Angelin Preljocaj - Blanche Neige

Parc Villette - Grande Halle, Salle Charlie Parker , Paris

Du 05 au 08 juillet 2018
Durée : 1h50

MUSIQUE & DANSE

,

Ballet

,

Conte

,

Coups de coeur

,

Familial

Angelin Preljocaj met en danse le conte des frères Grimm sur des morceaux choisis de Gustav Mahler, avec des danseurs vêtus de prodigieux costumes créés par Jean-Paul Gaultier. Un ballet envoûtant qui fait briller de mille éclats une des plus belles histoires d’amour. Magnifique. A partir de 11 ans.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 16,50 €

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
 

Photos & vidéos

Angelin Preljocaj - Blanche Neige

De

Gustav Mahler

Chorégraphie

Angelin Preljocaj

Avec

Isabelle Arnaud

,

Neal Beasley

,

Virginie Caussin

,

Gaëlle Chappaz

,

Hervé Chaussard

,

Damien Chevron

,

Baptiste Coissieu

,

Craig Dawson

,

Davide Di Pretoro

,

Sergio Diaz

,

Sébastien Durand

,

Caroline Finn

,

Céline Galli

,

Alexandre Galopin

,

Yan Giraldou

,

Natacha Grimaud

,

Emma Gustafsson

,

Ayo Jackson

,

Jean Charles Jousni

,

Emilie Lalande

,

Céline Marié

,

Lorena O’Neill

,

Bruno Péré

,

Zaratiana Randrianantenaina

,

Nagisa Shirai

,

Julien Thibault

  • Un chef-d’œuvre pour tous les publics

Après des formes abstraites, Angelin Preljocaj avait envie de « raconter une histoire » et de s’offrir une parenthèse « féérique et enchantée ». Cette version fidèle aux frères Grimm, joue sur des symboles qui appartiennent aux adultes autant qu’aux enfants. « La marâtre est sans doute le personnage central du conte », s’appuyant sur un argument connu, le chorégraphe peut alors se concentrer « sur ce que disent les corps, les énergies, l’espace ».

Avec Blanche Neige, Angelin Preljocaj réunit vingt-six danseuses et danseurs de sa compagnie pour créer un grand ballet romantique contemporain. Dans la lignée des œuvres majeures du répertoire de la danse telles que Cendrillon ou La Belle au Bois dormant, il propose de nous faire rêver autour de la légende de Blanche Neige, au cœur d’un univers chorégraphique à la fois baroque et merveilleux sur la somptueuse musique de Gustav Mahler.

Un spectacle envoûtant, d’une beauté absolue, à découvrir ou à revoir, une émotion intense à partager : un chef-d’œuvre pour tous les publics devenu un monument de la danse.

  • Conte de fées réinventé

Que de chemin parcouru depuis la création de Marché noir en 1984, déjà auréolé de succès à cette époque de tous les possibles. Angelin Preljocaj, fort de ses bonnes fréquentations de jeunesse, des chorégraphes et pédagogues Karin Waehner ou Merce Cunningham, a lié son destin à celui de la jeune danse française contemporaine qui explose dans ces années-là. Depuis, le Ballet Preljocaj est devenu une institution invitée dans le monde entier sans pour autant perdre cet appétit du studio, de la création, de l’inédit.

Preljocaj s’est risqué à tous les genres – ou presque –, abstrait, relecture de classique, duo ou grands ensembles. Chaillot avait découvert en ses murs N et ses explorations vidéo. Angelin Preljocaj s’attaque désormais à Blanche-Neige et entend réinventer le conte de fées qui a inspiré tant de classiques du XIXe siècle. « Je veux raconter l’histoire, toute l’histoire de ce conte des frères Grimm, à quelques variations près. »

Une compagnie au complet, vingt-six danseurs, et un travail en amont, véritable construction de dramaturgie musicale autour des plus belles pages des symphonies de Gustav Mahler. Une musique à fort potentiel qu’Angelin Preljocaj préconise de manipuler avec doigté. On peut lui faire confiance. Enfin, Jean-Paul Gaultier rejoindra cette distribution de haut vol, rhabillant Blanche-Neige et les siens avec cette fantaisie haute couture qui lui est chère. Cette tragédie féérique est d’ores et déjà un moment fort de la saison. Avec Angelin Preljocaj, le conte reprend corps. Et le merveilleux retrouve son âme.

