Catherine Ringer

1
2
3
4
5



+ d’infos

Anciennement à l’affiche

Jean Paul Gaultier Fashion Freak Show

1
2
3
4
5
  • 99 avis
Folies Bergère Paris | du 21 septembre 2018 au 16 juin 2019 | Durée : 2h30 environ entracte inclus
MUSIQUE & DANSE, Biopic, Cabaret, Coups de coeur, Grand spectacle, Pour adultes, Sélection Evénement, Tête d'affiche, Trophées de la comédie musicale

Spectacle terminé depuis le 16 juin 2019

 

Catherine Ringer

Catherine Ringer est née le 18 octobre 1957 à Suresnes. Elle grandit dans un milieu artistique : le père est artiste-peintre et la mère étudie l’architecture aux Beaux-Arts.

Très tôt elle apprend à jouer de la flûte et commence à chanter en écoutant Brassens, La Callas mais aussi le Velvet Underground. Elle écrit des poèmes. A 15 ans, elle quitte le collège et s’oriente vers une carrière artistique. Durant ses années d’apprentissage, elle multiplie les expériences, se familiarise à différents arts. Sa forte personnalité, son comportement anti-conformiste mais surtout ses talents de comédienne, chanteuse et danseuse sont immédiatement repérés.

Elle fait ses premiers pas sur scène au Théâtre de Recherche Musicale de Michael Lonsdale, puis découvre la danse grâce à la danseuse et chorégraphe Marcia Moretto. On les voit d’ailleurs danser ensemble au Café de la Gare en 1976, dans un spectacle d’Armando Llamas, Silence nocturnes aux îles de fées. Cette collaboration se poursuit jusqu’en 1981 avec le spectacle Aux limites de la mer joué à Rome et à Turin, et s’arrête avec la mort prématurée de la jeune danseuse argentine.

Elle joue dans de nombreuses pièces de théâtre, notamment sur des textes de Bertolt Brecht. Elle prête également sa voix à des personnages de bandes dessinées.

Au printemps 1979, les destins de Catherine Ringer et de Fred Chichin se croisent. Fred est engagé en tant que guitariste au sein de la troupe Le fond de l’air est rock qui donne à ce moment-là une pièce situationniste de Marc’O, Flashes rouges, dont Catherine est la vedette.

Ils forment un premier groupe sous le nom de « Sprats ». Si Catherine écrit les paroles, elle n’en est pas moins musicienne : elle contribue à la composition des musiques, joue du synthétiseur, de la basse et d’autres instruments encore. L’osmose entre Catherine et Fred est si forte qu’ils optent rapidement pour une formule en duo, les différents musiciens pressentis pour les rejoindre étant souvent trop déroutés par leur éclectisme musical. En effet, Catherine et Fred se jouent des étiquettes et apprécient des styles aussi divers que le jazz, le rock, la musique sud-américaine, égyptienne, indienne, la musique classique européenne, tout en étant nourris des mélodies de David Bowie, d’Iggy Pop, de Roxy Music et des Sparks. Le nouveau nom du groupe, les “ Rita Mitsouko ”, apparaît en 1980. Il reflète ce mélange des genres : “ Rita ” fait référence à la musique latine, et « Mitsouko » signifie « mystère » en japonais.

  • Discographie

Début 1982, les Rita Mitsouko signent chez Virgin. Ils ont déjà enregistré de nombreux titres avec leurs propres moyens techniques grâce aux talents d’ingénieur du son de Fred Chichin, mais c’est avec Don’t Forget The Nite, en face B d’un maxi 45 tours, qu’ils retiennent l’attention des programmateurs de radio. Ils passent pour la première fois à l’Olympia en juillet 1982 et enchaînent par une tournée européenne.

C’est en avril 1984 que sort le premier album, Rita Mitsouko, avec des titres tels que Jalousie, La Fille venue du froid et surtout Marcia Baila, chanson qui, reprise en single, fait la renommée du groupe. Une vidéo tournée par Philippe Gautier contribue à les faire connaître en dehors de nos frontières.

