Théâtre Nouvelle Génération

1
2
3
4
5

23 rue de Bourgogne, 69009 Lyon



Accès handicapé (sous conditions)

,

Bar



+ d’infos

Anciennement à l’affiche

Six pieds sur Terre

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Théâtre Nouvelle Génération Lyon | du 05 au 06 juin 2015 | Durée : 1h10
CONTEMPORAIN, JEUNE PUBLIC, Avec les ados, Cirque, Primaire

Spectacle terminé depuis le 06 juin 2015

 

Théâtre Nouvelle Génération

Accueil du public
Créer pour l'enfance et la jeunesse
Un centre international de création
Le TNG instrument de maillage
Le TNG et le Public

Projet artistique 2004 à 2007

  • Accueil du public

La salle est accessible aux personnes à mobilité réduite, merci de le préciser avant votre commande au 01 40 13 84 65 (pour vérification des disponibilités). Un nombre limité de fauteuils peut être accueilli uniquement en grande scène. Afin de vous accueillir dans les meilleures conditions, il est très important de nous informer au moment de votre réservation et d'arriver 30 mn avant le début du spectacle.

Un bar vous accueille 1h avant le début du spectacle.

Le retrait des places peut s'effectuer 1h avant le début du spectacle. Les représentations commencent à l’heure précise annoncée.

Le tarif enfant proposé pour ce théâtre est accessible aux moins de 18 ans.

Créer pour l'enfance et la jeunesse, ce que je fais depuis trente ans, c'est avant tout, pour moi, le moyen de garder évidemment un contact avec l'origine. Avec cette partie de nous les hommes où nous commençons à jouer pour nous approprier le Monde. Le théâtre est jeu et c'est sans doute quand on s'adresse au jeune spectateur qu'on aperçoit le mieux ce mystère de la relation entre celui qui observe et celui qui agit.

Il faut un lieu dédié à ce public, à ses spécificités de spectateur. Un tel lieu qui doit d'abord établir un territoire et un réseau de relations artistiques qui puissent développer tant pour les artistes que pour le Jeune Public le plaisir et la jubilation d'appartenir à un monde au futur antérieur.

Les artistes ne ressentent pas tous cette nécessité quasi anthropologique... Et pour moi, c'est la création qui permet le mieux d'avoir accès à cette aventure de découverte constante. Ce centre dédié à la jeunesse doit être une maison de création.

Il s'agira aussi, dans le cadre de la mission d'un directeur de Centre Dramatique National dédié aux jeunes publics, de rassembler les énergies existantes au plan international, national, régional et local pour mettre en oeuvre, de façon dialectique, cette complexe « spécificité ».

Au fil du temps, mon cheminement et mon expérience professionnelle ont élargi ma vision sur le théâtre et m'ont incité à l'ouvrir à d'autres formes d'expression artistique et à l'enrichir d'autres cultures.

Mon objectif est donc de proposer régulièrement des créations de théâtre, de musique, de danse et de cirque, de provoquer le mélange des genres, de présenter des spectacles français et internationaux de grande qualité tout en allant puiser dans les réalités des pays francophones y compris en Afrique, de même qu'au Québec.

C'est un projet ambitieux qui implique des moyens conséquents et la recherche des meilleurs collaborateurs pour répondre au défi de devenir un centre de référence pour le théâtre et la jeunesse en Europe qui puisse constamment porter le débat sur cette réalité du théâtre jeune public.

Nino d'Introna

Nino d'Introna a pris ses fonctions le 6 juillet 2004 à la direction du Centre Dramatique National de Lyon dédié aux jeunes publics. Le Théâtre Nouvelle Génération était auparavant appelé Théâtre des Jeunes années.

Joris Mathieu lui succède au 1er janvier 2015.

Haut de page

Ce qui m'intéresse dans la direction d'un CDN c'est que ce soit un artiste, un créateur qui l'assume. C'est un effet le meilleur moyen de donner une âme à un lieu de vie comme celui-là, que le directeur soit lui-même le créateur des spectacles ou qu'il fasse appel à des metteurs en scène extérieurs avec lesquels il a des affinités artistiques. Il est évident également que mon souci sera de faire tourner au maximum les créations propres du Centre Dramatique National, en facilitant le coût d'accès par exemple mais aussi en concevant dès la création des espaces scéniques qui le permettent.

Dans cette volonté de conférer au Centre Dramatique National une identité claire, plusieurs des spectacles que j'ai déjà créés dans le monde seront bien sûr accueillis au cours des prochaines saisons (Terre Promise, Pigiami...), mais j'ai aussi à cœur de créer de nouvelles œuvres adressées aux jeunes et à ceux qui les entourent.

De par mon parcours personnel, il est évident que le triangle Lyon-Genève-Turin sera l'un des axes principaux des collaborations que je mettrai en place autour de la création, de la diffusion et de la réflexion sur le spectacle jeune public. En effet comme je l’ai déjà souligné précédemment, le Théâtre Am Stram Gram de Genève, le Teatro dell'Angolo de Turin deviendront des partenaires privilégiés avec lesquels nous pourrons créer une véritable dynamique européenne, avec des échanges forts puisque, étant depuis des années à la fois créateur et comédien de ces deux structures, je serai véritablement au cœur de ce projet. Il s'agira de construire une collaboration artistique permanente, ce qui a parfois déjà été tenté (Banane bleue, Diamant), mais dans des formes trop « politiques » pour générer de véritables actes artistiques de relation.

