Prochainement à l’affiche

Biographie : un jeu jusqu'à 25% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Théâtre du Rond-Point Paris | du 08 mars au 03 avril 2022
COMEDIE & BOULEVARD, Comédie dramatique, Tête d'affiche
RESERVER

À partir de 42 € , 31,50 € pour les adhérents

 

Anciennement à l’affiche

Andorra

1
2
3
4
5
  • 7 avis
Théâtre Victor Hugo à Bagneux Bagneux | le 11 mars 2016 | Durée : 1h50
CONTEMPORAIN, Coups de coeur

Spectacle terminé depuis le 11 mars 2016

 

Max Frisch

Max Frisch est un écrivain et auteur dramatique. Suisse de langue allemande, il est une figure importante de l'après-guerre.

Max Frisch naît le 15 mars 1911 à Zurich. Suisse de langue allemande, Max Frisch es tjournaliste et architecte avant d'être écrivain. Un auteur très proche de nous, souvent associé à son compatriote et cadet de dix ans, Dürrenmatt, et comme lui, une figure majeure du théâtre helvétique. Il a vécu à Rome, dans le Tessin, à Berlin, New-York et Zürich, lieux souvent liés à des femmes qui ne sont pas sans point commun avec celles de son Barbe-Bleue...

En 1943 paraît J'adore ce qui me brûle, son premier roman. A sa lecture, le dramaturge Kurt Hirschfeld l'encourage à écrire une pièce. En 1944, paraît Santa Cruz, sa première pièce. En 1945, à la fin de la guerre, Frisch parcours l’Allemagne dévastée, il écrit La Muraille de Chine.

De Frisch dramaturge, on connaît surtout Monsieur Bonhomme (Biedermann) et les Incendiaires, créé en France en 1958 dans le cadre du Théâtre des Nations, régulièrement remontée dans les années suivantes, en particulier par Jean-Marie Serreau en 1960 dont cela a été un des grands succès.

On peut citer aussi Andorra, une pièce sur l'antisémitisme créée en France par Gabriel Garran en 1965, Don Juan ou l'amour de la Géométrie, Le Comte Öderland et Triptyque, la dernière pièce écrite par Frisch, mise en scène par Roger Blin en 1983.

Moins connue, la création à Zürich, en allemand puis en français de Jonas et son vétéran, palabres, version scénique de Une Suisse sans armée ? un texte engagé que Frisch avait décidé d'écrire -alors qu'il avait, à soixante-quinze ans, renoncé à l'écriture- et mis en scène par Beno Besson en 1989.

Max Frisch reçoit le Prix Georg Büchner en 1958 en raison de ses engagements civiques et artistiques. Il publie encore pièces, romans et journaux, dont deux versions de Biographie en 1967 et 1984.

La dimension autobiographique dans les textes de Frisch est une évidence, mais elle se fait sous une forme " distanciée " (faut-il y voir l'influence de Brecht ?). " J'ai parfois l'impression que l'on émerge de l'écrit comme un serpent de sa peau. C'est ça ; on ne peut pas se mettre par écrit, on ne peut que muer... " 

Frisch est un moraliste ; il se soucie des intentions, des arrière-pensées, de la bonne foi de ses personnages autant que de leurs données psychologiques. C'est un poseur de questions ; les réponses ne l'intéressent guère. A l'heure où il fait bon donner des leçons, c'est une attitude plutôt plaisante.

Parmi les romans les plus connus de Max Frisch : Homo Faber (adapté au cinéma par Volker Schlöndorff, avec Sam Shepard), J'adore ce qui me brûle, Je ne suis pas Stiller...

Il disparaît le 5 avril 1991, quelques mois seulement après son compatriote Friedrich Dürrenmatt.

Avis du public : Max Frisch

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS