Splendid Saint Martin

1
2
3
4
5

48, rue du Faubourg Saint Martin, 75010 Paris



Gare de l'Est

,

Grands boulevards

,

République



+ d’infos

Actuellement à l’affiche : Splendid Saint Martin

La Troupe à Palmade - Cousins comme cochons jusqu'à 39% de réduction

1
2
3
4
5
  • 27 avis
Splendid Saint Martin Paris | du 27 mai au 31 décembre 2016
COMEDIE & BOULEVARD, MUSIQUE & DANSE, A ne pas manquer, Comédie musicale, Coups de coeur, Sélection Comédie, Sélection pour les fêtes, Vaudeville
RESERVER

À partir de 18 € au lieu de 29,50 €

Les Darons jusqu'à 41% de réduction

1
2
3
4
5
  • 12 avis
Splendid Saint Martin Paris | du 26 août au 31 décembre 2016
HUMOUR & CAFE THEATRE, Coups de coeur, Sélection pour les fêtes
RESERVER

À partir de 18 € au lieu de 30,50 €

 

Anciennement à l’affiche

Le tour du monde en 80 jours

1
2
3
4
5
  • 77 avis
Splendid Saint Martin Paris | du 28 novembre 2012 au 14 mai 2016 | Durée : 1h20
COMEDIE & BOULEVARD, Coups de coeur, Familial

Spectacle terminé depuis le 14 mai 2016

 

Splendid Saint Martin

Michel Blanc, Josiane Balasko, Marie-Anne Chazel, Christian Clavier, Gérard Jugnot, Thierry Lhermitte, Bruno Moynot et Christian Spillemaecker font connaissance au lycée en 1966.

1973 Ils écrivent leur première pièce et la créent au Café-Théâtre de l'Odéon J'vais craquer.
1974 L'équipe encouragée par le Café de la Gare aménage rue d'Odessa son premier Café-Théâtre : " Le Splendid " .
1976 Le Splendid déménage à nouveau, rue des Lombards. Création d'une nouvelle pièce : Le pot de terre contre le pot de vin.
1977 Création de Amours, coquillages et crustacés. Premier succès d'où sera tiré le film Les bronzés, réalisé par Patrice Leconte. Plus de 2.000.000 entrées.
1978 Le Splendid écrit et tourne Les bronzés font du ski. Ce deuxième film connaîtra un succès aussi important que le précédent. Création de la pièce de Josiane Balasko Bunny's bar ou Les hommes préfèrent les grosses.
1979 Création de Le père Noël est une ordure. En raison du succès de la pièce, Le Splendid ira jouer à la Gaîté Montparnasse en janvier, puis partira pour une tournée en France dans 40 villes, remplissant des salles de 1000 places et plus.
1981 Création de Enfin seul de et par Gérard Jugnot. Le Splendid décide alors de s'installer dans un théâtre plus grand " Le Casino Saint-Martin " .

Des quelques douze cafés-concerts qui vécurent jadis à Strasbourg-Saint-Denis, le Casino Saint-Martin fut l'un des derniers à fermer ses portes. Il fut l'un des derniers nés du quartier de la chanson. Construit en 1896, il fut inauguré le 17 octobre de la même année, sous le titre de Fantaisies Saint-Martin. C'était un théâtre de quartier, adroitement dirigé par le baryton Edmond Favart, ex de l'Opéra Comique. Les spectacles, alors, se composaient de deux parties. La première consacrée à la chanson et la seconde vouée à la représentation d'une piécette en un ou deux actes.

Mais les destinées de la salle allaient évoluer considérablement avec l'arrivée dans les lieux, en juin 1907 des frères Comte (Georges et Léon) anciens administrateurs du Casino de Montmartre, un bruyant Caf-Conc du boulevard de Clichy. Le Casino était désormais classé comme un Café-Concert de qualité. Mais l'événement majeur de l'histoire du Casino Saint-Martin c'est bien sûr le passage du grand Maurice Chevalier, programmé en mai 1908. Il n'avait que dix-neuf ans et chantait le genre comique. Un tout mêlé de chants et de danses.

Jusqu'à l'éclatement de la guerre (3 août 1914) et même au-delà, la réputation du Casino Saint-Martin ne cessa de s'affirmer. Après la guerre, la vogue du Caf-Conc commença à décliner au fur et à mesure que s'implantait ce nouveau monstre de curiosité : le cinématographe. Les petits établissements décentralisés s'étaient un à un laissés absorber par le cinéma. Rares étaient ceux qui résistaient encore. Sur les cent cinquante salles de Caf-Conc recensées à Paris au début du siècle, subsistaient : Bobino, l'Européen, Chansonnia, Gaité-Montparnasse, Petit-Casino, et... le Casino Saint-Martin devenu Caf-Conc occasionnel.

Pour le Casino Saint-Martin, le sort en était jeté. Il rouvrit, bien sûr son plateau masqué par un écran, ce qui fit de lui le cinéma " Saint-Martin 48 " . Les artistes y revinrent, mélancoliques, présenter des attractions. En 1952, le Casino Saint-Martin (il avait retrouvé son titre) n'était plus qu'un cinéma.

Le Casino Saint-Martin deviendra le 8 octobre 1981 " Le Splendid Saint-Martin " . Depuis, Le Splendid Saint-Martin a pris place parmi les grandes salles de la capitale et a présenté entres autres :

Papy fait de la résistance, Tous aux abris (Jean-Jacques Burah), Enfin seul (G. Jugnot), Bunny's Bar (J. Balasko), Nuit d'ivresse (J. Balasko), Le monde est petit, les pygmées aussi (Ph. Bruneau), Tom Novembre, On purge bébé (Feydeau), Un caprice (Musset) Anémone/G. Darmon, L’ex-femme de ma vie (J. Balasko), Jango Edwards, André Vallardy, Michel Bouienah, Elie et Dieudonné, Les Robins des Bois, Jean Marie Bigard, Michel Bernier, Valérie Lemercier, Muriel Robin, Eric et Ramzy…

Et en concert : Sade, Everything but the girl, L’affaire Louis Trio et Jacques Higelin.

Avis du public : Splendid Saint Martin

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire