Les bas-fonds

1
2
3
4
5

Les Gémeaux - Scène Nationale de Sceaux , Sceaux

Du 17 mars au 02 avril 2017
Durée : 2h30

CONTEMPORAIN

,

A ne pas manquer

,

Coups de coeur

,

Politique

,

Sélection Evénement

Eric Lacascade met en scène une troupe de comédiens énergiques et donne à voir les marginaux de Gorki à notre époque. De la soumission à la révolte, de la nostalgie d’un passé révolu à la fièvre de l’instant présent, ils mènent une bataille sauvage contre eux-mêmes et les autres.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 31,50 €,22,50 € pour les adhérents

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
 

Photos & vidéos

Les bas-fonds

De

Maxime Gorki

Mise en scène

Eric Lacascade

Avec

Pénélope Avril

,

Leslie Bernard

,

Jérôme Bidaux

,

Mohamed Bouadla

,

Laure Catherin

,

Arnaud Chéron

,

Arnaud Churin

,

Murielle Colvez

,

Alain d'Hayer

,

Christophe Grégoire

,

Stéphane Jais

,

Christelle Legroux

,

Georges Slowick

,

Gaëtan Vettier

  • Une vie à la marge

Les Bas-fonds, pièce écrite en 1902, a été créée la même année par Constantin Stanislavski au Théâtre d'Art de Moscou.

Sur fond d’une Russie révolutionnaire, Gorki décrit d’une manière très réaliste la vie d’un groupe de déclassés, d’exclus, de marginaux et de voleurs vivant à la marge de la société moscovite. D’un monde ancien en train de disparaître à un monde nouveau qui n’a pas encore vu le jour, la communauté des bas-fonds, parcelle d’humanité abandonnée, est à la dérive.

Les pires monstres y surgissent comme les plus belles chimères. Tensions, conflits, passions, chacun lutte avec l’énergie du désespoir pour sa survie et l’union de ces solitudes crée une situation explosive. Dos au mur, comment vivre ? Comment vivre quand l’abîme de la précarité, de la misère et du malheur s’ouvre chaque jour un peu plus sous nos pieds ?

En totale rupture avec la loi, sociale et morale, les personnages de Gorki tentent de rester debout et, même, de s’envisager un avenir. De la soumission à la révolte, de la nostalgie d’un passé révolu à la fièvre de l’instant présent, ils mènent une bataille sauvage contre eux-mêmes et les autres, pour rester des hommes. Ou pourquoi pas, faire advenir des hommes nouveaux.

  • La presse

« Lacascade, adaptant la traduction d’André Markowicz, en renforce la brutalité émotive en phrases rudes, dans un parler cru que quinze acteurs habitent avec un juste emportement dans une scénographie d’Emmanuel Clolus (chef-d’œuvre d’arte povera [...]) » Jean-Pierre Léonardini, L'Humanité, 13 mars 2017

« Gorki revu par Lacascade projette sur les planches des éclats contrastés de lucidité et de colère, d'idéalisme et d'impuissance assumée. En mêlant des comédiens aguerris (...) et des jeunes prometteurs (...), le metteur en scène a constitué une troupe sous tension, furieusement investie. La gestuelle est virtuose, l'expression des sentiments (...) saisissante. (...) Lacascade fusionne l'âme russe révoltée et le romantisme punk, pour inventer un opéra des gueux contemporain. » Philippe Chevilley, Les Echos, 9 mars 2017

« (...) au spectacle intense et incandescent que signe Eric Lacascade. (...) Crue, gorgée d’énergie, portée par des acteurs au jeu superbement physique et concret, la mise en scène de Lacascade, en retrouvant l’électricité, l’humanité profonde qui ont fait le prix de ses grands spectacles, gomme ce que Gorki peut avoir parfois d’un peu simpliste. » Fabienne Darge, Le Monde, 9 mars 2017

« Toute en clair-obscur, avec des lueurs caravagesques sur les corps et les visages mal soignés, cette création (...) a été vivement ovationnée par le public rennais. » France Soir, 5 mars 2017

  • Politique sociale et humaine

« L’enjeu de ce spectacle est de trouver une forme qui permette de rendre compte de toute la puissance politique sociale et humaine de la pièce en évitant les clichés réalistes qu’une telle problématique peut provoquer. Dans l’état de crise que nous vivons, s’attacher à décrire et à comprendre ces exclus permet aussi de mieux nous comprendre nous-mêmes.

Je souhaite aussi, pour revenir à Gorki que j’apprécie particulièrement pour son parcours humain exceptionnel, faire entendre ses désirs, ses utopies et ses contradictions politiques. Pour moi, il s’agit de l’un des plus grands auteurs russes qui a suivi, puis critiqué les plus importants responsables révolutionnaires de son temps. Ainsi a-t-il côtoyé Staline et ses proches jusqu’aux limites du possible.

Pièce de troupe, pièce de groupe, pièce d’acteurs Les Bas-fonds me donnent l’occasion de retrouver les comédiens qui m’ont accompagné sur les précédentes créations et d’intégrer dans cette équipe les jeunes talents sortant de l’école du Théâtre National de Bretagne. »

Éric Lacascade

  • Se retrouver face aux sans-abri

« Maxime Gorki : un auteur chez lequel Eric Lacascade trouve ce qu’il cherche au théâtre : face aux mouvements du monde, de simples humains, plus ou moins responsables. En 2006 avec les Barbares, en 2010 avec les Estivants (présenté aux Gémeaux) il montrait l’inconscience d’une bourgeoisie sur le déclin. Avec les Bas-fonds, nous voilà face à ces gens, de plus en plus nombreux, que nous côtoyons sans cesse : les sans abri. Ici, nous les rencontrons réfugiés dans l’un de ces endroits où tout au moins, ils trouvent « leur » abri. La pièce date de 1902, la souffrance, l’humiliation, les vains désirs, la vaine colère, le besoin vital de croire à tout prix en quelque chose de mieux, le rire pour ne pas mourir… Qu’est ce qui a changé ? On se déchire, on aime, on rêve, on espère, on ment. On vit ensemble. »

Colette Godard

Avis du public : Les bas-fonds

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire

Spectacles consultés récemment