Francis Lemaire

1
2
3
4
5



+ d’infos

Anciennement à l’affiche

Madame Doubtfire

1
2
3
4
5
  • 1 avis
Théâtre de Paris Paris | du 03 octobre 2001 au 31 décembre 2002
HUMOUR & CAFE THEATRE

Spectacle terminé depuis le 31 décembre 2002

 

Francis Lemaire

L'inoubliable " Oeil de Perdrix " (et " Oeil de Lynx ") au côté de Michel Simon, lors de la création de Du vent dans les branches de Sassafras. L'inoubliable " Oeil de Lynx " (et " Oeil de Perdrix ") au côté de Jean Marais, lors de la reprise, une vingtaine d'années après, de ce fabuleux "western de chambre". Entre ces deux pôles magnétiques (déploiement de plumes, hache de guerre, cris de Sioux) et après, et maintenant, de merveilleuses métamorphoses : rôles multiples, marquants et variés, aussi bien à la scène qu'à la télévision, qu'il remplit jusqu'à ras bord.

C'est un bonheur de compter Francis Lemaire dans un spectacle - et pour ceux qui l'entourent et pour l'auteur, que celui-ci soit mort ou qu'il ait décidé de rester vivant, En sus de son talent de comédien, il apporte en effet, par sa présence, une santé, une gaîté tout à fait salubres. Talent de comédien, rare, nourri de sa propre sensibilité, de ses propres réflexions, mais conduit avec rigueur et servi par l'instinct le plus sûr. Ah ! Il n'est pas de ces " acteurs pensants " lesquels nous encombrent à tout instant de leurs états d'âme, des moiteurs de leur précieuse personne ! Ce n'est pas lui qui répondrait à un metteur en scène, si ce dernier lui demandait de s'asseoir dans tel fauteuil (je fus témoin de cet événement) : - " Je ne peux pas, ce mouvement n'obéit pas à mon rythme intérieur", Lui, se contente de jouer. Comme jouent les enfants, c'est-à-dire avec tout le sérieux, l'aération, le respect et l'ardeur que mettent les enfants lorsqu'ils s'adonnent à leurs jeux. Et en y apportant un métier, une conscience professionnelle qu'accompagnent naturellement les vertus d'humilité.

Oui, cher Francis, vous êtes l'honneur de la profession, l'honneur de Verviers (vous y êtes né, parait-il), l'honneur des planches, l'honneur des cintres. L’honneur des presbytères (vous en habitez un paraît-il), de vos pairs, l'honneur de votre mère.

J'ai bien l'honneur !

René De OBALDIA de l'Académie Française

Avis du public : Francis Lemaire

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS