresse de la télécommande, elle s'amuse à changer le scénario et le caractère des personnages. Un jeu naturaliste, elle apostrophe le public, son partenair de jeu. Son décor est provincial, sans coquetterie, fonctionnel.

Ce sont deux décors séparés par l'ecran “TV”, invisible, qui fait le lien entre ces deux espaces. C'est une limite que seule la spectatrice peut franchir. Un autre écran, réel celui-ci, diffuse la pièce en direct, ainsi que les différents intermèdes.

  • Les intermèdes

L'atmosphère télévisuel de la pièce est accentué par : un générique, une pause publicitaire, des références aux séries d'hier et d'aujourd'hui. Pour que le spectateur ne sache plus s'il regarde une pièce à la télévison ou une série au théâtre.

Le côté volontairement décallé est mis en exergue grâce à des parenthèses, durant lesquelles, les comédiens se figent, et seule la spectatrice évolue. S'y insèrent aussi, des coupures “temps”, chorégraphiées, souvent muettes qui s'accompagnent de musiques et d'éclairages différents.

Le théâtre, la télévision, les comédiens et les acteurs, tous se croisent, tous sont liés jusqu'à la fin. Faire rire en montrant les failles de ces deux modes d'expressions, tel est l'objectif de ce spectacle.

Laetitia Cappoen.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Interim pour une vie

0 Note

1 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Maite C. (1 avis) 03 février 2009

Interim pour une vie Une comédie drole et légère sur les séries télé! de très bons comédiens. Une pièce bien écrite! J'ai passé une très bonne soirée !
0
0

Spectacles consultés récemment