Emilie Valantin

1
2
3
4
5



+ d’infos

Prochainement à l’affiche

Les Fourberies de Scapin

1
2
3
4
5
  • 2 avis
Théâtre Jean Arp Clamart | le 30 novembre 2018 | Durée : 1h20
CLASSIQUE, Coups de coeur, Marionnette
RESERVER

À partir de 15,50 €

 

Anciennement à l’affiche

Faust et usages de Faust

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Le Mouffetard - Théâtre des arts de la marionnette Paris | du 25 au 30 mars 2014 | Durée : 1h20
CONTEMPORAIN, CLASSIQUE, Expérimental, Marionnette

Spectacle terminé depuis le 30 mars 2014

 

Emilie Valantin

Née en 1940 à Lyon, Emilie Valantin utilise très tôt les marionnettes pour dire des insolences à sa mère (enseignante, musicienne et " espérantophone " ) et à son père (menuisier ébéniste, anarchiste et lecteur du Canard Enchaîné).

Après des études classiques, elle part vivre en Afrique sept ans et souscrit aux obligations d'enseignante, d'épouse et de mère de famille un certain temps.

Elle devient marionnettiste en 1973 au contact de Mireille Antoine et Robert Bordenave qui animaient un atelier à Lyon grâce à Jeunesse et Sport. Rencontre avec Jean-Guy Mourguet et Paul Fournel. Elle fonde le Théâtre du Fust à Montélimar, avec Nathalie Roques (qui depuis 1984 a sa propre compagnie : Le Jabron Rouge).

Son itinéraire d'artiste se confond ensuite avec celui de la compagnie, dans les aléas de la décentralisation théâtrale la plus modeste, en implantation à Montélimar. La conception d'un spectacle de marionnettes implique sa présence sur tous les fronts, de l'écriture à la scène avec de longs séjours à l'atelier.

Une programmation parfois prestigieuse à l'étranger et en festival jalonne ce cheminement besogneux pour redécouvrir et actualiser le métier de marionnettiste.

Grâce au soutien de la Maison des Arts de Thonon, de la Villa Gillet à Lyon et de la première scénographie de Nicolas Valantin, son fils, le spectacle en soliste La disparition de Pline (sur des textes du philosophe contemporain, Clément Rosset) reçoit le meilleur accueil dans le festival d'Avignon off en 1994. La collaboration de comédiens talentueux et convaincus, et la constitution d'un atelier performant, permettent de jouer J'ai gêné et je gênerai (avec Jean Sclavis) et Castelets en jardins l'année suivante en programmation officielle. Un an plus tard, le Fust répond à la commande du cinquantenaire, avec Un Cid, joué avec des marionnettes en glace.

La coproduction du Hebbel Theater et de Weimar, conjuguée avec le fidèle soutien de l'Espace Malraux de Chambéry permettent à nouveau de présenter en Avignon la pièce de Grabbe, Raillerie, satire, ironie et signification profonde en 1998.

Emilie Valantin est souvent associée à la formation de comédiens professionnels, Ecole National Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre (ENSATT), L’Académie Théâtrale de l’Union (Limoges), L’Atelier volant du Théâtre de la Cité (Toulouse), AFDAS.

Elle souhaite continuer à qualifier la marionnette en développant le théâtre de marionnettes dans les jardins publics et les monuments historiques, pour faire coïncider l'insertion professionnelle et la conquête de nouveaux publics.

La rénovation de la Chapelle des Carmes à Montélimar, lieu de résidence de la compagnie, au printemps 2001, lui offre enfin un formidable outil de travail et de transmission de savoir faire.

Sur la saison 2001/2002, Emilie Valantin enrichit le répertoire du théâtre du Fust, de deux créations, L’Homme Mauvais, créé au Théâtre de Vidy - Lausanne et présenté en février 2002 au Théâtre National de Chaillot, et Formation Continue (variation des Castelets) présenté en mai 2002 au Théâtre de la Commune- CDN d’Aubervilliers.

En 2003, elle associe la marionnette et la lecture : en janvier, à l’Auditorium du Louvre avec la comédienne et metteuse en scène Julie Brochen (sur des textes de l’Antiquité), puis en avril à l'initiative de la Villa Gillet de Lyon sur des textes de l'auteur suisse Robert Walser.

Après Merci pour elles, créé au Festival de Otoño de Madrid en octobre 2003, en duo avec Jean Sclavis, elle répond à une commande de l’Opéra de Lyon, Philémon et Baucis de Joseph Haydn, Opéra pour marionnettes en deux actes et un prologue, 1773 présenté en avril 2004, au Théâtre de la Renaissance de Oullins et en tournée en 2005 et 2006.

En 2005 elle présente Les Castelets du Facteur au Palais du Facteur Cheval de Hauterives et fête l'anniversaire des 30 ans du Fust au Théâtre de l'Aquarium, avec une exposition et deux spectacles, Merci pour elles et La disparition de Pline.

2008 Les Fourberies de Scapin de Molière, co-m.e.s. Jean Sclavis.

2014 Faust et usages de Faust.

Avis du public : Emilie Valantin

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS