Opérette

1
2
3
4
5

Le Monfort théâtre , Paris

Du 02 au 03 avril 2003

MUSIQUE & DANSE

En intitulant sa dernière pièce Opérette, Gombrowicz annonce, sous forme de clin d’œil, la couleur : une parodie de la forme opérette pour mettre en jeu son combat contre tous les conditionnements. Une façon de parler de notre histoire, tragique et grotesque, sous l’angle de la dictature de la Mode. 
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 03 avril 2003

 

Opérette

De

Witold Gombrowicz

Mise en scène

Christian Gangneron

Musique d’Oscar Strasnoy
Chorégraphie de Blanca Li

En intitulant sa dernière pièce Opérette, Gombrowicz annonce, sous forme de clin d’œil, la couleur : une parodie de la forme opérette pour mettre en jeu son combat contre tous les conditionnements. Une façon de parler de notre histoire, tragique et grotesque, sous l’angle de la dictature de la Mode. 

« J’ai toujours été ravi de la forme opérette, une des plus heureuses, à mon avis, qu’ait produite le théâtre… Mais… comment farcir d’un drame réel le vide guignolesque de l’opérette ? Celle-ci doit n’être du début à la fin qu’opérette, intouchable et souveraine dans sa convention d’opérette, de l’autre, elle doit exprimer le drame pathétique de l’humanité. » W.Gombrowicz

Né en Pologne en 1904, mort en France où il s’était installé après un détour par l’Argentine où le surprit la Seconde Guerre mondiale, Witold Gombrowicz  est le produit de sa terre et de son temps. Pour lui, comme pour Sartre, l’enfer c’est les autres, ceux qui nous astreignent à résidence dans les idées qu’ils se font de nous. Dans Opérette – affrontement digne d’Hellzapoppin entre un dandy noceur et un chapardeur autour d’une Albertinette émoustillée – Gombrowicz annonce avec un grand éclat de rire ce qu’on nomme aujourd’hui « la mort des idéologies ».

Sur ce thème, loin des conventions du genre, Christian Gangneron, pour qui la langue de Gombrowicz exige impérieusement de la musique, fourbit un spectacle musical qui associe étroitement comédiens, chanteurs, musiciens et fait sienne les recommandations de l’auteur qui suggère « un grand déploiement de caricature, de grotesque d’où naît un monde impudique, intime et sauvage ». Avec Gombrowicz en effet, la dérision accompagne toujours le tragique tant il est vrai que si la vie peut être parfois un drame, elle peut être aussi une opérette. Christian Gangneron, dont vous avez découvert l’an passé l’étonnant Vivaldi La Verità in cimento, a commandé pour cette exubérante folie, une musique originale à l’argentin Oscar Strasnoy, et une chorégraphie à l’extravagante Blanca Li… On ne devrait pas le regretter.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Opérette

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment