Les avis de Juste J.

Je parle à un homme qui ne tient pas en place

  • 29 avis
Le Centquatre (104), Paris | du 19 au 31 mars 2019 | Durée : 1h30

CONTEMPORAIN, A ne pas manquer, Biopic, Coups de coeur, Sélection Evénement, Tête d'affiche


Amicalement vôtre
    1
    2
    3
    4
    5
Par

Juste J. le 03 novembre 2018 à 18:22

Amicalement vôtre L'art du monologue lui est coutumier et celui-ci fleurit dans cette aventure vécue. Amoureux de la mer, de la voile, et fasciné par la vaillance de ces navigateurs solitaires qui ont marqué l'histoire, je suis d'abord un homme comme tout le monde qui a vibré, souri, froncé les sourcils à l'écoute de l'amitié de ces deux hommes remarquables. Seul “bémol” : ce soir-là, une beaucoup trop forte intensité sonore pour l'avant-dernière scène, et je crains que ce réglage ne varie pas.

Louise Michel, la louve

  • 1 avis
Guichet Montparnasse, Paris | du 11 février au 07 avril 2016 | Durée : 1h10

CONTEMPORAIN, Biopic


Auprès de Louise Michel le 16 janvier 1886
    1
    2
    3
    4
    5
Par

Juste J. le 25 avril 2015 à 23:48

Auprès de Louise Michel le 16 janvier 1886 Nous connaissions dans les grandes lignes la vie de Louise Michel, idéaliste impénitente, humaniste chérissant la liberté, l'égalité et la fraternité, qui avait déclaré : "Si l'égalité entre les deux sexes était reconnue, ce serait une fameuse brèche dans la bêtise humaine." Nous nous sommes retrouvés face à elle ! Par l'ingénieux parti pris de l'auteur et du metteur en scène nous sommes transportés — téléportés pour ainsi dire — en ce mois de janvier 1886 et nous partageons en camarades ses élans du coeur, ses confidences, sa peine d'être calomniée et sa joie d'être encouragée tant par Victor Hugo en personne que par la pensée militante d'Auguste Blanqui... Et c'est une Louise Michel transfigurée que nous applaudissons finalement en la personne de Clémentine Stépanoff.

Marie Tudor

  • 8 avis
Théâtre Montansier, Versailles | du 25 au 27 juin 2015

CLASSIQUE, Pièce historique, Tête d'affiche


Pauvre Victor
    1
    2
    3
    4
    5
Par

Juste J. le 19 mars 2015 à 00:37

Pauvre Victor Quel beau texte pourtant et quelle situation pathétique ! Les hommes sont assez convaincants — particulièrement le personnage du Juif qui noue l’intrigue — la reine cependant, jouée si trivialement, ne l'est guère… Évoquant davantage une caricature de "marchande de poissons", se laissant aller à des élisions peu flatteuses ("Je veux pas qu'y meure !"), elle perd toute grandeur et toute noblesse (d'âme et de rang). Le metteur en scène offrait pourtant cette citation: "Quelle est en effet la pensée que je tente de réaliser dans Marie Tudor ? Une Reine qui soit femme. Grande comme Reine. Vraie comme Femme." Victor Hugo, 17 Novembre 1833. Forte était la tentative, bien faible est ici le résultat. Quant à l’idée d'un musicien armé d'une guitare électrique, elle serait plaisante si elle ne servait pas de prétexte à une « danse endiablée » aussi peu féminine qu'incongrue. Pauvre Victor.

Les coquelicots des tranchées

  • 12 avis
Théâtre 14, Paris | du 11 novembre au 31 décembre 2014 | Durée : 2h15

CONTEMPORAIN, Molières 2015, Pièce historique


Un vrai coup de cœur !
    1
    2
    3
    4
    5
Par

Juste J. le 29 novembre 2014 à 12:42

Un vrai coup de cœur ! Ah, oui !… Que de talents rassemblés dans ces Coquelicots des tranchées ! Et quelle joie de constater que les messages et commentaires précédents témoignent du même enthousiasme que le nôtre ! Venus à quatre, âgés de 20 à plus de 60 ans, nous avons partagé avec le même coeur l'histoire de cette famille et l'évocation formidable de la guerre. Indéniable est le talent de l'auteure, G.-M. Jolidon, qui a su transmettre de cette façon une telle épopée dans les situations tragiques d'un quotidien désespérant teinté d'humour. Grâce à la fluidité d'une mise en scène pleine de subtilité et d'ingéniosité, cette pièce, vécue avec intensité par les acteurs comme par les spectateurs, restera longtemps pour nous l'exemple même de tout ce que peut provoquer un art qui en réunit plusieurs, qui donne à voir et à entendre, à s'émouvoir et à réfléchir. Merci pour ce théâtre réellement populaire et accessible à toutes les générations et merci au Théâtre 14 et à theatreonline de nous proposer ce chef-d'oeuvre à des prix abordables !
Cristiana Reali

Cristiana Reali

  • 1 avis

Tête d'affiche


Pauvre Victor
    1
    2
    3
    4
    5
Par

Juste J. le 19 mars 2015 à 00:44

Pauvre Victor Quel beau texte pourtant et quelle situation pathétique ! Les hommes sont assez convaincants — particulièrement le personnage du Juif qui noue l’intrigue — la reine cependant, jouée si trivialement, ne l'est guère… Évoquant davantage une caricature de "marchande de poissons", se laissant aller à des élisions peu flatteuses ("Je veux pas qu'y meure !"), elle perd toute grandeur et toute noblesse (d'âme et de rang). Le metteur en scène offrait pourtant cette citation: "Quelle est en effet la pensée que je tente de réaliser dans Marie Tudor ? Une Reine qui soit femme. Grande comme Reine. Vraie comme Femme." Victor Hugo, 17 Novembre 1833. Forte était la tentative, bien faible est ici le résultat. Quant à l’idée d'un musicien armé d'une guitare électrique, elle serait plaisante si elle ne servait pas de prétexte à une « danse endiablée » aussi peu féminine qu'incongrue. Pauvre Victor.