Théâtre Suresnes - Jean Vilar

+ d’infos

Prochainement à l’affiche

François Morel - La vie (titre provisoire) jusqu'à 16% de réduction

1
2
3
4
5
  • 34 avis
Théâtre Suresnes - Jean Vilar Suresnes | du 24 au 26 mars 2017 | Durée : 1h30
MUSIQUE & DANSE, Concert, Coups de coeur, Sélection Evénement, Tête d'affiche
RESERVER

À partir de 31,50 € , 26,50 € pour les adhérents

Réparer les vivants jusqu'à 18% de réduction

1
2
3
4
5
  • 7 avis
Théâtre Suresnes - Jean Vilar Suresnes | du 19 au 23 avril 2017 | Durée : 1h20
CONTEMPORAIN, Coups de coeur
RESERVER

À partir de 25,50 € , 21 € pour les adhérents

 

Anciennement à l’affiche

Le Cirque invisible

1
2
3
4
5
  • 8 avis
Théâtre Suresnes - Jean Vilar Suresnes | du 03 au 04 décembre 2016 | Durée : 2 heures avec entracte
CONTEMPORAIN, JEUNE PUBLIC, Cirque, Coups de coeur

Spectacle terminé depuis le 04 décembre 2016

 

Photos & vidéos

Théâtre Suresnes - Jean Vilar

Accueil du public
1938 : Naissance du théâtre de Suresnes
1951 Jean Vilar et les week-ends artistiques du TNP,
1967 : Le Centre Culturel de l'Ouest Parisien
1971 Le Théâtre Jean Vilar
1986 : Fermeture du théâtre
1990 : Le nouveau théâtre,

  • Accueil du public

La salle est accessible aux personnes à mobilité réduite, merci de le préciser avant votre commande au 01 40 13 84 65 (pour vérification des disponibilités).
Un bar et un restaurant vous accueillent 1h avant et après le spectacle.
Un vestiaire gratuit est à votre disposition.

En 1921, Henri Sellier, Maire de Suresnes, lance une politique d'aménagement de la ville. Ainsi débute la construction de la " Cité Jardins " qui regroupe de nouveaux logements et un programme d'équipements collectifs et commerciaux.

Henri Sellier voulait qu'au cœur de cet espace de vie idéal, les habitants aient leur lieu de rencontre et de divertissement. Il fit donc appel aux architectes Maistrasse et Quonian qui, de 1938 à 1939 édifièrent ce qu'on appela alors la " salle des fêtes " , bâtiment aux murs de briques et d'élégantes proportions rappelant le Palais de Chaillot, sur le modèle des " maisons pour tous " de l'époque. De fait, l'existence de ce théâtre n'est pas compréhensible en dehors de la Cité Jardins. Comme toutes les cités qui se construisent en banlieue parisienne entre les deux guerres, celle de Suresnes se veut un quartier harmonieux, moderne mais aussi autonome : une cité dont les axes principaux sont structurés par l'église et le théâtre-salle des fêtes.

Le bâtiment comportait deux salles : l'une destinée à la représentation des spectacles, selon des principes qui rompent avec les habitudes : ni baignoire, ni loge, ni poulailler ici mais un vaste parterre offrant à chacun une bonne visibilité. Et sous cette grande salle, un espace encore plus convivial, lieu de rencontre parfait pour les bals avec son beau parquet et son atmosphère intime.

L'édification d'une telle salle des fêtes au centre d'une ville de 10 000 habitants annonce, avec 10 ans d'avance, la vision de la fonction Théâtre/Public de Jean Vilar. En effet, avec l'absence de baignoire, loge, et autre poulailler, aucune hiérarchie sociale ne se ressent à l'intérieur du théâtre.

Haut de page

Dans les années 40, la Salle des Fêtes de Suresnes devient le Centre des Loisirs Albert Thomas - Henri dont l'utilisation est déterminée par la municipalité. Après la mort d'Henri Sellier en 1943, l'implication de la municipalité de Suresnes devient vraiment minimale : elle demande juste de veiller à ce que la salle soit libre pour l'arbre de Noël...

C'est en 1951 que Jean Vilar, comédien, metteur en scène, directeur du Festival d'Avignon à partir de 1947, et du Théâtre National Populaire de 1951 à 1963, va donner une nouvelle vie au Théâtre de Suresnes.

Dès son entrée en fonction comme directeur du T.N.P. en 1951, Jean Vilar se trouve confronté à la question des lieux de représentation : la session de l'O.N.U. occupe en effet le Palais de Chaillot jusqu'en avril 1952. Directeur de théâtre sans théâtre, Jean Vilar ne se replie pas sur une salle parisienne, comme il eût semblé logique à l'époque, il décide au contraire de faire porter l'essentiel de ses efforts sur la banlieue parisienne et choisit, entre autres, Suresnes. Pourquoi Suresnes ? Parce que c'est le seul théâtre de 1200 places qui existe à l'époque en proche banlieue. Soulignons que ce plan de conquête de la région parisienne ne s'est pas limité à la saison 1951 - 1952 (donc à l'occupation de Chaillot par l'O.N.U.) : il a été présenté au contraire par Jean Vilar comme un objectif à long terme.

En 1951, Jean Vilar organise les " week-ends artistiques " les 17 et 18, 24 et 25 novembre, et les 1 et 2 décembre. La grande salle du théâtre est utilisée telle quelle, le seul remaniement important étant de couvrir la fosse d'orchestre par un système de caissons mobiles. Il y a bien sûr des représentations les soirs de semaine, mais les trois week-ends ont droit à un programme spécial :
- samedi après-midi : concert de musique contemporaine
- samedi soir : Le Cid avec Gérard Philippe et Jean Vilar dans le rôle du Roi
- dimanche matin : " conférence-dialogue " avec toutes les vedettes du TNP
- dimanche après-midi : Mère Courage
- dimanche soir : bal

Si ces manifestations s'étendent sur une durée particulièrement importante, c'est parce que, pour Jean Vilar, " le théâtre, c'est comme la pénicilline : il n'agit qu'à haute dose " .

En outre, accessibles au plus grand nombre grâce à une politique tarifaire populaire, les week-ends artistiques suscitent un réel brassage social : ni la salle, ni les débats, les repas ou le bal ne se prêtent aux cloisonnements sociaux si répandus dans les théâtres à l'italienne de cette époque. C'est l'occasion de faire craquer le cadre trop étroit de la représentation théâtrale dans le temps, dans l'espace et jusque dans les rapports entre acteurs et spectateurs : aller voir jouer Gérard Philippe est une chose, mais débattre avec lui, manger à ses côtés, voire danser avec lui en est une autre...

Maurice Chevalier, séduit par l'événement, annonça qu'il donnerait un récital en supplément de programme, gratuitement bien sûr, bientôt suivi par André Dassary et Yves Montand qui se proposèrent pour faire de même lors des week-ends suivants. On eût l'occasion de voir Gérard Philippe jouer les machinistes, aidé de Maurice Chevalier, Louis Aragon et Elsa Triolet tentant vainement de faire honorer leurs bons de repas dans la cohue... Parmi les nombreuses personnalités présentes, on pût également apercevoir Patachou, René Clair, Jean Cocteau...

En ce qui concerne la fréquentation de ces week-ends, tandis que près de 10 000 spectateurs viennent de Paris, on compte un public de plus de 5 000 personnes venues de banlieue et qui, aimant le théâtre, y avaient renoncé depuis longtemps parce qu'il était devenu trop cher.

En 1953, il a été donné au théâtre 178 séances cinématographiques contre 23 séances de variétés. En 1954, le Conseil Municipal a confié l'exploitation du théâtre à une association constituée par les sociétés locales, ce qui permettait à la municipalité de continuer à utiliser la salle pour ses manifestations officielles.

Haut de page

Après le passage de Jean Vilar, le théâtre fonctionna comme une salle municipale à partir de 1967 sous le nom de " Centre Culturel de l'Ouest Parisien " , à l'instigation de la municipalité et du Maire M. Pontillon.

A cette époque, le théâtre était toujours très bien équipé avec :
- une salle de 1200 places
- un salon de lecture
- un salon audiovisuel
- une bibliothèque
- une discothèque
- une salle d'expositions
- une cafétéria

Le Théâtre de Suresnes était également le seul à présenter un tel programme en région parisienne :
- présentations de films
- causeries
- concerts
- pièces de théâtre
- ballets
- spectacles de variétés
- spectacles pour enfants
- interviews de personnalités des arts, des sciences et du cinéma

Haut de page

En 1971, le Centre Culturel de l'Ouest Parisien est rebaptisé " Théâtre Jean Vilar " en l'honneur des premiers week-ends artistiques. Des travaux de rénovation commencent en novembre 1975 pour se terminer un an plus tard.

Trois grands axes ont depuis été développés
- la diffusion culturelle (spectacles, expositions, bibliothèque, discothèque)
- l'animation auprès des associations locales, collectivités, comités d'entreprise, collaboration avec ces associations
- l'animation en milieu scolaire et plus généralement un travail culturel approfondi tourné vers l'enfance

Considérant que l'activité d'un centre culturel ne s'arrête pas à l'accueil des spectateurs, des ateliers ont été mis en place : céramique, théâtre, jazz et musique des peuples.

Haut de page

Dès 1984, une programmation plus ambitieuse a été réalisée. Hélas, en 1986, le théâtre fut obligé de fermer car il n'était plus adapté aux normes de sécurité, à la qualité de l'accueil souhaitée par la municipalité et aux exigences techniques modernes. A l'initiative de Christian Dupuy, Maire de Suresnes, la municipalité a décidé de réhabiliter et de moderniser l'ensemble du bâtiment.

La conception d'ensemble a été confiée à 4 architectes, un scénographe et un acousticien. Il a fallu seulement 18 mois pour réaliser l'ensemble des travaux prévus, ceci pour un coût de 65 millions de francs.

Les travaux peuvent se résumer ainsi :
- installer sur trois niveaux, à l'arrière du bâtiment, le Conservatoire de Musique, de Danse et d'Art Dramatique.
- adapter la grande salle aux exigences modernes de confort, de visibilité, d'acoustique et la scène aux conditions techniques des spectacles les plus divers ( théâtre, musique, danse) et des projections de cinéma. Ces importantes modifications ont porté notamment sur :
- la construction d'une avant-scène de 80 M2
- l'installation d'un système de chauffage par air pulsé sous les sièges
- la suppression du balcon et la mise en place de 700 fauteuils en gradin
- le revêtement en bois des parois latérales
- la construction d'un faux plafond conformément aux études acoustiques
- la mise en place d'équipements lumière et son très performants
- rénover la deuxième salle tout en préservant son caractère original et permettre dans ce lieu l'accueil de spectacles plus intimistes dans des conditions techniques favorables aux artistes accueillis.
- repenser tous les halls d'entrée des deux salles et les espaces d'accueil en aménageant deux foyers-bars conciliant la sécurité et le bien-être du public.

La réhabilitation du bâtiment a été exécutée tout en préservant l'aspect extérieur du théâtre qui est classé à l'inventaire des monuments historiques.

Haut de page

En novembre 1990, le Théâtre de Suresnes Jean Vilar rouvre sous la direction d'Olivier Meyer. Une nouvelle politique d'accueil est développée afin que le public retrouve le chemin du théâtre et pour faciliter l'accès du théâtre au plus grand nombre :

- politique de prix adaptés et politique très large de tarifs réduits et d'abonnements ;
- service de restauration lors des représentations ;
- placement gratuit par des hôtesses d'accueil ;
- service de navettes gratuit à l'intérieur de la commune et à partir de la gare SNCF de Suresnes-Mont-Valérien jusqu'au théâtre.

Le Théâtre de Suresnes a une double vocation : " ouvert à tous, surtout à vous " , il est un lieu au, service de la création permettant la découverte de spectacles divers, de qualité, rendus accessibles à un large public par des actions de sensibilisation. Il abrite également des artistes en résidence qui trouvent là un abri parfait de travail, de recherche.

Le théâtre propose plus de 50 spectacles différents dans sa saison, soit plus de 100 représentations réparties entre ses deux salles de 350 et 700 places. Autour de ces spectacles sont organisés des expositions, des répétitions publiques, des stages, des rencontres avec les artistes, des cocktails...

Haut de page

Avis du public : Théâtre Suresnes - Jean Vilar

0 Avis

1 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Guy P. 02 février 2013

    Théâtre Suresnes - Jean Vilar Je demeurai étant enfant au 16 rue kellog a côté du terminus d autobus 144 à l époque. Du temps ou je fréquentai l école Henri Sellier devenue collège aujourd'hui d hui je fui prix d honneur au cours préparatoire et fut reçu sur l estrade par le maire de SurEsnes. Autrement j assistai aux films le dimanche. Revoir cette salle dans laquelle fut tournée le film "ah les belles. Axantes. »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?