Prochainement à l’affiche

Baie des anges jusqu'à 3% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Théâtre du Rond-Point Paris | du 02 au 27 juin 2021
CONTEMPORAIN
RESERVER

À partir de 32,50 € , 31,50 € pour les adhérents

 

Anciennement à l’affiche

On n'arrête pas le théâtre - Édition 2015

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Etoile du Nord Paris | du 19 au 27 juin 2015
CONTEMPORAIN, Festival

Spectacle terminé depuis le 27 juin 2015

 

Serge Valletti

Quand le chanteur du groupe pasticheur les Immondices décide de rester en scène plus longtemps que les dix minutes d’un numéro de cabaret, il écrit une longue pièce avec des copains et la joue deux fois dans une salle louée ; cela donne les Brosses : Marseille, 1969.

Serge Valletti, né en 1951, commence à faire du théâtre, pour ne plus s’arrêter. Trois autres spectacles s’ensuivent, la Vodka du diable, A fou de jouer accueilli par Antoine Bourseiller au Gymnase, Un prince sans rire. La rencontre avec Eric Eychenne autour d’une Vie de Molière confirme l’élan. Et en septembre 1973, Valletti va à Paris, avec trois amis et une valise, contenant les costumes et le texte de Miss Terre, qui sera joué dans un café-théâtre près de Pigalle.

Il retrouve alors Daniel Mesguich, diseur de poèmes dans les cabarets de Marseille qui, en pleine effervescence du jeune théâtre, l’entraîne dans sa troupe comme acteur pour une douzaine de spectacles brillants et insolents comme le Prince travesti (1974), Remembrances d’amour (1975), Hamlet (1977). Valletti revient à l’écriture avec Au-delà du Rio en 1976 et enchaîne une série de cinq duos, entre fantasme et fait divers, qu’il promène dans toute la France en compagnie de Jacqueline Darrigade : Bravo & son, Just Hamlet, Œuf de lynch, l’Assassinat de John Fitzgerald Kennedy raconté à Aristote Onassis par Jacqueline Kennedy. Il tient en 1980 le rôle principal des Fiancés de la banlieue ouest de Louis-Charles Sirjacq, dirigé par Bruno Bayen.

Puis, seul, il construit avec caïrons et planches une toute petite scène dans une cave de la place des Vosges. Après un long tête à tête avec Malone meurt de Beckett, il décide de se montrer à découvert et s’écrit un solo. C’est l’étonnante aventure de Balle perdue, confession d’un mythomane, jouée à la lueur d’une bougie pour deux spectateurs (il n’y a que deux fauteuils) à partir de septembre 1981. Il reprend le spectacle en avril 1982, à la demande de Josyane Horville, pour inaugurer la petite salle de l’Athénée.

Valletti aborde alors un projet qui lui est cher, celui d’adapter pour le cinéma un roman de la Série Noire, le n° 412 à couverture cartonnée, Mince de pince, de Clarence Weff, c’est-à-dire son père. C’est en travaillant au film, dirigé par Jean-Louis Comolli, qu’il retrouve le goût du dialogue, et donc du théâtre à plusieurs voix. Il rédige Volcan, qui doit se jouer dans un tas de charbon au bord de la Seine, et qui se donne en représentation unique le 18 octobre 1983 sous le pont d’Austerlitz avec comme complice Monique Brun, Yves Gourvil, Jérôme Derre ; reprise en juillet 1984 au Festival d’Avignon. C’est l’époque où il écrit le Jour se lève, Léopold ! (9 personnages) et Mary’s à minuit (solo).

En 1985, il monte un nouveau solo, Renseignements généraux, au Théâtre Dejazet. Puis pendant plusieurs mois, à partir de février 1986, il dévide, dans un restaurant italien, deux fois par semaine, un soliloque dérisoire et désopilant, Au bout du comptoir, la mer. En 1987, Georges Lavaudant le distribue au TNP Villeurbanne dans le Régent de Jean-Christophe Bailly. En 1988, l’éditeur Christian Bourgois publie pour la première fois un de ses textes, le Jour se lève, Léopold ! que Chantal Morel crée, avec grand succès, au Centre Dramatique National des Alpes à Grenoble, et lui-même raconte ses Souvenirs assassins à l’Athénée. Valletti est découvert.

