Actuellement à l’affiche : Jerome Robbins

Hommage à Jerome Robbins

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Opéra Garnier Paris | du 29 octobre au 14 novembre 2018 | Durée : 2h20 avec un entracte
MUSIQUE & DANSE, Ballet, Sélection Danse

Spectacle complet

 

Anciennement à l’affiche

Les étés de la danse, édition 2018

1
2
3
4
5
  • 2 avis
La Seine Musicale - Grande Seine Boulogne-Billancourt | du 25 juin au 07 juillet 2018 | Durée : 2h10 avec entractes et pauses
MUSIQUE & DANSE, Ballet, Coups de coeur, Danse contemporaine, Grand spectacle, Sélection Danse, Sélection Evénement

Spectacle terminé depuis le 07 juillet 2018

 

Jerome Robbins

Jerome Robbins, danseur, chorégraphe, metteur en scène, était depuis 1993 - à la mort de Balanchine - co-directeur du New York City Ballet, avec Peter Martins.Il avait quitté ses responsabilités au NYCB en juillet 1990, mais en restait l’un des chorégraphes permanents. Il est décédé le 29 juillet 1998.

Né à New York en 1918, de parents juifs russes émigrés, il voulait devenir chimiste, mais à l’université, il se tourne vers la danse (classique, orientale, espagnole et moderne - techniques Graham et Humphrey). Il fait ses débuts de danseur en 1939 dans des comédies musicales et entre au Ballet-Theatre (1940) - le futur ABT : il y danse Fokine (Petrouchka), Massine (Capriccio espagnol). Il y réalise aussi sa première chorégraphie, Fancy Free (musique de
Leonard Bernstein) en 1944 : le dynamisme cool de ses trois marins lui vaut un succès immédiat qui le mène à Broadway et au cinéma (On the Town/Un Jour à New York, film de Stanley Donen - 1949). Dès lors, Robbins mènera de front : ballet, théâtre, comédie musicale et cinéma.

Il entre dans la troupe fondée par Lincoln Kirstein et George Balanchine en 1948 : Jerome Robbins y dansera Le Fils prodigue en 1950, Tyl Eulenspiegel en 1951 et y confirmera ses dons de chorégraphe : The Cage (1951), Afternoon of a Faun (1953), et The Concert (1956). De West Side Story (1957) à Dances at a Gathering (1969), de Fiddler on the Roof / Le Violon sur le Toit (1964) à Glass Pieces (1983), Jerome Robbins aura su apporter à la comédie musicale la précision et la rigueur du ballet, et introduire la fantaisie et l’apparente décontraction du musical dans la danse classique.

Avis du public : Jerome Robbins

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS