The Fantasticks

1
2
3
4
5

Studio Marigny , Paris

Du 24 mai au 07 juillet 2019

MUSIQUE & DANSE

,

Comédie musicale

Inspirée par la pièce d’Edmond Rostand Les Romanesques et mâtinée de multiples références, l’histoir des Fantasticks met en scène deux pères et leurs enfants (un garçon et une fille). Ils sont voisins et sont les meilleurs amis du monde. Ils imaginent pour favoriser l’union de leurs enfants de leur interdire de se voir, une stratégie tirée de Roméo et Juliette dont l’efficacité n’est pas prouvée…
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 25 €

Prix tous frais inclus


 

The Fantasticks

De

Tom Jones

,

Edmond Rostand

,

Harvey Schmidt

Mise en scène

Olivier Fredj

  • Musical en deux actes

« Try to remember... » Tout le monde connaît cette chanson immortalisée notamment par Harry Belafonte, sans avoir idée du musical dont elle est extraite. Et pourtant The Fantasticks - production montée en un mois avec 200 dollars – a connu un immense succès. Depuis la première en mai 1960 au Sullivan Street Playhouse Theatre à New York, et les différentes reprises, ce musical est la production ayant eu la plus longue durée d’exploitation, toute oeuvre confondue, de l’histoire du théâtre américain.

Inspirée par la pièce d’Edmond Rostand Les Romanesques et mâtinée de multiples références, l’histoire met en scène deux pères et leurs enfants (un garçon et une fille). Ils sont voisins et sont les meilleurs amis du monde. Ils imaginent pour favoriser l’union de leurs enfants de leur interdire de se voir, une stratégie tirée de Roméo et Juliette dont l’efficacité n’est pas prouvée…

  • Note d’intention

« Try to remember and if you remember then follow… » dit la chanson. Avec The Fantasticks, le spectacteur est invité à l’aventure. L’aventure de ses vingt ans, de sa soif d’absolu, de romantisme. L’aventure du théâtre et de sa magie : comment, l’air de rien, donner à voir et à entendre cette aventure cocasse, drôle et touchante ?

Comme un livre de souvenirs, ou peut-être la « page facebook » de la comédie musicale, tant son histoire, ses personnages, ses chansons, sont autant de références à des styles, des pièces, des films, et des tableaux… On pense à Batman mais aussi à La Flûte Enchantée, à Roméo et Juliette bien sûr, mais aussi à Cyrano, à Monet, à Singin’ in the Rain ou Chicago, aux Westerns, au Songe d’une nuit d’été, à un profil Instagram…

Une scène vide. Deux musiciens. Un mime-bruiteur. Un narrateur. Du papier. Et sur cette page banche, le spectateur retrouve la magie de l’enfance, celle de croire à ce qui se fabrique sous ses yeux, des lieux, des situations, des sentiments faits « de presque rien », des surprises visuelles en « carton pâte » et des effets sonores et vidéos aboutis. Et il renoue avec sa propre histoire, s’émerveille, chantonne et danse, enfin se moque et pourtant s’émeut de ce romantisme naïf mais touchant. The Fantasticks est un mélange de style et d’intentions : « Tout ce qu’on aimait le plus au théâtre musical intégré dans une seule pièce ! » (Tom Jones).

Olivier Fredj

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : The Fantasticks

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment