Pédagogies de l'échec

Théâtre des Sources , Fontenay-aux-Roses

Le 18 novembre 2016
Durée : 1h30

CONTEMPORAIN

,

Coups de coeur

Au septième étage, dans des bureaux dont il ne reste rien, ni cloisons ni fenêtres, deux individus se plient aux lois de la hiérarchie. Tout autour d’eux est tombé, un tremblement de terre, une catastrophe ou un conflit mondial, peu importe. Un texte de Pierre Notte mis en scène par Alain Timar.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 18 novembre 2016

 

Photos & vidéos

Pédagogies de l'échec

De

Pierre Notte

Mise en scène

Alain Timar

Avec

Olivia Côte

,

Salim Kechiouche

  • Hiérarchie à tout prix

Au septième étage, dans des bureaux dont il ne reste rien, ni cloisons ni fenêtres, deux individus se plient aux lois de la hiérarchie. Tout autour d’eux est tombé, un tremblement de terre, une catastrophe ou un conflit mondial, peu importe. Un monde en ruines et dépeuplé. Mais ils sont là, ils poursuivent, ils continuent le travail, tentent de produire du travail dans le vide et entourés de trous. Ils se soumettent aux rôles professionnels, le pouvoir et l’immunité de la supérieure, et la servilité et l’irresponsabilité du subalterne. Avec mauvaise foi, rancœurs, jeux d’humiliations, mises à l’épreuve, jalousies, désirs, aspirations.

En bas, on monte des échafaudages, dont le coût de la location a précipité dans la faillite la boîte qui les a loués pour une reconstruction hypothétique. C’est dans cette boîte précisément que travaillent les deux individus, mais à présent désœuvrés, sans objectif, ni projet, si ce n’est celui de « continuer toujours à travailler ».

Pédagogies de l’échec, c’est une comédie féroce de la vanité de l’action et des rôles imposés, de la théâtralité des catégories socioprofessionnelles, qui veulent tenir le coup, encore et malgré tout, dans un univers aveugle quant à sa propre érosion, sa pathétique dégringolade.

  • La presse

« Pierre Notte flirte avec un absurde débridé comme peu de nos contemporains. Sa dernière livraison, mise en scène par Alain Timár, est une illustration plutôt bien réussie. L'affrontement est au cordeau » Emmanuelle Bouchez, Télérama sortir, 16 septembre 2015

« Texte, mise en scène, interprétation, tout est remarquable dans ce spectacle » MC Nivière et D. Denorme, Pariscope, 9 septembre 2015

« Belle performance pour cette pièce à l’humour décapant » François Josse, Le JDD, 3 septembre 2015

« Un sommet de l’écriture absurde » Stéphane Capron, Scèneweb, 29 août 2015

« Le jeu des comédiens est remarque, la scénographie d’Alain Timar comme toujours admirable. » Angèle Luccioni, La Provence

« C’est une des grandes réussites théâtrales de la rentrée. On court voir « Pédagogie de l’Echec » pour trois raisons… Un texte férocement drôle […] Des acteurs virtuoses […] Une mise en scène efficace. » Anna Nobili, Elle, 28 août 2015

« Les deux acteurs sont convaincants (Olivia Côte et Salim Kechiouche) et finissent en équilibre sur un plateau de plus en plus vertical. Bien vu. » Emmanuelle Bouchez, Télérama, 22 juillet 2015

« Dialogues ping-pong, basculements fascinants... un spectacle-bonheur !  » Danièle Carraz, La Provence

« Véritable prouesse physique des acteurs, l'audace d'Alain Timar, l'ingéniosité des techniciens » Vaucluse

  • Extrait

un grand trou – plus d’eau – plus de toilettes plus de lavabo plus rien – j’ai tenté une sortie de l’autre côté – je me suis dit bon ben je vais prendre l’escalier je vais descendre au sixième à la comptabilité – elles sont toujours très propres les toilettes de la compta mais là pareil plus rien plus d’escalier plus de sortie – il y a des moments je baisserais bien les bras.

La supérieure : je n’ai jamais mis mon stylo dans la bouche en CA.
L'assistant de direction : d’abord ça fait sale – ensuite ça fait un peu – comment dire – dégoûtant vous voyez – d’autant que vous ne suçotez pas avec le dos de la petite cuiller – vous y allez et pas qu’un peu – mais ce n’est pas le plus grave
La supérieure : ah oui ce n’est pas le plus grave ?
L'assistant de direction : ça fait gamine – ça fait enfantin – ça fait retour en enfance – et c’est bien ça qui pourrait poser le plus de problèmes – vous avez l’air de retomber un peu en enfance – une petite gamine tout d’un coup qui mâchouille suçote mâchonne le bout de son crayon – qui s’en fout plein la bouche – qui se tient mal – qui fait des grimaces – alors oui je préfère vous le dire – quand vous êtes en CA devant madame la présidente et tout le conseil – que vous avez les coudes sur la table et le bout du stylo dans la bouche ça n’est pas du meilleur effet
La supérieure : ah
L'assistant de direction : ben oui
La supérieure : bon

Avis du public : Pédagogies de l'échec

2 Avis

3 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(1)

Très bon


(0)

Bon


(1)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Jean-Paul R. 07 octobre 2015

    Original Suite à une catastrophe, une femme (cadre) et un employé sont isolés dans un bureau. La femme veut continuer d'assumer sont rôle de "petit chef", mais son attitude va quelque peu changer face à la catastrophe. Bon jeu d'acteur mais la pièce manque vite de souffle. »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Thierry C. 09 septembre 2015

    Magnifique Salim Kechiouche Très belle soirée. Deux acteurs formidables, très très bien mis en scène. Le texte manque parfois de force. Mais on reste scotché par la présence incandescente et le jeu très fin de Salim Kechiouche. »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Michèle T. 01 septembre 2015

    Vraiment très très bien ! Bravo aux deux comédiens, à l'auteur et au metteur en scène de cette pièce étonnante, originale, drôle et grinçante à la fois. Tout est merveilleusement orchestré et c'est un fameux coup de théâtre, dans tous les sens du terme ! À voir absolument et à recommander pour que le bouche à oreille récompense la performance. »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?
  • Spectacles consultés récemment