Kazem Shahryari

1
2
3
4
5



+ d’infos

Anciennement à l’affiche

Territoires exilés Tara-B

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Théâtre-Studio à Alfortville Alfortville | du 27 mai au 01 juin 2019 | Durée : 1h30
CONTEMPORAIN, Pièce d'actualité

Spectacle terminé depuis le 01 juin 2019

 

Kazem Shahryari

En bref
Dernières mises en scène
Auteur
Biographie

  • En bref

Poète, dramaturge et metteur en scène, directeur artistique de l'Art Studio Théâtre, directeur de publication des Collections Théâtre de 5 Continents, Créatio/Réel (Editions L'Harmattan)

Diplômé des Etudes Supérieures de Théâtre à la Faculté des Arts Dramatiques de l'Université de Téhéran (dramaturgie et mise en scène) où il a rencontré et travaillé sous la direction d'hommes de théâtre (E. Ionesco, Sir L-Olivier, Grotowski, M. Marceau, Otpaldat…) Membre fondateur du CERCLE (centre de recherche, système Stanislavski et les Ecoles d'acteurs (Brecht, Grotowski, théâtre chinois…).

Ses activités théâtrales et poétiques l'ont contraint à l'exil. Arrivé en France en 1983, il a aussitôt continué ses activités artistiques en passant d'abord un DEA d'Etudes théâtrales (Sorbonne Paris III). Aujourd'hui, il est naturalisé français. Il a obtenu le Premier Prix du Festival International de Poésie d'Oradea (Roumanie 1999) comme poète de langue française. 

Haut de page

  • Dernières mises en scène

Une poignée de sable de J. Przezdiecki 
Le secret de Shouane de Kazem Shahryari 
Chantier inédit d'Anton Tchekhov pour une demande en mariage d'après Anton Tchekhov de Kazem Shahryari
Lethal Romance - Mortelle Rapsodie de Jocelyne Sauvard, à l'Art Studio Théâtre
Au revoir et bonjour Monsieur Brecht - Pâle comme la lune de Kazem Shahryari
Départ et arrivée de Kazem Shahryari et Dermot Bolger
Terre Secrète d'après Boss Grady’s Boys de Sebastian Barry
Couleurs de femmes de Kazem Shahryari

Haut de page

  • Auteur

Aller/Retour ("Théâtre des 5 continents"), 92 p. Harmattan
Le Voyage l'Emporte (Poésie, "Poètes des 5 continents"), 124 p.
Sans la Voie Lactée ("Théâtre des 5 continents"), 125 p.
Parle-Moi du Soleil et des Oliviers ("Théâtre des 5 continents"), 107 p.
Les Cendres de l'Amour (Poésie, "Poètes des 5 continents"), 101 p. 
Le Secret de Shouane ("Théâtre des 5 continents"), 68 p.
L'Avenir en Feu (Poésie, "Poètes des 5 continents"), 160 p.
Au revoir et bonjour Monsieur Brecht - Pâle comme la lune ("Théâtre des 5 continents"), 95 p.
Couleurs de femmes : L’été, Théâtre, aux éditions L’Harmattan
Mémoire Nue, Poésie, aux éditions L’Harmattan
Portrait Dramatique - L’Utopie dans le Théâtre Contemporain 6 Théâtre Jean-Vilar 30 ans, Essai, aux éditions L’Harmattan
Passion, Poésie, aux éditions L’Harmattan

Ateliers de création : il mène plusieurs actions dans toute la région parisienne avec la DRAC Ile de France, le Ministère de l'Education Nationale, la Maison des Ecrivains, et des comités culturels d’entreprise. Publication de 2 recueils de poésie Symphonie du désordre, Personne à qui le dire (juin 2000), Juin 2001 création d'un opéra Eclipse inachevée...

Haut de page

  • Biographie

Est né en Iran, dans la région montagneuse de Kermanshah. A 16 ans, c’est le choc. Passionné de littérature, il vient d’écrire un petit poème en hommage à la poétesse Forough Farrokhzad, quand il est arrêté et passé à tabac par la Savak. C’est une révélation : il se sent fort comme Hercule seul face à cette dizaine de policiers qui essaient de le persuader qu’il a un plan contre le Shah. Quelle histoire pour un petit poème ! Shahryari prend conscience du pouvoir des mots.