En septembre 1986, après une seconde tournée internationale, sort l’album Les Rita Mitsouko présentent The No Comprendo qui apporte la consécration au groupe. Il est produit par le légendaire Tony Visconti, producteur de Bowie. On y retrouve des titres tels que C’est comme ça, Les Histoires d’A, Andy… Il devient vite l’album rock de référence (Grand Prix de l’Académie Charles Cros 1987, « meilleur album » aux Victoires de la Musique 1987). Le morceau Nuit d’Ivresse, chanson du film éponyme de Josiane Balasko est en fait une commande. Ce disque s’avère une véritable mine de chansons intemporelles qui inspireront de nombreux réalisateurs de cinéma.

Le troisième album Marc et Robert sort en novembre 1988. On y découvre le titre le Petit train, inspiré d’une ritournelle d’André Claveau. Un clip est réalisé par Jean Achache d’après un scénario de Catherine Ringer.

Catherine et Fred qui possèdent désormais un nouveau studio 24 pistes décident de créer un album de remixes destiné aux DJ. Le Re(mixes) sort en octobre 1990. Pour l’occasion, les Rita se produisent à la Cigale en décembre 1990. Forts de leur succès, ils y restent deux mois. Le concept est novateur : la scène devient un studio d’enregistrement. Le son est excellent, ce qui permet à l’ingénieur du son de faire les réglages sur la scène même.

Pour Système D, les Rita s’installent au Maroc. L’album sort en novembre 1993. Il est l’occasion d’essayer de nouvelles sonorités avec les Amants, Godfather of Soul, Y’a d’la haine. Deux tournées s’enchaînent. Catherine et Fred participent à de nombreuses émissions de télévision. A la même époque, Xavier Coton fait une exposition qui rassemble de superbes portraits de Catherine et de Fred. En 1995, Catherine Ringer est l’invitée de l’accordéoniste Richard Galliano lors d’un concert à la Cité de la Musique à Paris. Elle y interprète des chansons de Charles Trenet, Mick Jagger et Léo Ferré. Elle a également interprété, à d’autres occasions, le répertoire d’Edith Piaf.

En octobre 1996, une proposition de M6 donne la possibilité aux Rita de sortir un premier album live : Acoustiques. Mis en boîte une nuit d’octobre à l’Opus Café, ce projet rassemble les plus grands succès des Rita en version acoustique, ainsi que des titres moins connus. L’album sort le jour de la diffusion du concert sur M6. Disque d’Or dès sa sortie, Acoustiques est un grand succès. Riches de cette nouvelle aventure, les Rita s’offrent une carte blanche à la Cité de la Musique en février 1997, avec des invités comme Blanca Li, Marianne Matheus ou Solo du groupe Assassin. En juillet, Catherine poursuit l’aventure avec Richard Galliano au Festival de Jazz d’Antibes.

Cool frénésie sort le 7 mars 2000. L’album est bien accueilli. Une seconde édition limitée sort avec un CD-Rom comprenant les clips de Cool frénésie et de Alors c’est quoi. A la même époque, ils interprètent la Sorcière et l’Inquisiteur aux Victoires de la Musique. La SACEM les récompense avec le Prix Roger Seiller du groupe français (Prix de printemps 2001) .

En janvier 2001, les Rita Mitsouko répondent à l’invitation de l’orchestre Lamoureux : entourés de leurs musiciens et accompagnés par un orchestre symphonique, sous la direction du chef d’orchestre Bruno Fontaine, ils donnent trois concerts exceptionnels au Théâtre des Champs Elysées.

Enfin, le 6 novembre, le Bestov, première compilation des Rita, est dans les bacs. On y retrouve les grands succès des Rita en version originale ainsi que des inédits. Un coffret en tirage limité contient la totalité des clips en DVD.

L'album intitulé la Femme trombone des Rita Mitsouko est sorti en septembre 2002. Variéty sort en 2007.

Après le décès de Fred Chichin, Catherine Ringer continue une carrière en solo.

Avis du public : Catherine Ringer

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS