Chaillot - Théâtre National de la Danse

1
2
3
4
5

1, Place du Trocadéro, 75016 Paris



Bar

,

Librairie/boutique

,

Restaurant

,

Salle climatisée

,

Tour Eiffel

,

Vestiaire



+ d’infos

Prochainement à l’affiche

José Montalvo -  Y Olé jusqu'à 22% de réduction

1
2
3
4
5
  • 1 avis
Chaillot - Théâtre National de la Danse Paris | du 06 au 20 janvier 2017 | Durée : 1h10
MUSIQUE & DANSE, Ados, Coups de coeur, Sélection Spectacle à partager
RESERVER

À partir de 12 €

Paulo Ribeiro - La Fête (de l’insignifiance)

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Chaillot - Théâtre National de la Danse Paris | du 07 au 09 décembre 2016 | Durée : 1h45
MUSIQUE & DANSE, Danse contemporaine
RESERVER

À partir de 39 €

 

Anciennement à l’affiche

Abou Lagraa - Le Cantique des cantiques

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Chaillot - Théâtre National de la Danse Paris | du 30 novembre au 03 décembre 2016 | Durée : 1h15
MUSIQUE & DANSE, Coups de coeur, Danse contemporaine

Spectacle terminé depuis le 03 décembre 2016

 

Photos & vidéos

Chaillot - Théâtre National de la Danse

Accueil du public
Un Théâtre national et populaire depuis 1920
Le T.N.P. devient le Théâtre national de Chaillot

  • Accueil du public

La salle est accessible aux personnes à mobilité réduite, merci de le préciser avant votre commande au 01 40 13 84 65 (pour vérification des disponibilités).

Attention, pendant la durée des travaux, la salle Jean Vilar est inaccessible aux utilisateurs de fauteuil roulant et que l’accès des personnes à mobilité réduite est limité. Les personnes en fauteuil ont exclusivement accès aux spectacles proposés salle Maurice Béjart dont l’entrée se fait par les jardins du Trocadéro (voir plan dans la galerie photo). Merci de nous contacter avant votre réservation pour l’organisation de votre venue.
Dans ce contexte spécifique et compte tenu de la configuration du théâtre, nous recommandons aux personnes aveugles ou malvoyantes de venir accompagnées.

Un bar, un restaurant et une librairie vous accueillent 1h30 avant le début du spectacle. Le dimanche le restaurant étant fermé, de la restauration légère vous sera proposée.
Un vestiaire gratuit est à votre disposition, mais tout sac ou bagage à grande contenance y compris de la taille d’un bagage cabine ne sera pas accepté.
La salle est climatisée.
Le retrait des places peut s'effectuer à partir de 19h.

Haut de page

  • Un Théâtre national et populaire depuis 1920

Firmin Gémier est l'un des précurseurs du théâtre populaire. Le 11 novembre 1920, il est nommé au théâtre du Palais de Chaillot, situé dans le palais du Trocadéro, édifié pour l'Exposition Universelle de 1878 par Davioud face au champ de Mars.

S'inspirant des " oeuvres dramatiques et théoriques de Romain Rolland ainsi que de l'expérience de Maurice Pottecher " il lance le Théâtre National Populaire ; il instaure un système d'abonnement, " les spectacles alternent chaque soir : grandes auditions, opéras, festivals, matinées classiques et cinéma pour la jeunesse. " Homme idéal, il rêvera d'une société universelle du théâtre jusqu'à sa mort en 1933. Albert Fourtier, son codirecteur reprend la direction avant la fermeture pour travaux en 1935.

En 1938, Paul Abram, est nommé à la direction du théâtre rebaptisé : Théâtre du palais de Chaillot. Les nouveaux locaux sont inaugurés par le Bourgeois gentilhomme. Mais les crédits attendus ne sont pas débloqués et ses projets ne voient pas le jour.

Le 1er septembre 1939, la seconde guerre mondiale s'engage, Paul Abram doit fuir.

Pierre Aldebert le remplace. Pendant l'occupation " la politique d'accueil et les prix réduits sont maintenus. Les pièces à grandes mises en scène se succèdent, entrecoupées de représentations offertes par les services allemands, remplacées en 1945 par des soirées en hommage aux combattants, résistants et aux alliés. " 

En 1948, Chaillot devient le siège de l'O.N.U. C'est dans la grande salle que fut signée la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme le 10 décembre de cette même année.

En 1947 a lieu à Avignon la première Semaine d'Art dirigée par Jean Vilar préfigurant ce qui deviendra le Festival d'Avignon.
Jeanne Laurent alors directrice des Arts et des Lettres au ministère de l'Education Nationale est à l'origine des premières subventions et de la création des centres dramatiques nationaux en province. Elle propose Jean Vilar à la tête de Chaillot ; il est nommé directeur en 1951. En attendant la restitution des locaux il part jouer à Suresnes et monte le Cid ainsi que le Prince de Hombourg, avec Gérard Philipe qui a dès lors une grande popularité. Pour Vilar, le théâtre doit devenir un service public " nécessaire comme l'eau, le gaz et l'électricité " . Il marche sur les pas de Gémier et se déclare régisseur plutôt que metteur en scène. La conception du théâtre civique apparaît avec le renouvellement du T.N.P. dont le sigle est dessiné par Jacno. Le début du spectacle est à 20h15, le public est accueilli en musique dès 18h45. Au bar on sert des collations à prix réduits. Le vestiaire est gratuit, les pourboires supprimés. Le public est invité à rejoindre sa place au son des trompettes de Maurice Jarre. Les portes sont fermées dès le début du spectacle par respect des oeuvres et du public. On peut acheter le texte-programme de chaque pièce. Des matinées scolaires et étudiantes sont organisées les jeudis et samedis.

De Brecht à Shakespeare, de Hugo à Kleist, Vilar offre un répertoire nouveau à mise en scène épurée.
Mais en 1963 suite à de nombreux détracteurs, suivis d'une baisse de fréquentation du public, il désigne Georges Wilson pour lui succéder.

Ce dernier monte, entres autres, les Enfants du soleil de Gorki et Chant public pour deux chaises électriques d'Armand Gatti. Il inaugure une nouvelle salle de 500 places baptisée salle Gémier, où l'on joue principalement des pièces contemporaines et provocatrices. Pourtant, victime de sa notoriété et de son âge, le T.N.P. est considéré comme rangé, comparé à une jeunesse qui lui fait de l'ombre. " Le T.N.P. subit la crise générale des institutions. " 

En 1972, le sigle est attribué au théâtre de la Cité de Villeurbanne.

Haut de page

  • Le T.N.P. devient le Théâtre National de Chaillot

Fin 1972, le Ministère de la Culture nomme Jack Lang à la direction du théâtre dont Antoine Vitez devient le directeur artistique. Jack Lang décide la transformation de la grande salle qui passe de 2600 places à 1300 et devient modulable. Le Théâtre des Enfants voit le jour, sous chapiteau, au château de Vincennes où se joue Vendredi ou la vie sauvage d'après Michel Tournier, mis en scène par Antoine Vitez. Les travaux n'étant pas terminés, les autres spectacles de la programmation sont présentés à la Gaîté Lyrique et en d'autres lieux.

André-Louis Perinnetti est placé à la tête du théâtre en 1974. Tandis que la salle Gémier reçoit des spectacles divers comme Jocaste de René Ehni mis en scène par Perinetti et Vingt-quatre heures d'Alfredo Arias. Divinas Palabras de Valle Inclan est joué dans la nouvelle grande salle. Malgré des subventions en baisse, il reçoit la Taganka de Youri Lioubimov et le Grand Magic Circus. Il démissionne le 4 mars 1981.

Antoine Vitez prend sa suite le 1er juillet. Il ouvre la saison avec Faust de Goethe. Il s'intéresse également aux oeuvres rares et démesurées comme le Soulier de Satin de Paul Claudel qui dure dix heures, et introduit les spectacles de marionnettes. Le souhait d'Antoine Vitez est de créer à Chaillot " un théâtre élitaire pour tous " .

En juin 1988, Jérôme Savary, fondateur du Grand Magic Circus devient directeur. Il présente fin 88, d'Artagnan, puis le symbolique Bourgeois gentilhomme. Ses choix sont éclectiques ; il monte aussi bien Shakespeare " en féeries poétiques à grand spectacle, dont le Songe d'une nuit d'été, La nuit des rois, la Mégère apprivoisée mais aussi des pièces de guerre comme Mère Courage, la Résistible ascension d'Arturo Ui avec Guy Bedos. Il accueille Béjart, Ute Lemper, Catherine Ribeiro, Mireille... Mais aussi Planchon, Langhoff, Benno Besson, Hans Peter Cloos... Sa jovialité et son style lui valent la fidélité de son public. " Alors, si, dans les années 90, le théâtre est populaire quand il réunit par une promesse de plaisir généreux des milliers de spectateurs de tous âges, de toutes catégories socioprofessionnelles - même si on ne peut parler d'ingénieurs - instituteurs - ouvriers - alors le Chaillot de Jérôme Savary est le théâtre populaire des années 90. " (in - Chaillot un théâtre national et populaire - Colette Godard - Editions Norma 1998.)

De juillet 2000 à 2008, c'est Ariel Goldenberg qui dirige Chaillot. Depuis la saison 2008-2009, Dominique Hervieu et José Montalvo dirigent le théâtre.

Haut de page

Avis du public : Chaillot - Théâtre National de la Danse

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire