Les cahiers de Nijinski

Théâtre Suresnes - Jean Vilar , Suresnes

Le 01 décembre 2016
Durée : 1h15

CONTEMPORAIN

Daniel San Pedro et Brigitte Lefèvre mettent en scène un monologue en dédoublant le personnage de Nijinski : un comédien, Clément Hervieu-Léger, et un danseur, Jean-Christophe Guerri, interprètent sur scène la figure de ce danseur d’exception.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 01 décembre 2016

 

Photos & vidéos

Les cahiers de Nijinski

De

Vaslav Nijinski

Adaptation

Christian Dumais-Lvowski

Mise en scène

Brigitte Lefèvre

,

Daniel San Pedro

Avec

Jean-Christophe Guerri

,

Clément Hervieu-Léger

Ce spectacle est donné en accord avec la Fondation Vaslav et Romola Nijinski.

Vaslav Nijinski, le plus grand danseur de son temps, fut adulé en Europe et en Amérique, avant de sombrer dans la folie. Exclu des Ballets Russes en 1913 par Serge Diaghilev, jaloux de son mariage avec la jeune danseuse hongroise Romola de Pulszky, Nijinski danse à nouveau avec la troupe à partir de 1916. Au retour de sa dernière tournée, à l’hiver 1918, il écrit sur de petits cahiers ce qui constituera son « Journal » : le témoignage d’une vie consacrée à la danse et à l’art, le récit de ses souffrances, l’expression d’une quête spirituelle. En mars 1919, à l’âge de 30 ans, il est interné en hôpital psychiatrique, où il passera les 30 dernières années de sa vie.

Vaslav Nijinski n’a pas trente ans lorsqu’il commence la rédaction de ces cahiers. Durant six semaines, il écrit sur la vie, la mort, les sentiments, Diaghilev, la douleur, Dieu, la danse, à en perdre la raison. Celui qui maîtrisait à la perfection cet art de l’équilibre propre aux plus grands danseurs, celui qui émerveillait le public par des sauts d’une grâce et d’une puissance jamais vues, vacille irrémédiablement, bascule comme à l’intérieur de lui-même. Dense, violente, incohérente, fulgurante, sa prose exprime à la fois ses doutes et ses certitudes, ses réflexions et ses sensations, au-delà de la vraisemblance et de la raison.

Comment passe-t-on de la virtuosité au déséquilibre ? Comment le plus grand danseur de son temps perd-il pied, physiquement – il ne dansera plus jamais – et mentalement ? Et comment exprimer ce moment, cet entre-deux, cette faille insondable ?

Daniel San Pedro et Brigitte Lefèvre mettent en scène ce monologue en dédoublant le personnage de Nijinski : un comédien, Clément Hervieu-Léger, et un danseur, Jean-Christophe Guerri, interprètent sur scène la figure de ce danseur d’exception. Non pas comme une illustration, un répons ou un duo, mais pour évoquer l’univers mental de Nijinski, sa quête de vérité, ses pensées, « l’artiste et son double », comme aurait pu dire Antonin Artaud. Pour montrer l’invisible, ce moment de déséquilibre, entre le souvenir et le présent, d’un être multiple et complexe, entre deux mondes.

  • La Presse en parle

« Une tentative de traduction de l'indicible très réussie, sobre et émouvante. » Armelle Héliot, le Figaroscope

« Ces artistes se font les passeurs d’une fougue mêlée de fragilité » Marie Soyeux, La Croix

Avis du public : Les cahiers de Nijinski

0 Avis

1 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Carole W. 15 janvier 2015

    les cahiers de Nijinski spectacle bouleversant le comédien qui interprète N est fabuleux à surtout ne pas rater »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?
  • Spectacles consultés récemment