Les avis de BERNARD S.

La raison d'Aymé

  • 115 avis
Théâtre Edouard VII, Paris | du 13 au 15 juin 2019

COMEDIE & BOULEVARD, Sélection Comédie, Sélection Evénement, Tête d'affiche


Du bouevard dans la tradition
    1
    2
    3
    4
    5
Par

BERNARD S. le 23 avril 2018 à 08:50

Du bouevard dans la tradition La pièce de boulevard par excellence malgré le thème plutôt dramatique de la jeune épouse qui veut faire assassiner son vieux mari encombrant et très riche. Les dialogues sont précis et font mouche. Isabelle Mergault est la grande prêtresse de sa pièce et Gérard Jugnot s’amuse beaucoup sur scène. La salle est très réceptive, et rajoute à la bonne humeur ambiante. Finalement le seul bémol vient du théâtre lui-même : à l’orchestre, si vous mesurez plus d’1,75 m, vous passez une heure et demie dans l’inconfort le plus absolu, assis dans des fauteuils étroits, les coudes sur les genoux, les genoux dans le dossier de devant. Les sièges ne sont pas décalés d’un rang sur l’autre (si vous avez quelqu’un de grand devant vous tant pis !) : bref on sent que tout a été étudié pour une rentabilité maximum. Fallait-il que la pièce soit distrayante pour faire oublier ces conditions déplorables…

Faust

  • 10 avis
Vieux Colombier - Comédie Française, Paris | du 24 mars au 06 mai 2018

CLASSIQUE, Sélection Evénement, Magie


Magique
    1
    2
    3
    4
    5
Par

BERNARD S. le 09 avril 2018 à 08:54

Magique Après une première scène très réussie entre Dieu et Méphistophélès, un diablotin entre dans la salle, se présente comme Eric Ruf (= l’actuel administrateur de la Maison) et harangue les spectateurs. Son discours sans queue, ni cornes, ni fourche pose cependant une question : « Pourquoi vient-on à la Comédie Française ? ». La réponse est sur scène : inventivité et poésie au service d’un grand auteur, une mise en scène superbe et de grands acteurs ! A ce compte-là, Monsieur le Trublion, le public reviendra !

Art de Yasmina Reza

  • 99 avis
Théâtre Antoine - Simone Berriau, Paris | du 11 septembre au 31 décembre 2019 | Durée : 1h30

COMEDIE & BOULEVARD, A ne pas manquer, Coups de coeur, Sélection Comédie, Arts, Comédie dramatique, Molières 2018, Tête d'affiche


Du grand "Art"
    1
    2
    3
    4
    5
Par

BERNARD S. le 20 février 2018 à 11:29

Du grand "Art" Pour qui a assisté à la création de la pièce, aucun souci avec cette nouvelle production : tout y est : texte, mise en scène, décor et acteurs sont au rendez-vous pour restituer fidèlement la lettre et l’esprit. Tout juste (mais c’est un ressenti très personnel), aurait-on pu intervertir les rôles de C. Berling et A. Fromager. Ce qui frappe dans cette pièce, outre la richesse de l’écriture et la justesse des situations, c’est que c’est un drame qui fait rire ! Cette histoire d’un trio d’hommes qui se pensent unis par une forte amitié et qui vont se déchirer (au moins pour deux d’entre eux) sous les yeux incrédules du troisième arrache les sourires et les rires francs du public ! Est-ce parce qu’il trouve le prétexte futile (une querelle autour d’un tableau) ? Pas seulement, il y a aussi l’exhibition de sentiments humains profonds et la découverte chez l’autre de la différence parfois difficile à admettre. C’est définitivement un grand moment de théâtre en tout cas !

Quelque part dans cette vie

  • 109 avis
Théâtre Edouard VII, Paris | du 02 février au 03 juin 2018 | Durée : 1h40

CONTEMPORAIN, Coups de coeur, Tête d'affiche


Envoûtant
    1
    2
    3
    4
    5
Par

BERNARD S. le 12 février 2018 à 08:55

Envoûtant Voilà une pièce à découvrir, mêlant dérision, suspense et réflexion profonde sur la vieillesse et la mort. L’intrigue est banale au départ : un professeur de renom à la retraite et très malade accueille une aide-ménagère qui vient de perdre son mari. La suite reste à découvrir par tableaux successifs, subtils, enflammés et passionnants. On ne peut s’empêcher de penser à Alain Resnais dans « Providence » pour la thématique et dans « Smoking – No smocking » pour le découpage en scènes multiples qui, tel un peintre devant son écheveau, précise son œuvre à chaque coup de pinceau. Le couple Arditi-Devos est parfait de justesse. On sort comblé et bouleversé.

À droite, à gauche

  • 219 avis
Le Théâtre Libre, Paris | du 30 janvier au 15 février 2018 | Durée : 1h45

COMEDIE & BOULEVARD, Coups de coeur, Sélection Comédie, Politique, Tête d'affiche


Quel navet !
    1
    2
    3
    4
    5
Par

BERNARD S. le 12 février 2018 à 08:40

Quel navet ! C’est une interjection employée davantage pour un mauvais film, mais elle résume cette pièce qui est un amoncellement de poncifs piochés dans les argumentaires des uns et des autres pour justifier leur bord politique. De plus, il s’agit d’une lutte idéologique molle puisqu’elle met aux prises un centriste qui a épousé une musulmane (hasard ?) à un bobo de gauche trois fois divorcé qui se garde bien naturellement de voter Mélenchon. Tout sonne faux et les répliques tant soit peu drôles sont rarissimes. C’est pathétique de voir se commettre dans un tel galimatias Francis Huster, au passé prestigieux, mais c’est loin aujourd’hui. Il reste Régis Lapalès, sa voix si caractéristique et ses mimiques intemporelles. C’est bien peu…

Après la pluie

  • 6 avis
Vieux Colombier - Comédie Française, Paris | du 29 novembre 2017 au 07 janvier 2018 | Durée : 1h45

CONTEMPORAIN, A ne pas manquer, Coups de coeur


Après la pluie (ne vous fiez pas au titre, car tout se passe AVANT la pluie !)
    1
    2
    3
    4
    5
Par

BERNARD S. le 11 décembre 2017 à 13:55

Après la pluie (ne vous fiez pas au titre, car tout se passe AVANT la pluie !) On pense spontanément à la pièce « Les directeurs » de Daniel Besse. Un lieu insolite (le toit de l’immeuble) pour griller une cigarette en toute « légalité » car elle est proscrite dans les bureaux, et des bouts de vie échangés entre collègues ou cadres dirigeants. Mais là s’arrête la comparaison. Car les personnages sont loin d’être aussi intéressants et d’intrigue, on ne peut dire qu’il y en a une. Il y a certes quelques bons moments grâce une fois encore à l’interprétation sans faille, mais on reste sur une impression de lourdeur avec des évènements improbables et néanmoins dramatiques. Cela ressemble à ces anciens films italiens à sketches : aucune colonne vertébrale, même pas la moindre lutte de pouvoir bien sordide à l’intérieur de l’entreprise… Un point pratique à signaler : si vous allez voir cette pièce, arrangez-vous pour obtenir des places entre le 10ème et le 25ème rang, surtout pas plus près car le décor simulant le toit de l’immeuble est monté « haut » et vous passez 1 h 45 avec la tête en extension pour apercevoir les acteurs entre les barreaux de protection. Pour l’avoir éprouvé, c’est assez pénible. En résumé, une pièce mineure de la programmation de cette année.

Une vie

  • 5 avis
Vieux Colombier - Comédie Française, Paris | du 24 mai au 02 juillet 2017

CONTEMPORAIN


Singulier mais passionnant
    1
    2
    3
    4
    5
Par

BERNARD S. le 21 juin 2017 à 20:27

Singulier mais passionnant Certes le thème n'est pas nouveau (connaît-on jamais entièrement un individu ?), mais l'écriture de l'auteur et son inventivité répondent de manière originale la question et c'est non naturellement. Tout commence par une radioscopie dans laquelle un peintre connu rompu à l'exercice répond évasivement aux questions, se perdant même dans quelques contradictions, jusqu'à ce que le surnaturel entre en scène et une confrontation avec des êtres disparus porte un éclairage digne d'une dissection sur la vraie personnalité de l'artiste. Le côté obscur est dévoilé implacablement par des monologues ciselés portés par des comédiens hors pairs. Seule la dernière phrase nous a paru en décalage avec le personnage : difficile d'imaginer que cet être totalement égocentrique ait vraiment été à la recherche de l'amour.

L'Hôtel du Libre-Échange

  • 20 avis
Comédie-Française - Salle Richelieu, Paris | du 20 mai au 26 juillet 2017 | Durée : 2h30 environ

CLASSIQUE, Coups de coeur, Vaudeville


Superbe adaptation
    1
    2
    3
    4
    5
Par

BERNARD S. le 06 juin 2017 à 13:25

Superbe adaptation Du Feydeau à l’état pur, des comédiens au diapason (le quinté gagnant : Kessler, Viala, Vuillermoz, Pouly, Hecq - dont l’ordre est indifférent tant le registre de chacun est grand), une mise en scène sobre, mais une mécanique parfaitement orchestrée dans les temps forts et des costumes splendides, en résumé une belle réussite, un spectacle léger et drôle : merci pour ce (très bon ) moment !

Le Petit-Maître corrigé

  • 39 avis
Comédie-Française - Salle Richelieu, Paris | du 03 décembre 2016 au 26 avril 2017 | Durée : 2 heures environ

CLASSIQUE, Coups de coeur, Sélection Evénement, Comédie romantique


Charmant
    1
    2
    3
    4
    5
Par

BERNARD S. le 24 février 2017 à 14:35

Charmant Il faut remercier la Comédie Française d’avoir exhumé cette pièce de Marivaux blackboulée à son époque au bout de 2 représentations seulement (« On ne badinait pas avec l’échec public » en ses temps-là). On comprend très vite pourquoi cet accueil car l’on y voit un « petit maître parisien » se faire moucher par le bon sens provincial et cette idée même a dû être insupportable aux spectateurs. Il n’en reste pas moins que c’est une bien charmante adaptation qui est offerte avec des acteurs très impliqués dans leurs rôles respectifs et à l’énergie communicative. Au sens large, deux générations (et demi) de comédiens superbes virevoltent au gré du marivaudage et évoluent sur un décor unique (une dune herbacée reconstituée) mis en relief par un ciel changeant (malheureusement à un moment « la toile de fond du ciel » disparaît laissant voir la machinerie du back-stage – on se demande bien pourquoi – c’est d’autant plus regrettable que l’ensemble couplé à des costumes magnifiques est un ravissement pour l’œil). Nous avons trouvé une faiblesse dans le personnage du soupirant (non pas à cause du comédien Loïc Corbery toujours au top), car on ne sait pas, malgré tout, si son désintérêt profond vis-à-vis du mariage qu’on lui impose, bascule sincèrement vers de l’amour véritable. Mais, après tout, cela n’était peut-être pas le but de l’auteur. Enfin, une remarque plus pratique concernant le décor : celui qui l’a conçu n’a vraiment pas songé à ménager les chevilles des acteurs qui bougent énormément au fil des scènes, en particulier l’une des pentes est particulièrement raide et requiert toute leur concentration pour ne pas tomber.

La règle du jeu

  • 31 avis
Comédie-Française - Salle Richelieu, Paris | du 04 février au 15 juin 2017 | Durée : 2 heures

CONTEMPORAIN, Coups de coeur, Sélection Evénement


A éviter si vous avez aimé le film
    1
    2
    3
    4
    5
Par

BERNARD S. le 13 février 2017 à 15:29

A éviter si vous avez aimé le film Cela arrive de temps en temps à la Comédie Française : le dérapage, la sortie de piste, l'éclipse totale. On se souvient du massacre d'Amphitryon, l'année même de l'hommage rendu à Molière dans sa propre maison ou encore la bouillie indigeste de "La tempête". Eh bien voici au tableau de chasse peu glorieux "la règle du jeu" d'après le film célèbre de Jean Renoir. Autant prévenir le spectateur tout de suite, il doit se préparer à une séance de cinéma (1 heure !) avec un interlude au milieu durant lequel les comédiens en semi-liberté oscillent entre le mauvais music-hall et les scènes orgiaques (Mlle Sicard a un talent bien supérieur à la scène de sexe qu'on lui fait mimer avec complaisance, idem pour Elsa Lepoivre cantonnée à un rôle de maîtresse éconduite qui se pochtronne et arrose de soda préalablement consciencieusement secoué, les premiers rangs d’orchestre). Les séquences filmées ne sont pas des sommets de cinéma loin de là, les séquences jouées sont affligeantes de nullité, les personnages sont caricaturaux, loin de la psychologie fine et glauque du scénario de Jean Renoir : bref si vous voulez revoir l'histoire mieux vaut reprendre le DVD du film. Il y avait pourtant la place de faire de ce drame un beau spectacle, avec des acteurs de théâtre qui jouent une pièce avec de beaux dialogues : c'est bon de temps en temps de se souvenir des fondamentaux.