La journée d'une rêveuse (et autres moments...)

1
2
3
4
5

Théâtre du Rond-Point , Paris

Du 02 au 21 mai 2017
Durée : 1h20

CONTEMPORAIN

,

Coups de coeur

,

Tête d'affiche

Ce soir, elle refuse la tyrannie des tâches et d'un emploi du temps domestiques. Marilú Marini vit, rayonne, irradie. Associations d’idées, provocations, fantasmes, délires et fantômes, elle déballe tout. D'après La Journée d’une rêveuse et Rio de la Plata de Copi.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 21 mai 2017

 

Photos & vidéos

La journée d'une rêveuse (et autres moments...)

De

 Copi

Adaptation

Pierre Maillet

Mise en scène

Pierre Maillet

Avec

Marcial di Fonzo Bo

,

Lawrence Leherissey

,

Michael Lonsdale

,

Pierre Maillet

,

Marilù Marini

« Vous avez quelque chose à me donner à manger ? »

  • Portrait de Copi

Robe noire, royale, elle s’assied. Regard intense, yeux grands ouverts. Folle magistrale, clown funeste, Marilú Marini examine l’assemblée. Accent argentin, elle lâche « encore une journée ». Et les mots de Copi, compatriote de Buenos Aires débarqué à Paris au début des années soixante, fusent, pétaradants, explosifs dans le champagne. Ce soir, elle refuse la tyrannie des tâches et d’un emploi du temps domestiques. Elle vit, rayonne, irradie. Associations d’idées, provocations, fantasmes, délires et fantômes, elle déballe tout.

À ses côtés, Lawrence Leherissey, pianiste et partenaire, joue quand il peut, molesté par la dame. Copi meurt il y a tout juste trente ans en laissant des traces indélébiles à Libé, au Nouvel Obs ou Charlie Hebdo : dessins, entre autres, de sa Femme assise, sale bonne femme à gros nez, immobile et fâchée, vociférant après un poulet. Il laisse des pièces de théâtre, dont La Tour de la défense ; Eva Perón ; Loretta Strong ou Le Frigo. Il laisse La Journée d’une rêveuse, poème théâtral, et un roman autobiographique, Rio de la Plata, texte inédit dont s’empare aujourd’hui le metteur en scène Pierre Maillet.

Ces facettes, morceaux de choix, édifient un portrait libre et éclaté. Égérie d’Alfredo Arias, Winnie de Oh les beaux jours pour Arthur Nauzyciel, Marilú Marini porte ce météore théâtral, reine des joyeux démons de Copi.

  • La presse

« Chacune des répliques de ce spectacle férocement comique est une aventure. (...) Et c'est bien un numéro virevoltant qu'elle nous offre toute une soirée. Un moment inoubliable. » Mathieu Perez, Le canard enchaîné, 10 mai 2017

« Marilú Marini réveille avec bonheur le fantôme polymorphe de Copi (...) L'actrice joue les clowns gais et tristes, vole sur la scène avec grâce comme ses personnages rêvés, transforme la mélancolie de Copi en un grand sourire argenté.  » Philippe Chevilley, Les Echos, 4 mai 2017

« Alliant sens du burlesque et profondeur, Marilù Marini touche ici à ce qu’il y a de plus précieux dans l’univers de Copi : un rire franc et audacieux, à l’occasion irrévérencieux, qui transperce le réel pour dessiner le chemin d’un ailleurs poétique. » Manuel Piolat Soleymat, La Terrasse, 3 mai 2017

« Il n’est pas un geste, un souffle, un regard, qui ne témoigne, en Marilù Marini, d’un savoir d’instinct porté par l’amour de l’être absolu de l’autre qu’elle joue. On voudrait que cela ne finisse pas. » Jean-Pierre Léonardini, L’Humanité, 7 décembre 2015

« Pierre Maillet offre une subtile partition à la plus française des actrices argentines, Marilú Marini, au firmament de son art. » Jean-Pierre Thibaudat, Mediapart, 3 décembre 2015

« La comédienne nous apparaît comme une reine en son royaume. Marilù Marini et Pierre Paillet dressent un portrait sensible de Copi. » Patrick Sourd, Les Inroks ; 2 décembre 2015

Avis du public : La journée d'une rêveuse (et autres moments...)

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire

Spectacles consultés récemment