Actuellement à l’affiche : William Shakespeare

Roméo et Juliette

1
2
3
4
5
  • 58 avis
Comédie-Française - Salle Richelieu Paris | du 30 septembre 2016 au 01 février 2017 | Durée : 2h40 avec entracte
CLASSIQUE, Coups de coeur, Tragédie
RESERVER

À partir de 16,50 €

Le Conte d’hiver jusqu'à 36% de réduction

1
2
3
4
5
  • 5 avis
Théâtre 13 - Seine Paris | du 10 novembre au 18 décembre 2016 | Durée : 1h40
CLASSIQUE, Ados, Coups de coeur, Familial, Sélection pour les fêtes, Sélection Spectacle à partager
RESERVER

À partir de 29,50 € , 19 € pour les adhérents

 

Prochainement à l’affiche

Être ou paraître

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Studio Hébertot Paris | du 10 au 15 février 2017 | Durée : 1h10
CONTEMPORAIN, Danse contemporaine
RESERVER

À partir de 31,50 €

Le marchand de Venise jusqu'à 19% de réduction

1
2
3
4
5
  • 10 avis
Théâtre de Saint-Maur Saint-Maur-des-Fossés | le 20 janvier 2017 | Durée : 1h30
CLASSIQUE
RESERVER

À partir de 25,50 € au lieu de 31,50 €

 

Anciennement à l’affiche

Richard III - Loyaulté me lie

1
2
3
4
5
  • 7 avis
Cartoucherie - Théâtre de l'Aquarium Paris | du 03 novembre au 03 décembre 2016 | Durée : 2 heures
CLASSIQUE, Clown, Coups de coeur

Spectacle terminé depuis le 03 décembre 2016

 

William Shakespeare

Enfance et débuts
 " Un corbeau fraîchement parvenu " 

Ecrivain et dramaturge
 " Aux lecteurs dans leur grande diversité " 

  • Enfance et débuts

1565 Naissance de William le 23 avril à Stratford-upon-Avon
Vers 1569 William fréquente l’école des petits ou " pettie school " 
Vers 1573 William a neuf ans et entre à la grande école ou " Grammar school " 
1582 William épouse Anne Hathaway, de huit ans son aînée
1583 Baptême de Susanna, fille aînée d’Anne et de William.
1585 Baptême des jumeaux Judith et Hamnet
1590 Les Deux Gentilhommes de Vérone
La Mégère apprivoisée

  •  " Un corbeau fraîchement parvenu " 

1592 Début à Londres de la " longue peste " à la mi-août (théâtres fermés jusqu’au printemps 1594).

Allusion à l’activité de Shakespeare à Londres par Robert Greene dans Greene’s Groatsworth of Wit, Bought with a Million of Repentance (Un liard d’esprit acheté un million de repentirs) : " Oui, ne vous y fiez pas : car il s’y trouve [au nombre des acteurs] un corbeau fraîchement parvenu, paré de nos plumes, qui, cachant un cœur de Tigre sous une peau d’Acteur, suppose qu’à enfler un vers dramatique il est tout aussi habile que vous : et qui étant un vrai Ioannes factotum s’imagine être le seul ébranleur de scène [Shake-scene, jeu de mots sur " Shakespeare " ] du pays. Ô si seulement je pouvais persuader vos esprits d’exception de suivre des voies plus profitables : et de laisser ces Singes imiter votre excellence d’hier, et de ne jamais plus leur communiquer vos admirables inventions ! " .

Shakespeare transparaît doublement dans ce texte, d’abord dans le jeu de mots reprenant la première syllabe de son nom, puis dans la paraphrase vengeresse d’un vers tiré d’une de ses premières pièces. Il s’agit de 3 Henri VI, où le duc d’York lance à la reine Margaret : " Ô coeur de tigre caché sous une peau de femme ! " Le vers repris doit faire partie de ceux qui ont frappé les imaginations et que l’on répète à Londres. L’épithète " upstart " (traduit par " fraîchement parvenu " ) indique que la célébrité de Shakespeare, jugée par Greene illégitime, est récente ou en tout cas soudaine.

Ce pamphlet témoigne d’une réaction de clan, pour ne pas dire de caste. Voici qu’un rustre d’acteur, qui n’a jamais, à la différence de " nous autres " , fréquenté les universités d’Oxford ou de Cambridge, se mêle de vouloir " nous " faire de la concurrence. Les pièces de Greene marchent très médiocrement. La scène lui échappe et est accaparée par d’autres, Shakespeare en tête d’où l’allusion aigre au corbeau prétentieux et à l’ébranleur de scène.

Avant 1592 il est difficile de préciser dans quelles circonstances Shakespeare exerce ses talents de dramaturge. Il les exerce certainement depuis 1590. Une période de latence de deux ans entre l’engagement dans la composition de pièces de théâtre et le bruit dont s’entoure la gloire naissante du dramaturge paraît fort plausible.

Shakespeare est un homme de théâtre, au sens où Greene, dont la plume est certes trempée dans le fiel, l’entend : c’est un Ioannes fac totum, un homme à tout faire du théâtre qui avant d’être dramaturge a été simple acteur pensionnaire, et a peut-être auparavant rempli des tâches purement matérielles.

Une seule chose est certaine : quelque lente qu’ait pu être sa progression dans le milieu, son parcours reste incomplet, sinon atypique. Il ne suit pas de formation universitaire et quitte Stratford à un âge (vers dix-huit ou dix-neuf ans) où l’on ne peut apprendre le métier en tant que boy actor (apprenti acteur). Si apprentissage formel il y eut, il est vraisemblable qu’il interprète immédiatement des rôles d’adultes.

Par ailleurs, ce ne sont pas ses talents d’acteur qui le rendent précieux à la troupe ou aux troupes dans lesquelles il fait ses premières armes, mais son don d’écrivain dramatique.

Haut de page

  • Ecrivain et dramaturge

1592 Henri VI
Titus Andronicus
Richard III (ou 1593),
Vénus et Adonis
(ou 1593) (poème).
Début de la composition des Sonnets et de divers poèmes

1593 Le Viol de Lucrèce

1594 La Comédie des erreurs
Peines d’amour perdues
Peines d’amour récompensées

1595 Richard II
Roméo et Juliette
Le Songe d’une nuit d’été

1597 Les Joyeuses Commères de Windsor (ou 1598),
2 Henri IV

1598 Rôle dans Chaque homme dans son humeur de Jonson
Beaucoup de bruit pour rien (Much Ado About Nothing)
Henri V
Publication de Peines d’amour perdues (première pièce publiée sous le nom de Shakespeare)

1599 Publication de Pèlerin passionné (attribué à Shakespeare, mais ne comprenant que cinq poèmes de lui)
Jules César
Comme il vous plaira

1600 Hamlet

1601 La Nuit des rois.

1602 Troïlus et Cressida

1603 Autorisation royale d’exercer leur métier accordée par Jacques Ier à ses serviteurs, les Comédiens du Roi
Mesure pour Mesure

Othello
Composition de Plainte d’une amante

1604 Tout est bien qui finit bien

1605 Timon d’Athènes
Le Roi Lear

1606 Le 6 mai, Susanna Shakespeare est poursuivie devant le tribunal ecclésiastique parmi d’autres personnes, principalement des récusants catholiques, qui n’ont pas communié à Pâques. Macbeth, Antoine et Cléopâtre.

1607 Le 5 juin, mariage de Susanna Shakespeare et John Hall, médecin à Stratford. Mort du frère de Shakespeare, Edmund, acteur à Londres. Périclès.

1608 Le 9 août Shakespeare devient copropriétaire du théâtre des Dominicains. Le 9 septembre enterrement de sa mère Mary. Coriolan.

1609 Publication par Thomas Thorpe sans autorisation de l’auteur des Sonnets de Shakespeare (suivis de " Plainte d’une amante " ). Le Conte d’hiver.

1610 Révision du Roi Lear, Cymbelin.

1611 La Tempête.

1612 Cardénio, pièce perdue

1613 Henri VIII
Les Deux Nobles Cousins

1616 Le 23 avril, mort de William Shakespeare, âgé de 52 ans. Le 25 avril enterrement dans le chœur de l’église de Sainte-Trinité, Stratford

1623 Parution de la première édition, présentée comme complète, des œuvres dramatiques, l’in-folio de 1623, entreprise menée par John Heminge et Henry Condell, membres de la troupe des Comédiens du Roi, afin de couper court au piratage des pièces du dramaturge défunt

Haut de page

  •  " Aux Lecteurs dans leur grande Variété " 

L’épître aux lecteurs composée par Heminge et Condell livre les informations les plus intéressantes sur la personnalité du poète :

 " Du plus apte à celui qui sait à peine épeler. Voilà où vous êtes comptés. Nous préférerions que l’on vous pesât. Particulièrement puisque le destin de tous les livres dépend de vos moyens : non pas de vos têtes seulement mais de vos bourses. Et bien ! Le voici publié, et vous défendrez vos prérogatives, nous le savons : lire et juger. (...)

Il eût été bien souhaitable, nous le reconnaissons, que l’Auteur lui-même ait vécu assez pour avoir présenté et relu ses propres œuvres. Mais puisque le destin ne le voulut pas, et que la mort le priva de ce droit, nous vous prions de ne pas vous montrer jaloux de ses Amis, dans la tâche, le soin, la peine de les avoir réunies et publiées ; et de les avoir publiées en sorte que, alors qu’avant vous étiez abusés par divers textes volés et subreptices, mutilés et déformés par les mensonges et la dissimulation de pernicieux imposteurs qui les propageaient : les voici offerts à votre examen, guéris, et parfaits dans leurs membres ; et le reste, leurs vers sans défaut comme il les conçut. Lui, heureux imitateur de la Nature, fut des plus raffinés dans l’expression qu’il en donna. Son esprit et sa main allaient ensemble : et ce qu’il pensait, il l’exprimait avec une aise telle que c’est à peine si nous trouvâmes un mot d’effacé dans ses papiers. Mais il n’est pas de notre province, à nous qui ne faisons que recueillir ses œuvres pour vous les donner, de faire sa louange. C’est de la vôtre, à vous qui le lisez. Et c’est notre espoir que là, selon vos aptitudes diverses, vous trouverez de quoi vous attirer et vous retenir : car son esprit ne peut pas plus se dissimuler qu’il ne saurait se manquer. Lisez-le donc ; et encore, et encore. Et si alors vous ne l’aimez pas, c’est que sûrement vous êtes jusqu’à un certain point en danger manifeste de ne le point comprendre. Et maintenant nous vous laissons à d’autres de ses Amis [les panégyristes], qui, vous en sentez le besoin, peuvent vous servir de guides : si vous n’en avez pas besoin, vous pouvez vous conduire vous-mêmes et conduire les autres. Et voilà les Lecteurs que nous souhaitons pour lui. " 

Haut de page

Avis du public : William Shakespeare

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire