Sharon Eyal - House

1
2
3
4
5

Chaillot - Théâtre National de la Danse , Paris

Du 26 au 29 avril 2017
Durée : 55 minutes

MUSIQUE & DANSE

,

Danse contemporaine

Nouvelle preuve du dynamisme de la scène chorégraphique israélienne, Sharon Eyal, avec son complice Gai Behar, vous ouvre les portes d’une «  maison » à visiter toutes affaires cessantes. Pour sa première venue à Paris, elle fait une déclaration d’amour à la danse qui vous mène dans des contrées inexplorées.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 39 €

Prix tous frais inclus


 

Photos & vidéos

Sharon Eyal - House

Chorégraphie

Gai Behar

,

Sharon Eyal

Nouvelle preuve du dynamisme de la scène chorégraphique israélienne, Sharon Eyal, avec son complice Gai Behar, vous ouvre les portes d’une « maison » à visiter toutes affaires cessantes. Pour sa première venue à Paris, elle fait une déclaration d’amour à la danse qui vous mène dans des contrées inexplorées.

La Batsheva Dance Company est au centre de la vie chorégraphique en Israël : ombre d’artistes qui l’ont fréquentée sont aujourd’hui reconnus dans le monde entier, à l’instar de Sharon Eyal. Elle y dansa, en fut la directrice artistique associée et chorégraphe résidente. En 2013, elle lance L-E-V avec Gai Behar, figure de la scène nocturne de Tel Aviv. Véritable plateforme d’innovations, L-E-V est aux confluences de la danse, de la musique, de l’art et de la technologie. House, création du tandem Eyal / Behar, avec la collaboration du musicien Ori Lichtik, synthétise cet esprit créatif ouvert sur le monde.

Les danseurs, vêtus de collant chair comme une seconde peau, se coulent dans une gestuelle déliée. Les lumières d’Avi Yona Bueno caressent littéralement les corps dans un pas de deux d’une sensualité débridée. Ici le mouvement est étiré à l’extrême, désignant un horizon lointain, les ensembles au cordeau. Une danse offerte qui ne s’interdit jamais l’excès, comme dans ce moment de transe hypnotique. Autour de Sharon Eyal et Gai Behar, une troupe s’est constituée : quelques interprètes exceptionnels venus de France, des États-Unis, du Japon, de Suède et d’Israël. Cette « maison » est la leur. Ils habitent tous les instants de cette chorégraphie, porteurs d’une grammaire du geste précise et généreuse.

Une déclaration d’amour à la danse – notamment les années 1960 américaines – qui séduit autant qu’elle trouble. En hébreu, lev veut dire « coeur ». Il en faut beaucoup pour porter son art à un tel niveau d’excellence. Sharon Eyal et Gai Behar sont des hôtes parfaits, House en apporte la preuve.

Philippe Noisette

Avec 6 danseurs.

Avis du public : Sharon Eyal - House

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire

Spectacles consultés récemment