C’est l’entrée en politique, l’entrée en résistance, un combat, où la connaissance apparaît comme une arme essentielle. Le jeune Shahryari lit beaucoup, les classiques et aussi les livres interdits - la plupart des livres philosophiques et politiques le sont. Ils circulent sous le manteau. Leur petit format et leur impression sur du papier cigarette en facilitent la diffusion. On lit les livres vite, de façon efficace, pour être capable d’en faire partager la substantifique moelle aux autres. C’est une discipline et une rigueur de tous les instants.

Après le lycée, il intègre la Faculté des Arts Dramatiques de l’Université de Téhéran. Calquée sur le modèle britannique, ce n’est pas le pire des vestiges du colonialisme. La formation est solide. Histoire du théâtre et analyse systématique des grands auteurs de théâtre, d’Eschyle à Brecht en passant par Shakespeare bien entendu… Avant de faire sa première mise en scène d’une œuvre sur scène, l’étudiant doit en faire plusieurs sur papier. Il doit, par écrit, dessiner tous les mouvements des personnages, les analyser, les décortiquer, les justifier… La première mise en scène de Shahryari sur papier, Don Carlos de Schiller.

Aujourd’hui le travail de Shahryari reste empreint de cette approche artisanale : il « dessine » sa mise en scène comme une miniature persane. Il dicte à l’acteur tous ses faits et gestes. Cela exige du comédien une grande disponibilité et une grande confiance : il s’abandonne, il essaie de faire le mouvement demandé très précisément en cherchant peu à peu à l’habiter, tissant ainsi la vie de son personnage. Pour Shahryari, l’acteur est celui qui « réagit », qui ne dit jamais « non » et qui essaie… Et plus il est ouvert à cette exploration, plus Shahryari le pousse à peaufiner la justesse de son personnage. Sa mise en scène, si elle est précise, n’est pas figée. Le texte lui-même peut évoluer jusqu’à la première représentation. Tout est en chantier jusqu’à la dernière minute. Il ne fait presque jamais de filage. Et cela angoisse souvent les comédiens…

En ce qui concerne sa propre formation d’acteur, Shahryari fonde avec d’autres acteurs un centre de recherche où ils expérimentent les différentes écoles du jeu de l’acteur, dont Stanislavski. Il s’y fait « plus royaliste que le roi », allant jusqu’à pousser le perfectionnisme, pour un exercice de mémoire sensorielle, à retourner compter les briques de la maison de son enfance…

Le Doyen de la Faculté a gardé d’excellents contacts à Londres où il a étudié, et fait venir à Téhéran la plupart des grands hommes de théâtre de l’époque : Eugène Ionesco, Grotowski, Sir Lawrence Olivier, Marcel Marceau, Otpaldat...

Du passage de Shahryari en ses murs, l’Université se souvient : les premières grèves et la transformation d’une salle en vraie salle de spectacles. L’ambiance est électrique. Tout est prétexte à contestation mais la contestation n’est pas gratuite. Il faut être très prudent. Pour une caricature du Shah sur le mur d’une des salles de répétitions, plusieurs des camarades de Shahryari passeront neuf ans en prison ! On vit sur le fil du rasoir… La Savak interpelle, arrête, torture,…
Shahryari et ses amis utilisent leur seul arme : ils montent des pièces de théâtre.

En 1979, c’est la révolution… qui tourne mal. Entré en clandestinité, Shahryari est arrêté, torturé, soumis à plusieurs reprises au simulacre de fusillade. Il s’évade et organise son départ d’Iran… Le périple est long et plein de péripéties. C’est la période caméléon de Shahryari, tant il arrive à se fondre à son environnement. A Karachi, on dirait un Pakistanais : silhouette amaigrie, teint foncé, épaisse moustache, gros turban... Refoulé une première fois à Roissy, c’est finalement, après un bref séjour en Espagne, en franchissant les Pyrénées, que Shahryari entre en France. Dans une ville de la banlieue parisienne, il rejoint les intellectuels iraniens en exil qui tentent de s’organiser. A cette époque il vit toujours dans la clandestinité.

Son retour en Iran est impossible. Il y est condamné à mort. Sa santé est défaillante. La résistance a du mal à s’organiser. Accompagné par une amie franco-persane qui lui sert d’interprète, Shahryari se rend un beau jour au commissariat du 14ème et demande l’asile politique. Pris en charge par l’Association France Terre d’Asile, il est soigné à l’Hôpital de la Pitié Salpetrière, avant de se retrouver dans un foyer Sonacotra à Saint-Gratien. Et c’est là qu’il reçoit ses premiers cours de français « Je m’appelle Kazem et toi… »

Un peu plus tard, il loue une petite chambre près du jardin des plantes. C’est l’époque des vaches maigres… Shahryari est engagé comme réceptionniste de nuit dans un hôtel. Le premier soir, le patron est mécontent de le voir débarquer avec une valise. Il s’imagine qu’il a amené ses effets personnels pour dormir ! Il est surpris de le voir sortir de sa valise des livres, des dictionnaires et le Bescherelle conjugaison. Car Shahryari, du jour où il a décidé de rester en France, s’est mis très sérieusement à l’apprentissage du français. Sur la porte de sa chambre de bonnes, il a installé une petite pancarte indiquant les heures auxquelles il reçoit ses amis, ¼ d’heure, pas plus, à l’heure du thé. Le reste du temps, il travaille avec acharnement. Il est deux livres français qu’il affectionne particulièrement depuis sa jeunesse : Jean-Christophe de Romain Rolland et Le Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry, qu’il connaît presque par cœur en persan. Il s’en procure la version française… et grâce à sa volonté et son amour de la littérature, progresse rapidement. Très vite (1986) il passe son DEA d'Etudes théâtrales (Sorbonne Paris III).

Dans les métiers du théâtre, il est coutume de dire qu’il vaut mieux ne pas attendre que l’on vienne nous chercher ! La maxime s’applique d’autant mieux à Shahryari qu’ici en France, il n’est l’enfant d’aucun terroir. « Nous voilà exilés en France, les Français sont gentils, ils nous font un sourire et ils pensent "Archaïques". Au bureau de l'A.N.P.E., le conseiller de l'agence me demande des certificats au sujet de mon métier, je lui fais un sourire et je pense "Prosaïque".*

Kazem souhaite rencontrer les hommes de théâtre français mais ce n’est pas facile. Le premier à lui ouvrir ses portes est un autre étranger à Paris, Andreas Voutsinas. Il est aussi une rencontre dont Shahryari garde le souvenir ébloui, celle d’Antoine Vitez…

Naturalisé français depuis, Shahryari poursuit avec ténacité son parcours de poète, de dramaturge et de metteur en scène. Il dirige aujourd’hui les Collections Théâtre des 5 Continents et Création/Réel aux Editions L'Harmattan.

Créant son propre outil de travail, il a transformé, de ses propres mains, de 1993 à 1995, un local livré brut de béton par l’OPAC de Paris dans une cité du 19ème arrondissement en une salle de spectacles. Plus qu’un simple Théâtre, l’Art Studio Théâtre est devenu une sorte de laboratoire de création dramatique dont la vocation est de s’ouvrir aux auteurs vivants et de créer des textes pour nous aider à penser notre monde. Concevant la poésie et le théâtre comme des outils pour la vie, Shahryari est un homme de terrain. Il mène des ateliers d’écriture et de théâtre pour les collégiens (et leurs parents !), les lycéens de la région parisienne, les universitaires, les enseignants et aussi dans le milieu du travail.

Dans ses aventures théâtrales, Shahryari est tour à tour dramaturge, metteur en scène, comédien, scénographe, costumier, maquilleur… mais aussi électricien ou charpentier lorsqu’il s’agit d’adapter l’espace aux besoins de la mise en scène, n’hésitant pas à déconstruire pour reconstruire un nouveau rapport entre la scène et la salle, afin de plonger le spectateur dans l’univers qu’il crée.

A l’arrivée, un « produit atypique ». On se régale d’un théâtre inventif, original, accessible à un large public et tellement vivant. De fait, l’Art Studio Théâtre attire de plus en plus la curiosité des professionnels du spectacle, et suscite l’intérêt de la presse excitée à la perspective de quitter les sentiers battus d’un certain théâtre contemporain…

* Extrait du poème Exil dans Le Voyage l’Emporte, Kazem Shahryari, collection Poésie des 5 Continents, L’Harmattan, Paris 1995

Haut de page

Avis du public : Kazem Shahryari

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS