Stéphane Corbin

1
2
3
4
5



+ d’infos

Prochainement à l’affiche

Les Funambules jusqu'à 40% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Studio Hébertot Paris | du 03 octobre au 26 décembre 2016
MUSIQUE & DANSE, Chanson française, Coups de coeur
RESERVER

À partir de 13,50 € au lieu de 22,50 €

 

Anciennement à l’affiche

31

1
2
3
4
5
  • 1 avis
Vingtième Théâtre Paris | du 30 mai au 27 juin 2016 | Durée : 1h30
MUSIQUE & DANSE, Comédie musicale, Théâtre musical

Spectacle terminé depuis le 27 juin 2016

 

Stéphane Corbin

  • Un jeune chanteur

Stéphane Corbin nous transporte dans son univers qui ne ressemble à aucun autre. Il étonne et séduit par l’équilibre qu’il trouve entre plusieurs influences musicales : chanson, rock, musiques traditionnelles. Les textes sonnent et sonnent juste. Lucides, précis, empreints d’un humour distancé, ils croquent la vie comme elle va…

  • La presse

« Stéphane Corbin est un talentueux et jeune Lillois, parisien d’adoption de 27 ans. Après la parution de son premier CD en 2001, Seconde vie, il revient avec un second petit bijou autoproduit : Optimiste. Le répertoire de Stéphane Corbin est empreint de tendresse, de finesse et d’élégance. Il dresse un portrait de son quotidien, un autoportrait sincère aussi, se dévoilant sur scène et en paroles. Les mélodies douces et légères ont la sérénité des grandes chansons, de celles qui disent les choses les plus simples, mais également les plus complexes. Mélodies suaves, fluides, elles accompagnent des textes forts en émotions qui racontent une rupture, la différence, l’adolescence, la dualité... et tant d’autres petits riens qui parsèment une existence. A découvrir. » Métro, 14 mars 2005

« Une écriture sensible, aux textes à la fois décalés et touchants. » 20 minutes, 6 avril 2005

« Ces chansons peaufinées croquent la vie comme elle va. Les grands bonheurs et les petits riens, la douleur du deuil ou des ruptures, les souvenirs d'enfance ou les objets du quotidien - tel son charmant "bol avec son prénom". Sans fausse pudeur ni exhibitionnisme, d'une voix mûre et sur des mélodies toutes simples. Serein, sobre et harmonieux, cet Optimiste touche en plein cœur. » Chorus, mars 2005

«  (…) Stéphane Corbin en auteur-compositeur-interprète talentueux s’avance sur scène. Ses textes sont bien écrits et parlent de la vraie vie, d’une réalité, du quotidien. Chez lui, le quotidien prend la forme d’un bol avec son prénom inscrit dessus. Un bol détesté, haï, perdu de vue, retrouvé avec émotion et devenu indispensable. Ce Lillois de 28 ans parle aussi d’une Cendrillon sans papier et assume aussi ses opinions. À l’heure où Zidane signe son retour en bleu, Stéphane Corbin va “Droit au but” et clame haut et fort qu’il “n’aime pas le foot”. C’est drôle et bien ficelé. Et puis, avec cette chanson, les femmes sont avec lui. » Sud Ouest, 13 août 2005

« C’est une Truffe de haut niveau qui s’est déroulée jeudi soir […] un auteur-compositeur qui est la bonne surprise de la soirée, le public a été gâté. […] tout de suite, ses textes font mouche. Le premier titre, Le bol, parcourt la vie d’un homme de ses 8 ans, le jour où on lui a offert un bol avec son prénom, à sa vieillesse, quand il retrouve ce bol au fond d’un placard. Avec des mots simples, il décrit les différents états d’esprit d’un être humain dans les différentes phases de sa vie : « Je ne sais pas si c’est bien de grandir, mais ça fait pas de mal de vieillir. » Puis il raconte l’histoire de Cendrillon, femme de ménage africaine à Paris “chez un arriviste arrivé”, qui rencontre son prince charmant, un livreur de pizza, en allant au bal. Mais c’est le texte suivant, Droit au but, qui a séduit et amusé le plus public et jury. Commençant par expliquer qu’il s’est rendu compte qu’il était un enfant traumatisé, il a décidé de suivre une psychanalyse. Comme les mélodies collent au texte comme un second souffle, que les musiciens allient complicité et talent, le public n’a pas boudé son plaisir et chacun se fait déjà un plaisir de les retrouver en finale. » L'écho Dordogne, 13 août 2005

« […] Que ce soit d'intégration, d'orientation sexuelle, de quête vitale : les questionnements du chanteur sont multiples et dessinent un univers drôle, décalé et touchant [...] L'album recèle des bijoux de tendresse, des textes élégants couplés à des mélodies qui ne le sont pas moins [...]. Un bel exemple d'exigence [...] pour un résultat "auto-produit" qui pourrait en démontrer à bien des artistes commerciaux. Ce n'est pas un disque bricolé, mais de la belle ouvrage qui rend, au final…
"Optimiste". A découvrir, donc. » Regard en coulisse, décembre 2004

« Stéphane Corbin nous a séduit avec son album Optimiste. Sur scène, l’essai est transformé (j’emploie des termes de rugby, le chanteur ayant des soucis avec le foot). Tenir une salle, l’emporter au gré de chansons le plus souvent drôles (mais pas seulement) n’est pas donné à tout le monde. Le jeune chanteur possède un réel charisme […] Si vous souhaitez assister à l’éclosion d’un jeune talent, n’hésitez pas et laissez-vous emporter par la poésie tendre et inspirée de Stéphane Corbin, une belle route se dessine devant lui. » Regard en coulisse, février 2005

« Il existe des rencontres musicales qui changent votre vision de la chanson. Stéphane Corbin fait partie de ces rencontres. Ce nouveau venu chante avec une efficacité proprement phénoménale. On en arrive même à se demander comment il arrive à "parler" ainsi aux gens. Avec Optimiste, l'artiste nous propose [un] album autoproduit tout en finesse et élégance. Le titre reflète pourtant l'optimisme du désespoir. En effet, l'album se compose de titres assez durs dans les thématiques (la rupture, les difficultés de l'adolescence, la découverte de soi, la perte de l'envie...). Cependant, et c'est là l'intéressant de la chose, Corbin possède le génie de transcender ces thèmes par une écriture inspirée et créative. Chaque chanson est une histoire à part entière, un réalisateur chevronné en ferait 14 courts métrages dignes de ce nom. Optimiste pourtant, Corbin l'est. Même si le ton général est dur, au détour d'une phrase, il se permet un clin d’œil ou chante certains morceaux plus légers [...] Un album très cohérent [...] Une véritable découverte. Un esprit. » Ram-dam, décembre 2004

«V if, enlevé et bien écrit, les ruptures de style donnent du rythme à ce disque. Textes de François, Pierre ou Stéphane Corbin, Stéphane, lui, signe de très jolies musiques. à fleur de peau, la voix assurée, il livre avec sincérité quelques pages de son journal intime : l'enfance, la solitude, la différence. Sensible et brillant. » Le petit format nº 75, janvier-février 2005

« Des musiques travaillées sur des textes touchants ou drôles accompagnés d'une voix grave et sincère : un disque de qualité. » Les En-chanteurs, novembre 2004

« Un type qui se revendique homme d’intérieur et qui pleure sur Cendwillon ne peut pas être foncièrement mauvais. Alors à moins d’être complètement allergique à la chanson française à textes inspirés, à moins de considérer qu’il n’y que Gainsbourg, à moins de conchier dans le même geste de mépris absolu Benabar, Miossec et consorts, il faut tenter Stéphane Corbin. » Le Mouv', novembre 2004

« Stéphane Corbin aime le bol en faïence avec son nom qu’il a depuis tout petit. Il aime les hommes aussi. Et puis les femmes. Mais pas le foot. Et il aime la scène, c’est incontestable, où il chante tout ça avec décontraction, riant avec le public [...] La veine de ce garçon, c’est la vie quotidienne, comment on s’aime, comment on se quitte, comment on se tire de son enfance [...] Voilà, c’est très bien, allez-y ! » Politis nº 824, novembre 2004

  • Théâtre

2010 La Vie Parisienne de Jacques Offenbach, m.e.s. Alain Sachs

Avis du public : Stéphane Corbin

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire