Un espoir

1
2
3
4
5

Athénée Théâtre Louis-Jouvet , Paris

Du 04 au 28 mars 2020
Durée : 1h30

CONTEMPORAIN

Votre passé vous appartient-il... ou est-ce vous qui appartenez à votre passé ? Une pièce sur notre relation la plus sacrée, celle que nous avons avec notre mère.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 28 mars 2020

 

Photos & vidéos

Un espoir

Adaptation

Dominique Hollier

Mise en scène

Wendy Beckett

Avec

Hélène Babu

,

Christine Gagnepain

,

Rebecca Williams

  • Relation sacrée avec la mère

Votre passé vous appartient-il... ou est-ce vous qui appartenez à votre passé ? Une pièce sur notre relation la plus sacrée - celle que nous avons avec notre mère. Un Espoir met en avant le triangle formé par la mère biologique, la mère adoptive et l’enfant partagé entre ces deux femmes. L’expérience de l’adoption est à la fois bénie et maudite mais le résultat est toujours inoubliable. De la Seconde Guerre Mondiale jusqu’à la révolution sexuelle, la société imposait que les enfants nés hors mariage soient adoptés. Était-ce vraiment pour le bien de l’enfant ? L’adoption est généralement abordée du point de vue de la mère biologique, qui abandonne, ou de la mère adoptive. Un Espoir nous emmène dans la psychée de l’enfant. Le tiraillement, la perte et la peur conduisent les trois personnages en territoire inconnu. Le voyage est mystérieux, choquant, cruel et émotionnellement tendre.

La première production d’A Charity Case (titre original) a eu lieu au Belvoir St Theatre à Sydney, Australie, et plus tard en Australie du sud pour le Festival des arts d’Adelaïde. Pour la production originale, la scénographie était d’Imogen Ross ; les productions suivantes en Australie ont été jouées dans un décor de Halcyon Pratt, scénographe habituelle des pièces de Wendy Beckett. La dernière production d’A Charity Case était en 2011 au Theatre Row (salle Clurman Theatre) à New York (Off Broadway), la scénographie était de David L. Arsenault.

  • La presse

« Écrite et dirigée de manière convaincante par Wendy Beckett, cette pièce fascinante et dynamique nous interroge sur la relation mère-fille… A Charity Case ouvre à la discussion, soulève des questions et crée la controverse… » Broadway World

« Des portraits soigneusement dessinés de deux femmes clairement imparfaites… une réflexion délicatement calibrée. » Theatre Mania

  • Note d'intention

Qui n’a pas pensé lors d’un événement familial : mais en quoi ces personnes me ressemblent ? Je dois être adopté(e) !

L’adoption implique l’abandon d’un enfant. Cela est en contradiction avec nos responsabilités morales et nos obligations en tant que parents et humanistes. Cela touche à notre relation primaire, celle que nous avons avec nos mères.

Alors, la plupart des histoires sur l’adoption sont enjolivées par rapport à la réalité. Le scénario est souvent séduisant : de merveilleux parents adoptifs, des retrouvailles heureuses avec la mère biologique ; tout est fait dans l’intérêt de l’enfant qui en ressort alors reconnaissant, équilibré et heureux. La mère adoptive est maternelle et comblée d’avoir un enfant, la mère biologique a des raisons compréhensibles d’abandonner son enfant et l’enfant est reconnaissant envers les deux mères.

Dans les familles traditionnelles, on dit qu’il y a des “bonnes mères” tout comme des “mauvaises mères”. Mais il est rare d’évoquer ces dernières dans les histoires d’adoption : on s’arrête généralement aux “bonnes mères”. Mais après tout il n’y a pas de mère parfaite, juste des femmes qui ont des enfants. Nous aimons nos mères malgré ce qu’elles nous imposent. Elles peuvent espérer que nous devenions de meilleures versions d’elles-mêmes, ou elles peuvent nous concurrencer. Elles peuvent attendre que nous comblions un vide dans leur vie ou que nous les surpassions. Les relations les plus bénéfiques semblent être les plus exigeantes, mais sans une mère aimante, comment répondre à ces attentes ?

Dans Un Espoir, ces femmes sont loin d’être parfaites. La mère adoptive casse nos préjugés, la mère biologique nous fait remettre en question notre jugement et l’adolescente nous fait ressentir combien la relation mère-fille ne se déroule jamais aussi bien que nous le prétendons.

Cette pièce a été écrite suite à de nombreuses interviews de mères biologiques, de mères adoptives, et d’enfants adoptés. Adoptée moi-même, j’étais curieuse de savoir s’il y avait des points communs dans nos histoires. Plus tard, j’ai moi-même adopté un enfant et ma conclusion est la suivante : nous faisons tous de notre mieux. Le courage consiste à ne pas avoir peur de déconstruire le puzzle de nos vies et à trouver, ensuite, assez d’amour pour le réassembler.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Un espoir

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment