L'Avare

1
2
3
4
5

Théâtre Fontaine , Paris

Du 20 avril au 27 mai 2017
Durée : 1h30

CLASSIQUE

,

Ados

,

Familial

,

Primaire

Un homme assis sur son or confond l'argent et le bonheur. Il est drôle sans le vouloir, méchant sans le savoir. C'est le rire qui va dire si l'argent fait le bonheur. Un rire qui n'est pas gratuit et qui venant d'un autre siècle rebondit sur le nôtre. À partir de 7 ans.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 12 €

Prix tous frais inclus


Promotions
Promotions exclusives pour les adhérents
 

Photos & vidéos

L'Avare

De

 Molière

Mise en scène

Colette Roumanoff

Avec

Géraldine Adams

,

Mathias Casartelli

,

Richard Chevallier

,

Thomas Coux

,

Richard Delestre

,

Valentine Erlich

,

Francis Lacotte

,

Jean-Louis Laurent

,

Franck Mignat

,

Carine Montag

,

Laurent Richard

,

Catherine Vidal

À partir de 7 ans.

Spectacle tout public à partir de 7 ans.

L'argent se dématérialise mais l'avarice reste ce qu'elle est
Une saga familiale et attachante
Extraits de presse
Note de mise en scène

  • L’argent se dématérialise mais l’avarice reste ce qu’elle est

Dans cette mise en scène de L’Avare, nous avons confronté le texte de Molière à ce que nous savons de l’avarice aujourd’hui. Qui est avare, maintenant que l’argent est sous forme de carte de crédit et non plus d’écus d’or ? Il apparaît que l’avare a peur d’abord de l’éphémère. Harpagon porte au doigt un diamant de belle taille, parce que c’est une valeur durable, mais il ne veut rien dépenser pour un dîner qui ne va durer qu’un soir. Pourtant, il voudrait bien impressionner ses convives. Il cherche donc à faire " bonne chère avec peu d’argent " .

Tout au long de la pièce, Molière nous mène par la main pour nous montrer toutes les contradictions où s’enferme son héros, qui veut tout avoir sans rien donner, et même épouser une belle jeune fille pauvre en lui soutirant une dot. On ne peut qu’en rire de bon coeur, en espérant que le rire chasse la peur du changement et de la vie, cette peur qui fait croire à certains que l’argent est un absolu.

Haut de page

  • Une saga familiale attachante

Il y a dans L’Avare une saga familiale, un côté feuilleton télévisé, la vie quotidienne d’une famille vue de l’intérieur : le père, le fils, la fille et leurs amours, les conflits de génération et les problèmes d’argent.

La pièce commence par une introduction musicale où l’on voit Harpagon recevoir la précieuse cassette des mains de Maître Simon. Il danse de joie avant que l’inquiétude ne le saisisse : il court cacher sa cassette et commence à trembler pour elle. La Flèche, le valet de Cléante n’est pas loin… Elvire nous révèle son secret, Valère est présent dans la maison parce qu’il est amoureux d’elle et se fait passer pour un intendant tout occupé à s’attirer les bonnes grâces d’Harpagon. Cléante, le frère, se présente, il est amoureux d’une belle inconnue Marianne, et il fait chercher partout de l’argent à emprunter. Leur père Harpagon leur annonce justement son intention d’épouser Marianne ! Cléante manque de s’évanouir…

Haut de page

 " Harpagon c’est tout bon - Dans le cadre du théâtre Fontine, Colette Roumanoff et sa compagnie s’emploient depuis des années à proposer aux familles des spectacles vivants et riches. " Même si le texte n’est pas d’un accès facile pour les plus jeunes, avec une mise en scène claire et cohérente, la prose de Molière devient rapidement familière. " Plus la pièce avance, plus les réactions se font vives, les enfants éclatent de rire… Ce bougre d’avare, qui se contente de " prêter le bonjour " mais n’hésite pas à " donner sa malédiction " , maîtrise le burlesque à la perfection. Un clown moderne qui charme les enfants conquis finalement par ce théâtre séculaire. " Le Journal du Dimanche

 " C'est avec un sourire de contement immédiat que l'on retrouve d'une pièce à l'autre la troupe des fidèles comédiens de Colette Roumanoff... Ce qui plaît dans les mises en scène de Colette Roumanoff, c'est l'harmonie que le spectateur perçoit entre les comédiens révélés par la direction d'acteurs. Ils sont sur scène heureux de jouer toujours devant un public qui en redemande " France Culture, Véronique Hotte

Haut de page

Dans cette mise en scène de l'Avare nous avons confronté le texte à ce que nous savons de l'avarice d'aujourd'hui. Qui est avare, maintenant que l'argent est sous forme de carte de crédit et non plus d'écus d'or ? Il apparaît que l'avare a peur de l'éphémère. Il porte un diamant au doigt, parce que c'est une valeur durable, mais il ne veut rien dépenser pour un dîner qui ne va durer qu'un soir. Pourtant il voudrait bien impressionner ses convives. Il cherche donc à faire  " bonne chère avec peu d'argent " .

Tout au long de la pièce, Molière nous mène par la main pour nous montrer toutes les contradictions où s'enferme son héros. On peut en rire franchement, en espérant que le rire chasse la peur du lendemain.

Haut de page

Avis du public : L'Avare

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire

Spectacles consultés récemment