Les avis de Eric C.

Silence, on tourne !

  • 347 avis
Théâtre Fontaine, Paris | du 20 septembre 2018 au 30 juin 2019

COMEDIE & BOULEVARD, Coups de coeur


Thérapie par le rire
    1
    2
    3
    4
    5
Par

Eric C. le 26 février 2018 à 10:39

Thérapie par le rire Pièce vue en famille, avec enfants de 11 et 13 ans. Tous, nous avons copieusement ri tout au long de la pièce, qui continue à surgir dans les conversations familiales. Bon mélange de farce et de boulevard, dialogues vifs et drôles, pas toujours subtils, mais c'est le genre, excellents acteurs --tous sans exception-- et, en prime un bon trio de jazz qui nous rappelle Django Reinhardt

Le jeu de l'amour et du hasard

  • 96 avis
Rutebeuf, Clichy La Garenne | le 29 novembre 2018 | Durée : 1h20

CLASSIQUE, A ne pas manquer, Coups de coeur, Avec les ados, Romance, Sélection Comédie


Preuve que Marivaux est inoxydable
    1
    2
    3
    4
    5
Par

Eric C. le 07 mai 2017 à 18:38

Preuve que Marivaux est inoxydable Le parti-pris de la mise en scène est de dépoussiérer Marivaux (en-a-t-il besoin?) et de donner un ton plus contemporain à la pièce. D'où des séquences filmées qui viennent interrompre la pièce, et un jeu forcé des acteurs à qui on demande de faire du vaudeville, si ce n'est de la farce. Ils y parviennent, et font rire un public bon enfant, mais c'est au détriment de la finesse du texte, souvent écrasée par les hurlements des acteurs. Ceux-ci ne déméritent pas, montrent une énergie et une passion louables, mais qu'on aurait préféré voir au service de l'humour et de la finesse plutôt que de la farce.

Platonov

  • 17 avis
Théâtre du Nord, Lille | du 25 au 29 mars 2015 | Durée : 3h40

CLASSIQUE, Coups de coeur, Tête d'affiche, Les Molières


La fougue du jeune Tchekov
    1
    2
    3
    4
    5
Par

Eric C. le 08 février 2015 à 15:07

La fougue du jeune Tchekov Le Tchekov de La Cerisaie et d'Oncle Vania est tout de nuances et de passions passées mais pas éteintes. Platonov nous montre la genèse des thèmes tchekoviens, la médiocrité qui suit les rêves les plus nobles, la guerre d'amour incessante entre hommes et femmes, mais y ajoute une extravagance burlesque russe et shakespirienne, typique des fins de régimes, qui nous rafraichit agréablement. Grace soient rendues à cette troupe formidable, à Emmanuelle Devos et Rodolphe Dana pour l'avoir compris et nous le faire découvrir.

Dispersion (Ashes to ashes)

  • 9 avis
Théâtre de l'Œuvre, Paris | du 16 septembre au 14 novembre 2014 | Durée : 1 heure

CONTEMPORAIN, Tête d'affiche


Touche mais pas coule
    1
    2
    3
    4
    5
Par

Eric C. le 28 septembre 2014 à 20:24

Touche mais pas coule Le texte de Pinter est volontairement obscur, entre la banalité d'echanges dans un (vieux?) couple et la détresse de la femme dont la mémoire est marquée par l'horreur. Carole Bouquet, magnifique, nous fait toucher cette détresse, mais son partenaire, indifférent ou faussement intéresse, parvient malheureusement a neutraliser, annuler, presque l'emotion. Et, devant la divine Carole, on se prend pourtant a bailler