Musique Gustav Mahler. Vidéo Gilles Papain. Costumes Jean-Paul Gaultier.

  • Entretien avec Angelin Preljocaj

Pourquoi Blanche Neige
J’avais très envie de raconter une histoire. Dernièrement, avec Empty moves puis Eldorado (Sonntags Abschied), j’ai conçu des pièces très abstraites et, comme souvent, j’avais le désir de prendre le contre-pied, d’écrire quelque chose de très concret et d’ouvrir une parenthèse féerique et enchantée. Pour ne pas tomber dans mes propres ornières sans doute. Et aussi parce que, comme tout le monde, j’adore les histoires.

Un ballet narratif
Blanche Neige est un ballet narratif, avec une dramaturgie. Les lieux sont représentés par les décors de Thierry Leproust. Les danseurs incarnent les personnages dans des costumes de Jean-Paul Gaultier. Ce n’est pas Le Mythe ou La Légende de Blanche Neige mais bel et bien Blanche Neige. C’est vraiment son histoire…

Raconter une histoire avec la danse
C’est délicat et c’est cela qui est passionnant. Comment faire comprendre l’histoire ?
Dans L’Anoure, j’avais choisi de faire entendre le texte de Pascal Quignard dans la bande-son. Mais avec Blanche Neige, je me repose sur un argument que tout le monde connaît, ce qui me permet de me concentrer sur ce que disent les corps, les énergies, l’espace et sur ce que les personnages ressentent et éprouvent afin de donner à voir la seule transcendance des corps. Et puis Blanche Neige contient des objets merveilleux pour l’imaginaire d’un chorégraphe.

Les symboles du conte
Je suis fidèle à la version des frères Grimm, à quelques variations personnelles près, fondées sur mon analyse des symboles du conte. Bettelheim décrit Blanche Neige comme le lieu d’un Œdipe inversé. La marâtre est sans doute le personnage central du conte. C’est elle aussi que j’interroge à travers sa volonté narcissique de ne pas renoncer à la séduction et à sa place de femme, quitte à sacrifier sa belle-fille. L’intelligence des symboles appartient aux adultes autant qu’aux enfants, elle parle à tous et c’est pour cela que j’aime les contes.

Un ballet contemporain et romantique
Ce ballet revêt une importance particulière pour moi - et je revendique le terme de « ballet » - puisqu’il réunira les 26 danseurs de la compagnie. Ils danseront sur les symphonies de Mahler dont les débordements magnifiques sont d’essence romantique. Historiquement, les contes de Grimm le sont aussi, même si leur style épuré nous ramène à une forme de contemporanéité. C’est une entreprise délicate que de chercher à émouvoir. La musique de Mahler est à manipuler avec une immense précaution mais c’est aujourd’hui un risque que j’ai envie de prendre.

Angelin Preljocaj, Entretien avec Agnès Freschel
Mars 2008

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Angelin Preljocaj - Blanche Neige

1 Note

2 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(1)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Maryse R. (1 avis) 28 décembre 2014

blanche neige formidable ;très inventif ;une grâce infinie des danseurs qui évoluent avec la légèreté d'une plume !des moments à couper le souffle : mur des nains,duo avec Blanche Neige inconsciente...une très juste appropriation de la musique de Mahler ; bref que du bonheur ! bravo les artistes !!!!!!
0
0
1
2
3
4
5
Par

Céline N. (1 avis) 14 octobre 2008

Blanche Neige Je n'étais pas forcément fan de danse contemporaine, je suis allée voir ce spectacle par curiosité. Quelle surprise. Ce spectacle et prenant du début jusqu'à la fin (même placé loin dans la salle), les pas et gestes sont tous réglés au millimètre mais jamais sans grâce, les costumes sont magnifiques, les chorégraphies sont plus qu'esthétiques et les décors somptueux. On frissonne, on verse une larme, bref, on revit le conte de Blanche-Neige avec certes plus de maturité mais pas moins d'enchantement.
0
0

Spectacles consultés récemment