Il compose Saint Elvis sur une commande de Charles Tordjman (Théâtre de Chaillot, Gémier, mai 1990), passe Carton plein au metteur en scène Gabriel Monnet (Printemps des Comédiens de Montpellier, mars 1991 et Théâtre de Chaillot), imagine une pièce à jouer dans les ruines, Comme il veut ! pour Pascal Papini (Vaison-la-Romaine, juillet 1991), et réagit à l’affaire de Carpentras par le féroce Papa, mis en scène par Pierre Ascaride (Théâtre 71 Malakoff, mars 1992). En 1992, Jacques Nichet présente Domaine Ventre, au Théâtre de la Colline et Valletti s’apprête à jouer dans Figaro divorce d’Odon von Horvath ; Valletti occupe la scène, obstiné observateur, habité par des histoires et habitant du théâtre.

Depuis, il a joué dans Tonkin-Alger d’Eugène Durif, la Nuit des rois de William Shakespeare mis en scène par Charles Tordjman, Sainte Jeanne des abattoirs de Bertolt Brecht et le Tombeau de Richard G. mis en scène par Alain Milianti et a écrit Conseil municipal pour Gilbert Rouvière à Béziers, Plus d’histoires pour le Théâtre des Salins à Martigues, Si vous êtes des hommes ! pour le Théâtre Ouvert à Paris et mis en scène par Philippe Delaigue à la Comédie de Valence et au Théâtre de l’Aquarium, Au rêve de gosse pour Philippe Berling et le Centenaire du Théâtre du Peuple à Bussang dans les Vosges, Tentative d’Opérette en Dingo-Chine et Amphitryonne pour Patrick Abejean et la Compagnie des Cyranoïaques à Toulouse, Autour de Martial pour Haïm Menahem et le Théâtre de la Minoterie à Marseille, l’Argent d’après Ploutos d’Aristophane mis en scène par Gilbert Rouvière, Sixième solo pour le Théâtre de la Métaphore à Lille, Réception, Poeub, le Gamineur du Finistère et Monsieur Armand dit Garrincha mis en scène par Patrick Pineau au Petit Odéon avec Eric Elmosnino.

  • Bibliographie

Théâtre
Le Jour se lève, Léopold ! suivi de Souvenirs assassins (Bourgois, 1988) et Editions de l’Atalante en 1998.
Saint Elvis suivi de Carton plein (Bourgois, 1990)
Introduction…, Balle perdue, Renseignements généraux, Au bout du comptoir, la mer !, Mary’s à minuit, La Conférence de Brooklyn sur les galaxies dans Six solos (Bourgois, 1992)
Papa (Comp’Act, 1992)
Domaine ventre (Théâtre des Treize-vents, 1992)
Plus d’histoires, prologue pour un nouveau théâtre (in la Revue du théâtre, 1994)
L’Argent (séquences n° 3 – Revue du Théâtre National de Strasbourg, 1995)
A l’arrêt du 21 (Paroles d’Aube, 1998)
Serge Valletti, itinéraire d’auteur n° 4 (CNES La Chartreuse, 1999)
Monsieur Armant dit Garrincha suivi de Réception (l’Atalante, 2001)
Un coeur attaché sous la lune (l'Atalante, 2002)
Encore plus de gens d’ici
, Le Centre National des Écritures du Spectacle - La Charteuse & Jean Dicy éditeur
Pour Bobby (solo pour Ariane Ascaride) suivi de Autour de Martial (l'Atalante, 2004)

Romans
Pourquoi j’ai jeté ma grand-mère dans le Vieux-Port (l’Atalante, 1995)
Et puis, quand le jour s’est levé, je me suis endormie (l’Atalante, 1998)

Haut de page

Avis du public : Serge Valletti

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS