Voyage dans les mémoires d'un fou

L’Archipel, Théâtre et Cinéma , Paris

Du 02 février au 29 avril 2017
Durée : 1h20

CONTEMPORAIN

,

Coups de coeur

Lionel Cecilio a écrit un texte fin, poétique et juste et nous emmène pour un voyage haletant dans les mémoires d'un jeune homme atteint d'une maladie incurable. Un passionnant périple intérieur.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 29 avril 2017

 

Photos & vidéos

Voyage dans les mémoires d'un fou

De

Lionel Cecilio

Mise en scène

Lionel Cecilio

Avec

Lionel Cecilio

  • Seul en scène poétique et drôle

A l’annonce d’une maladie incurable, comment réagir lorsqu’on réalise que sa dernière heure approche ? Saisir la vie à bras le corps ?... Ou attendre avec fatalité que la mort passe ? Et pourquoi ne pas plutôt écrire ses mémoires pour les offrir à un lecteur imaginaire ?

C’est le point de départ d’un récit haletant aux frontières du réel, délirant, virtuose et drôle à la rencontre de personnages croustillants émaillant la route de notre jeune fou : le Père, l’Enfant, un médecin lunaire, un prêtre, un professeur acariâtre, un coach de boxe émouvant, Dieu, Einstein, Jeanne d’Arc...

Sur des textes finement ciselés qui amusent autant qu’ils donnent à penser, l’auteur invite à un passionnant périple intérieur. D’une rare sensibilité, d’une force poétique et d’une cruauté débridée, cette pièce à la fois drôle et tendre est également admirablement interprétée : on passe du rire aux frissons, on est ému et touché. Une véritable découverte et un hymne à la folie du monde...

  • La presse

« Drôle et tendre. Admirablement interprété. » LCI

« Texte sublime. On passe du rire aux frissons. » France Bleu

« Poétique drôle et émouvant. » La Provence

« Lionel Cécilio est un virtuose qui amuse autant qu'il donne à penser. » La Terrasse

  • Mot de l'auteur

C’est en donnant une lecture publique des Mémoires d’un fou de Flaubert en 2012 que tout a pris forme. Ce roman pour le moins méconnu, m’a tout de suite frappé et m’a éclairé sur le prisme par lequel je devais aborder le spectacle. Il s’agissait de rendre un instantané drôle et tendre de notre monde, de ses nombreuses absurdités. Mais il me manquait quelque chose. Une adresse, un théâtre pour l’exprimer et surtout un moteur qui validait le propos en évitant de tomber dans l’écueil du donneur de leçon. J’ai fini par trouver une raison pour mieux parler de la vie, la mort ! Comme le dit l’un des personnages du spectacle « on commence à croire en la vie quand on finit par prendre conscience de la mort. » Puis, grâce à Flaubert j’ai trouvé une idée pour l’adresse. Le spectacle est finalement loin du roman, mais je lui suis resté fidèle dans la forme en conservant le principe de mémoires signifié à un lecteur. Mais contrairement à Flaubert, ici rien n’est sûr, le lecteur est hypothétique, supposé, espéré.

Lionel Cecilio

  • Note d'intention

S’agissant de la mise en scène, je voulais qu’il y ait une profonde et constante cohérence entre l’univers visuel et sonore. Il m’importait que la musique et les lumières se confondent pour nous emmener ailleurs. Je voulais faire du spectacle un véritable voyage. Embarquer le spectateur. Qu’il n’ait jamais l’impression d’être dans un théâtre, qu’il ne sache pas où il se trouve et qu’il ne se pose jamais la question. Une dimension parallèle, comme un rêve dont on ne prend conscience qu’au moment du réveil.

J’ai aussi tenu à respecter l’unité de temps et de lieu, ainsi que la notion d’urgence qui sont si précieuses selon moi au théâtre. J’ai donc imaginé trois espaces scéniques renvoyant au présent, au passé proche et au passé plus ancien du personnage. Chacun étant clairement distinct, le plus propre, le plus lancinant possible, afin de pouvoir tout faire voler en éclat lorsque la vie, éperonnée par la mort pressante, prendra le dessus.

Le décor est volontairement confidentiel afin de remettre au centre du propos les questionnements du spectacle, l’équilibre entre richesses matérielle et personnelle. Enfin, la maladie affectant le corps, il fallait marquer la rupture entre un esprit libre et un corps figé devenu prison. J’ai donc beaucoup travaillé sur le mouvement et la tenue du personnage.

Lionel Cecilio

Avis du public : Voyage dans les mémoires d'un fou

4 Avis

4 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(4)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Marie-noël L. 24 mars 2017

    A ne pas manquer ! C'est à la fois drôle et émouvante. Le comédien nous offre un moment d'émotion, d'intensité et d'humour en alternant les jeux de mots (et de maux) avec l'émotion. Un magnifique spectacle. »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Elvyre A. 24 février 2017

    Un seul en scène maitrisé à merveille Lionel Cecilio vous transporte dans son univers où il incarne un rêveur solitaire attachant qui nous fait partager sa passion des mots, qu'il aime éperdument ! La mise en scène est bien rythmée, le texte dense et magnifique évoque avec une grande intensité l'amour, la maladie, la mort, la foi ...alternant avec talent et énergie des récits drôles, forts, émouvants ! Allez-y ! »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Silva G. 19 février 2017

    Formidable! Acteur brilliant. Texte excelent. »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Laure M. 06 février 2017

    Un spectacle formidable Texte très intelligent, parfaitement travaillé, un jeu toujours très juste dans ce seul en scène virevoltant. Un spectacle dont on se souvient, et qui nous fait réfléchir encore longtemps. A ne pas manquer ! »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?
  • Spectacles consultés récemment