Le songe d'une nuit d'été

1
2
3
4
5

Cartoucherie - Théâtre de la Tempête , Paris

Du 03 mars au 02 avril 2017
Durée : 2 heures

CLASSIQUE

Le Songe d’une nuit d’été, première grande comédie de Shakespeare, fait référence à la Saint-Jean et aux festivités champêtres. La virtuosité de l’enchevêtrement des intrigues multiples, l’atmosphère onirique et les jeux de miroir créés par l’image du théâtre-dans-le-théâtre, font de cette pièce un véritable enchantement. Les facéties de Puck, le magicien, régénèrent le monde ; les sortilèges d’Obéron rétablissent l’ordre de l’univers. La pièce s’achève en réjouissances et en hymne à la fécondité.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 13,50 €

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
 

Photos & vidéos

Le songe d'une nuit d'été

De

William Shakespeare

Mise en scène

Lisa Wurmser

Avec

John Arnold

,

Jade Fortineau

,

Léo Grange

,

Adil Laboudi

,

Flore Lefebvre des Noëttes

,

Yoanna Marilleaud

,

Marie Micla

  • Un classique

Hermia aime Lysandre, et refuse d’épouser le prétendant que son père lui destine, Démétrius, lui-même courtisé par Héléna. Les amants fuient dans la forêt. Parallèlement, des artisans répètent une pièce qu’ils joueront pour le mariage du duc d’Athènes avec la Reine des Amazones. Au clair de lune, tous vont entrer dans le royaume des fées et de leurs souverains : Titania et Obéron dont la querelle trouble la nature. Obéron demande à son génie, Puck - qui a le pouvoir de commander aux phénomènes naturels - de déposer un philtre d’amour sur les yeux des personnages. S’ensuit une série de méprises… jusqu’au petit matin où Puck rétablit la concorde entre les couples respectifs.

Le Songe d’une nuit d’été, première grande comédie de Shakespeare, fait référence à la Saint-Jean et aux festivités champêtres. La virtuosité de l’enchevêtrement des intrigues multiples, l’atmosphère onirique et les jeux de miroir créés par l’image du théâtre-dans-le-théâtre, font de cette pièce un véritable enchantement. Les facéties de Puck, le magicien, régénèrent le monde ; les sortilèges d’Obéron rétablissent l’ordre de l’univers. La pièce s’achève en réjouissances et en hymne à la fécondité.

  • Note d'intention

Shakespeare est un illusionniste, il libère les instincts et met en marche le mécanisme du monde. Il y a toujours chez lui une merveilleuse soudaineté de l’amour, la fascination existe dès le premier regard. Le monde a cessé d’exister. Les amants ne voient qu’eux. L’amour chez Shakespeare est enchantement, désir de possession et violence. Je ne souhaite pas mettre en scène cette pièce dans la tradition et sa version classique. Le songe est une comédie d’amour contemporaine. Dans les contrastes entre la folie amoureuse qui se libère la nuit et la censure du jour qui ordonne d’oublier tout, Shakespeare est moderne et précurseur. C’est dans ce sens que je souhaite le mettre en scène.

Parvenir par l’imaginaire du corps et de la voix à redécouvrir Le Songe d’une nuit d’été, comédie de Shakespeare féérique mais la féerie n‘évoque rien pour l’esprit moderne, et pourtant ce texte a toujours un pouvoir évocateur qui stimule l’imagination des acteurs par sa liberté de forme et de langage. Le comique repose sur la confusion des genres et les jeux de mots : le travail musical du corps et de la voix parlée, chantée, fera naître l’esprit et le paysage sonore du songe, mais il sera également question d’illusion d’optique et pour ce faire, nous utiliserons les techniques de la marionnette et de la magie.

Les rêves et les métamorphoses seront au coeur du travail scénique. La recherche vocale et la dynamique des corps en seront les axes principaux. Le rythme de la langue, contribue à approfondir le sens des mots, le rythme du corps à susciter le désir et la passion. La disjonction entre le corps et la voix est proche des acrobates, et c’est elle qui fait surgir toutes les métamorphoses : Puck, Titania, Bottom, …

La magie
Nouvelle Pour moi, qui suis de famille de magiciens, la magie nouvelle découle naturellement des origines de la magie. Elle est un langage artistique en soi, sa force immatérielle réside dans son approche de la réalité et sa vision toujours multiple, remet en cause nos certitudes. La magie est un vrai personnage. Les corps peuvent flotter dans les airs, s’unir dans l’espace dans une communion de désirs. Les verres peuvent se soulever et venir s’éclater au sol. La guitare électrique de Puck peut danser au dessus des amoureux. Titania fait surgir dans le bain magique de Bottom des lucioles qui dansent au dessus de son corps. Ses oreilles d’âne et son sexe grandissent au son de la musique. Toute la philosophie de la magie nouvelle réside dans cet acte par lequel l'esprit est amené à entrevoir la possibilité d'un monde aux lois différentes du nôtre et qui ne sont pas des numéros en soi mais font partie de la dramaturgie et de la logique interne du spectacle.

L’architecture du rêve
Le songe commence dans la chambre royale où se réunit toute la cour. Là dans un espace scénique blanc, au pied d’un lit immense, la Reine et le Roi offrent un cocktail, mêlant gourmandise, érotisme et tyrannie en prévision de leur mariage futur. Les jeunes avec leurs amours contrariés viennent gâcher la fête. Alors le lit devient le gouffre de leurs cauchemars, la forêt tropicale surgit dans la chambre. Au fond, un cadre de projections sur l’eau et le plastique font effet de miroirs mous à effet optique et métamorphosent les personnages dont les corps changent d’échelle, et les visages de forme. Tous sont happés par des mécanismes invisibles qui exercent une influence sur leurs corps, les entraînant dans un jeu physique où le magique s’infiltre en contrebande et l‘érotisme jaillit par surprise, par hasard.

Les costumes
Pour des personnages truculents et insolites, je rêve de costumes exubérants aux reflets de l’enfance : des pantalons surdimensionnés, des robes frémissantes aux trucages et effets spéciaux selon les lois de la poésie et du fantastique entre optimisme et gravité, avec un halo d’inquiétude, j’ai le désir de mettre le réel sens dessus dessous. Libre de mélanger les époques la science fiction côtoiera les années 60. Le monde végétal et animal sera signifié par des perruques végétales, des matériaux très simples, afin de créer un peuple d’herbe et de songes.

La musique
Shakespeare s’adresse autant à l’oreille qu’à l’œil. Son pouvoir évocateur stimule l’imagination par le son et le souffle de ses vers. Il met en scène le pouvoir de la voix, dans une grande subtilité musicale. Le paysage sonore de l’Angleterre apparaît dans sa liberté de forme et de langage, mêlant les genres du sublime au grotesque, de l’épique au quotidien avec une richesse de timbres selon la typologie des personnages. Les voix aiguës, les voix graves, chantées, parlées se mêlent aux bruits, au souffle, au rythme et à la mélodie du texte : voix grêle des boys-actors, voix de basse, voix sourde. Dans le Songe d’une nuit d’été, de multiples voix peuplent la forêt et œuvrent de concert pour servir le projet d’Obéron, maître des airs et des voix. Puck, son inspirateur a une double nature mi homme, mi animal : « tantôt je serais cheval, tantôt chien… » tel le diable, il se démultiplie, use de différents instruments : guitare électrique, violon, trompette, synthé, Il chante et gronde. Le pouvoir de sa voix suscite le plaisir et la passion liés au corps. Titania est charmée par la voix de l’âne Bottom. Les trames sonores font partie de la trame dramatique. Les métamorphoses d’Ovide sont une source d’influence pour le dramaturge et, pour nous, une source d’inspiration d’une richesse infinie. La musique est le personnage central du songe. La création musicale de Laurent Petitgand sera donc essentielle dans le déroulement du spectacle

Lisa Wurmser

Avis du public : Le songe d'une nuit d'été

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire

Spectacles consultés récemment