Mon histoire avec le nouveau monde, Canada et Québec principalement, sera aussi l'occasion de renforcer ce lien international avec le meilleur du jeune public d’aujourd'hui, dans un souci d'ouverture, mais aussi de rapprochement. Une collaboration constante avec la Maison Théâtre de Montréal et son directeur Alain Grégoire pourrait élargir le triangle à un quadrilatère.

En effet que ce soit de véritables compagnies dédiées aux jeunes publics comme Les deux mondes, ou des créateurs déterminants comme Robert Lepage, ou des écoles de cirque, il s'agira de faire se rencontrer et dialoguer ces deux mondes tellement différents dans leurs approches et dans les moyens mis en œuvre.

Enfin, les relations que j'ai avec Giacomo Ravicchio, le directeur artistique du Meridiano Teatret de Copenhague, créateur de l'un des plus beaux succès de la Biennale du Théâtre Jeunes Publics Lyon 2003, seront évidemment source de projets importants avec cette partie du nord de l'Europe.

Haut de page

Une structure forte, à l'international, se doit naturellement de contribuer à son environnement immédiat, et cela d'autant plus que la Ville de Lyon est particulièrement dotée en équipements culturels d'envergure.

Comme je l'ai déjà indiqué, il faut évidemment trouver les clefs de collaborations riches de sens, et qui puissent constituer autant de passerelles entre ces différents équipements. Par exemple, collaborer avec l'Opéra National de Lyon et l’Auditorium de Lyon, non seulement sur les formes musicales en direction du jeune public, mais également pour mettre en relation des artistes singuliers, comme Robert Lepage, avec ces institutions dans le sens de notre mission.

Une collaboration avec les Subsistances pourrait nous permettre d'envisager sereinement des accueils d'auteurs en résidence, avec même la possibilité de laboratoires expérimentaux autour de l'écriture de spectacles avec des auteurs comme Fabrice Melquiot (qui travaille déjà avec l'Ensatt sur ces thèmes) ou Catherine Anne, Nathalie Papin, Joël Jouanneau, François Place, Jean-Claude Grumberg...

De la même façon, la Villa Gillet serait un lieu idéal pour permettre une réflexion sur toutes les problématiques liées à l’écriture et à la création théâtrale pour l'enfance et la jeunesse.

S'agissant de la prestigieuse Maison de la Danse, l'important effort d'ouverture aux autres arts vivants que je compte mettre en œuvre, tant dans la programmation que dans la création, permettra évidemment d'envisager ensemble, je l'espère, avec Guy Darmet des opérations conjointes d'envergure et d'expérimentations croisées.

De manière connexe, je crois également qu'il est essentiel de développer des rapports durables avec les écoles de théâtre locales comme l'Ensatt, l'Ecole de la Comédie de Saint-Etienne, ou même la classe pré-professionnelle du Conservatoire de Région de Grenoble. En effet cela permet de susciter de nouveaux acteurs ou metteurs en scène, et l'esprit du travail pendant les temps «d'école» correspond parfaitement à cet état de gestation fécond des moments de création. Cela pourrait se concrétiser, par exemple, par des concours qui permettraient aux lauréats de présenter leur spectacle au théâtre avec l'équipe du Centre Dramatique National.

Dans ce même état d'esprit, je souhaite établir des rapports avec le Centre National des Arts du Cirque de Châlons-en-Champagne, et favoriser des dynamiques de rapprochement avec l'Ecole Nationale du Cirque de Montréal comme je l'ai indiqué plus haut.

Haut de page

Outre les habituels moyens de rencontre que sont les ateliers de formation, les répétitions publiques et les débats avec les auteurs et/ou les metteurs en scène, il est indispensable que le TNG soit visible dans la cité, que son emplacement dans la ville soit comme un signal. Il conviendrait donc de repenser la signalétique du lieu ainsi que sa façade, dont l'aspect actuel, un peu « mussolinien », est peu engageant pour le public.

Il conviendrait également bien sûr de repenser le hall d'entrée de manière à prévoir un vrai espace de convivialité permettant une véritable rencontre entre spectateurs et acteurs. Un lieu vivant capable d'accueillir le public pour un repas léger ou une collation avant et après les spectacles. Un lieu où les spectateurs se sentent chez eux, à tous âges.

Ces deux transformations seraient évidemment le signe d'un nouveau projet, plus ouvert et plus intime à la fois dans la relation avec le public.

La rencontre avec les publics doit guider notre action. La rencontre avec les artistes étant le meilleur moyen d'accéder à l'art.

Haut de page

Faire du Centre Dramatique National :
· Un lieu pour se rencontrer et vivre ensemble un acte, un rituel de vie artistique.
· Un lieu où la nouvelle génération puisse se connaître et en même temps échanger et dialoguer avec des adultes à travers le théâtre, la musique, la danse, le cirque.
· Un lieu de recherche sur le langage théâtral et son évolution par rapport aux jeunes.
· Un lieu de réflexion ludique mais aussi jubilatoire pour canaliser l'énergie vitale de la nouvelle génération.
· Un lieu aménagé pour préparer au plaisir de l'échange afin que l'expérience d'aller au théâtre soit un événement.
· Un lieu animé par un personnel passionné qui saura transmettre aux spectateurs l'esprit jubilatoire d'une expérience de vie partagée.
· Un lieu guide qui puisse devenir un point de repère dans le panorama du Théâtre pour les nouvelles générations et qui soit déclencheur de débat.

La nouvelle appellation Théâtre Nouvelle Génération souligne le changement de direction, elle appelle une nouvelle génération de spectateurs et incite une nouvelle génération de créateurs à produire une nouvelle génération d’œuvres théâtrales.

Haut de page

Avis du public : Théâtre Nouvelle Génération

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS