Prochainement à l’affiche

Celui qui transporte les œufs ne se bagarre pas jusqu'à 30% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Le Tarmac Paris | le 07 décembre 2017 | Durée : 1 heure
MUSIQUE & DANSE, Musique du monde
RESERVER

À partir de 16,50 €

 

Anciennement à l’affiche

Tricollectif - Harvest / Fantazio & Théo Ceccaldi (Banlieues bleues)

1
2
3
4
5
  • 0 avis
La Dynamo de Banlieues Bleues Pantin | le 22 mars 2017
MUSIQUE & DANSE, Concert, Festival Banlieues Bleues, Jazz, blues & gospel

Spectacle terminé depuis le 22 mars 2017

 

Roberto Negro

S’il est né à Turin de parents italiens c’est à Kinshasa, au Zaïre, dans un milieu francophone, que Roberto Negro a grandi et fait ses premières expériences musicales.

Diplomé en Jazz au CRR de Chambéry, il débarque à Paris en 2008 et prend quelques cours avec Marc Ducret, Denis Badault, Benoit Delbecq puis s’inscrit une année au Centre de musique Didier Lockwood où il obtient un Prix de Composition.

Multipliant les collaborations interdisciplinaires, Roberto flirte avec le théâtre, la poésie ou encore la chanson théâtrale, avec le trio BUFFLE ! — dans lequel il co-écrit et joue avec Xavier Machault et Pierre Dodet. Il participe surtout en 2011 à la création du collectif de musiciens «  TRICOLLECTIF » qui dés lors constituera le cadre de la majeure partie de ses créations. Il fonde le quartet La Scala avec Théo Ceccaldi au violon, Valentin Ceccaldi au violoncelle et Adrien Chennebault à la batterie, tous membres du collectif, puis en 2012 il compose Loving Suite pour Birdy So, sorte d'opéra miniature pour quintet à cordes et chant, avec Elise Caron, développant aux confins de la chanson, de la musique improvisée et de la tradition classique resongée, une délicieuse variation cinématique autour du sentiment amoureux.

Plus que jamais avide de rencontres, de renouvellement et d’expérimentations idiomatiques transgenres, Roberto Negro mène de front aujourd’hui une multitude de projets. Son tout nouveau trio Dadada, avec Emile Parisien et Michele Rabbia, enregistre en 2017 pour Label Bleu. Citons aussi Garibaldi Plop, avec Sylvain Darrifourcq et Valentin Ceccaldi, le quartet Kimono avec Christophe Monniot ; son duo avec Emile Parisien Les Métanuits — adaptation malicieuse pour saxophone et piano du premier quatuor à cordes de György Ligeti ; son duo avec Théo Ceccaldi intitulé Danse de Salon.

Il collabore depuis deux ans avec la compagnie théâtrale Les Veilleurs portée par la metteuse en scène Emilie Le Roux.

Son jeu polyvalent le porte à s'exprimer aux côtés de divers musiciens tels que Michel Portal, Louis Sclavis, Daniel Humair, Laurent Dehors, Franck Vaillant, Andy Emler, Joce Mienniel, David Enhco, Luis Vicente ou encore Nicolas Crosse et Eric-Maria Couturier de l’Ensemble Inter-Contemporain.

En 2016, il est l'un des artistes « révélations » de Jazz magazine.

Avis du public : Roberto Negro

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS