PMQ, l’élégance voQale

2 Ânes , Paris

Du 11 février au 13 mai 2019

HUMOUR & CAFE THEATRE

,

Humour musical

Au croisement de la Maîtrise de Radio France et des néons des salles de garde, à la frontière entre les Petits Chanteurs à la Croix de Bois et le Carnaval de Dunkerque, pile au centre du milieu des Chœurs de l’Armée Rouge, un poil juste à côté des Barbershop, pas loin de la Close Harmony... Grivois, beaucoup, classe, toujours... enfin... presque…
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 13 mai 2019

 

Photos & vidéos

PMQ, l’élégance voQale

Mise en scène

Charlotte Gaccio

Avec

Olivier Andrys

,

Geoffrey Bailleul

,

Brice Baillon

,

Louis Lefebvre Legagneur

,

Joël Legagneur

,

Pierre Marescaux

,

Benjamin Riez

  • Vocalises paillardes

Au croisement de la Maîtrise de Radio France et des néons des salles de garde, à la frontière entre les Petits Chanteurs à la Croix de Bois et le Carnaval de Dunkerque, pile au centre du milieu des Chœurs de l’Armée Rouge, un poil juste à côté des Barbershop, pas loin de la Close Harmony...

Sur une mise en scène de Charlotte Gaccio, ces 7 mercenaires des vocalises revisitent a cappella un répertoire de paluchards comme Paul Bocuse magnifiait un saucisse-purée ! Grivois, beaucoup, classe, toujours... enfin... presque…

  • La presse

« On est donc à la fois dans le pur paillard et dans la chanson crue, parfois très crue, et dans l'élégance de vocale de premier ordre. C'est bien sûr cette dichotomie qui rend le spectacle si savoureux, et d'ailleurs le public rit sans pouvoir s'arrêter. » François Delétraz, Le Figaro, 26 février 2019

« PMQ a fait le pari de l’élégance et de l’humour, reprenant chansons traditionnelles paillardes et nouveautés dans des polyphonies inattendues, avec une drôlerie sans égale. » Oui FM, 20 février 2019

« Vous n’aimez pas la chanson paillarde ? Nous non plus. Pourtant nous n’avons pas cessé de rire pendant le spectacle. […) En y intégrant des chansons de Max Boublil, François Morel et Philippe Katerine, ils rajeunissent le genre. » J. N., L’Obs

« Charlotte Gaccio a apporté son regard féminin, indispensable dans ce répertoire grivois. » Au Balcon

« Leur refrain fétiche : « un dimanche matin », à la façon de Bob Marley, Jean Sébastien Bach ou Michael Jackson. Le public se surprend à l’attendre. Applaudit dès qu’il reconnaît les premières notes. Ces fous de polyphonie vocale sont les chanteurs à la croix de bois version grivoise et coquine. » Le Figaroscope

« Les chansons les plus osées peuvent ici devenir des berceuses ou des gospels, adaptées à la manière de Jean-Sébastien Bach ou encore de Michael Jackson. »
L’Officiel des spectacles

« Des grands standards arrangés avec des tubes anglo-saxons donnent des résultats très surprenants comme celui de « mon père m’a donné 100 sous », ou alors celui de « Dudule… » une chanson paillarde très expressive, imagée transformée magnifiquement en berceuse, ou « Ah la Salope » avec des sonorités piquées à Edith Piaf comme celles de son légionnaire. » Le billet de Bruno

« Le répertoire (.) n’a rien de surprenant : beaucoup des chansons sont archi-connues (.). Les seules et notables différences sont l’interprétation, réglée pile poil (.). Et, même si c’est a capella, l’orchestration, docte, savante, ordonnée. Parfois, souvent même, en troquant à la mélodie d’origine une autre, sage ou saugrenue, toujours bienvenue, décalée, intelligente. (...) Par sept fois, chacun a son tour ira de sa version musicale, l’un rock, l’autre baroque, l’un variétoche, les autres jazz, reggae, folk… Un rare festival, hilarant comme rarement. Et un talent fou. Qui dira ensuite que les intermittents n’en branlent pas une ? […]. » Nos enchanteurs

« C’est du grivois de luxe qui nous est offert là, joué impeccablement et chanté avec une qualité musicale de haute tenue. Un spectacle complice et chaleureux pour rendre un hommage élégant et néanmoins ravageur à la paillardise. (.) Une culture de jeux de mots allusifs ou expressifs (.) qui sert autant la prétention de la masculinité dans la virilité des hommes que la vénération de la sensualité dans la féminité des femmes. (.) Ce sont frissons de sourires, rires sous cape et éclats de rire partagés. (.) Incontournable moment de bonne humeur musicale où les tabous sont tabous. Une poétique de la grivoiserie érudite et grossière. » Spectatif

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : PMQ, l’élégance voQale

1 Note

1 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(1)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Claude B. (1 avis) 28 mars 2019

Très Agréable soirée le bouche à oreille à fonctionné .....effectivement même si au départ ce sont des chansons "grivoises l'interprétation et la mise en scène est vraiment élégante.. très beau et bon spectacle ......
0
0

Spectacles consultés récemment