Trompe-la-mort

1
2
3
4
5

Opéra Garnier , Paris

Du 16 mars au 05 avril 2017
Durée : 2 heures sans entracte

MUSIQUE & DANSE

,

Opéra

Pour sa première collaboration avec l’Opéra de Paris, Guy Cassiers met en scène en création mondiale un opéra de Luca Francesconi autour du personnage ambivalent de Balzac, Vautrin, alias Trompe‑la‑mort.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 133,50 €

Prix tous frais inclus


 

Photos & vidéos

Trompe-la-mort

De

Luca Francesconi

,

Luca Francesconi

Mise en scène

Guy Cassiers

Direction musicale

Susanna Mälkki

Avec

Laurent Alvaro

,

Rodolphe Briand

,

Cyrille Dubois

,

Julie Fuchs

,

Ildiko Komlosi

,

Jean-Philippe Lafont

,

Thomas Johannes Mayer

,

Laurent Naouri

,

François Piolino

,

Chiara Skerath

,

Philippe Talbot

,

Béatrice Uria-Monzon

En langue française. Surtitrage en français et en anglais. Création mondiale. Commande de l’Opéra national de Paris.

  • Opéra en deux parties (2017)

« Je suis l’auteur, tu seras le drame ; si tu ne réussis pas, c’est moi qui serai sifflé. » Trompe-la-mort (Splendeurs et misères des courtisanes, Honoré de Balzac)

Pour cette création mondiale, Luca Francesconi se saisit d’une figure tutélaire de La Comédie humaine : Vautrin, alias Jacques Collin, alias l’abbé Carlos Herrera, alias Saint‑Estève, alias… Trompe‑la‑mort. Impressionnant personnage masqué, Trompe-la-mort se révèle tout à la fois à travers des énergies latentes, impalpables, et dans des drames aux rebondissements tragiques.

Ambivalent personnage à la familiarité royale et à l’empressement maternel, cruel et amoureux, rapace et capable de dompter les fous, ce « Machiavel du bagne » qui finira chef de la police, utilise ses conquêtes pour servir un but éclatant tout en « cachant sa marche ». Épousant les événements afin de les conduire, travestissant ses moyens de parvenir, Trompe-la‑mort poursuit une implacable entreprise de subversion des strates sociales et économiques. Il n’en reste pas moins terriblement dévoué à ceux qu’il élit.

Mis en scène par Guy Cassiers pour sa première collaboration avec l’Opéra de Paris, ce tableau d’une société à trois niveaux perméables reprend à sa façon la question posée par Balzac : « Le monde n’est‑il pas un théâtre ? Le Troisième‑Dessous est la dernière cave pratiquée sous les planches de l’Opéra, pour en receler les machines, les machinistes, la rampe, les apparitions, les diables bleus que vomit l’enfer, etc. »

Avec l'Orchestre et les Choeurs de l’Opéra national de Paris.
Costumes : Tim Van Steenbergen
Dramaturgie : Erwin Jans
Chef des Choeurs : Alessandro Di Stefano

Avis du public : Trompe-la-mort

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire

Spectacles consultés récemment