Le bourgeois gentilhomme

Bouffes du Nord, Paris
Du 19 juin au 21 juillet 2012
Durée : 3h15 avec entracte

CLASSIQUE, Coups de coeur, Opéra
En choisissant de redonner à la pièce sa forme originale d’une comédie-ballet mise en musique sur les partitions de Lully, Denis Podalydès convoque tous les arts. Avec cette fête de théâtre costumée par Christian Lacroix, il vise à l'apothéose des sens tant espérée par son héros.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 21 juillet 2012

 

Le bourgeois gentilhomme

De
 Molière
Mise en scène
Denis Podalydès
Avec
Julien Campani, Isabelle Candelier, Manon Combes Zuliani, Bénédicte Guilbert, Manuel Le Lièvre, Francis Leplay, Hermann Marchand, Leslie Menu, Nicolas Orlando, Pascal Rénéric, Alexandre Steiger, Thibault Vinçon
  • Un aventurier à la découverte de « la culture »

Dans Le Bourgeois gentilhomme, Molière tire le portrait d’un aventurier de l’esprit n’ayant d’autre désir que d’échapper à sa condition de roturier pour poser le pied sur des territoires dont il est exclu… la découverte d’une terra incognita qui, de par sa naissance, lui est interdite. Pourquoi se moquer de Monsieur Jourdain ? Le bourgeois se pique simplement de découvrir ce qu’aujourd’hui nous nommons « la culture » et il s’attelle au vaste chantier de vivre ses rêves… Et qu’importe si ces rêves sont ceux d’un homme ridicule.

  • Une comédie-ballet hilarante

Denis Podalydès choisit de redonner à la pièce sa forme originale d’une comédie-ballet mise en musique sur les partitions de Lully. Avec cette fête de théâtre costumée par Christian Lacroix, il vise à une apothéose des sens et il s’agit bien évidemment de rire de la comédie. Mais, comment ne pas avoir de la tendresse pour cet homme sans qualité qui tente d’initier à lui tout seul la première révolution culturelle. Elevé après mille péripéties comiques au rang de « Mamamouchi », Monsieur Jourdain vit son heure de gloire en musique et en danse, malade de sa bourgeoisie, gentilhomme imaginaire, à la fois exaucé et battu, dupé et triomphant, en ce moment théâtral si rare où le ridicule fait place à l'émerveillement pur.

  • L'histoire de Monsieur Jourdain

Étant un bourgeois, Monsieur Jourdain entend acquérir les manières des gens de qualité. Il décide de commander un nouvel habit plus conforme à sa nouvelle condition et se lance dans l'apprentissage des armes, de la danse, de la musique et de la philosophie, autant de choses qui lui paraissent indispensables à sa condition de gentilhomme. Il courtise Dorimène, amenée sous son toit par son amant, un comte autoritaire, qui entend bien profiter de la naïveté de Monsieur Jourdain et de Dorimène. Sa femme et Nicole, sa servante, se moquent de lui, puis s'inquiètent de le voir aussi envieux, et tentent de le ramener à la réalité du prochain mariage de sa fille Lucile avec Cléonte. Ce dernier n'étant pas gentilhomme, Monsieur Jourdain refuse cette union. Cléonte décide alors d'entrer dans le jeu des rêves de noblesse de Monsieur Jourdain, et avec l'aide de son valet Covielle, il se fait passer pour le fils du Grand Turc. Il obtient ainsi le consentement de Monsieur Jourdain, qui se croit parvenu à la plus haute noblesse après avoir été promu « Mamamouchi » lors d'une cérémonie turque burlesque organisée par les complices de Covielle.

  • Le paradoxe du Bourgeois

« Le paradoxe magnifique du Bourgeois gentilhomme tient à ce qu’on y réunit et célèbre les Arts au profit d’un homme qui écoute, voit et pratique les plus belles choses, sans jamais y rien entendre. Non pas par bêtise. Il est comme forcé à l’ignorance, car il ne peut être celui qu’il voudrait devenir, le propre d’un homme de qualité étant de l’être par nature et non de l’apprendre par science ou maîtrise. Dans le combat moral et physique que livre Jourdain pour se faire gentilhomme, il affronte deux puissance elles-mêmes antagonistes.

C’est, d’une part, la famille : la femme, la servante, la fille à marier. C’est sa vie même, vie bourgeoise, concrète, réelle et réaliste, calculante, intéressée. Jourdain s’escrime à leur faire entendre, à leur faire sentir, à leur faire toucher ce qu’il ne pourra jamais leur faire toucher, sentir et entendre, car lui comme sa femme et sa fille, sont et seront toujours des bourgeois de la porte Saint-Innocent. L’autre puissance non moins terrible : la Noblesse. Roturier de naissance, il ne peut que la « hanter », c’est-à-dire la fréquenter, imiter ses façons — manières inimitables —, apprendre le savoir de l’Honnête homme — savoir qui ne s’apprend pas —, voisiner avec les nobles, les acheter en pure perte, tomber amoureux d’une marquise, lui offrir un diamant, un somptueux repas, un ballet, les mets les plus chers : toujours l’écart se creuse, toujours il est trompé, toujours échappe le grand rêve, toujours sa femme, qui, elle, ne rêve pas, vient le reprendre. Molière est impitoyable là-dessus. Et le couple Jourdain est un des plus beaux qu’il ait réussi à faire vivre.

Mais la capacité d’étonnement et d’émerveillement de notre Bourgeois est sans limite. Augmentée du désir amoureux, de la haine de sa condition bourgeoise et de la passion d’être un autre, elle lui fait braver tous les ridicules, de sorte qu’à travers mille folies comiques, devenu « Mamamouchi », avatar extrême de son extravagance, il parvient malgré tout à ses fins, un court instant seulement, célébrant, réunissant et confondant les Arts dans un dépassement comique et poétique dont il est à la fois le dupe et le triomphateur. »

Denis Podalydès

Avec l’Ensemble La Révérence.
Direction musicale : Christophe Coin.
Distribution en alternance.

Avis du public : Le bourgeois gentilhomme

0 Avis

0 commentaire(s)

Excellent

(0)

Très bon

(0)

Moyen

(0)

Mauvais

(0)

Très mauvais

(0)
Donnez votre avis

Spectacles consultés récemment