Normalito

1
2
3
4
5

Les plateaux sauvages , Paris

Du 11 au 17 mars 2020

CONTEMPORAIN

,

Avec les ados

,

Familial

À travers cette fable sur la normalité et la différence, commandée par Fabrice Melquiot, petit·e·s et grand·e·s, sont invité·e·s à s’interroger sur leur rapport aux autres. C’est quoi être normal·e ? Ne sommes-nous pas tou·te·s différent·e·s et tou·te·s semblables ? L’empathie n’est-elle pas la plus belle qualité qu’on puisse interroger avec les spectateur·trice·s de tous âges ? À partir de 9 ans.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 6 €

Prix tous frais inclus


 

Normalito

De

Pauline Sales

Mise en scène

Pauline Sales

Avec

Pauline Belle

,

Antoine Courvoisier

,

Anthony Poupard

  • Fable sur la normalité et la différence

La maîtresse a demandé à tous les élèves de sa classe de CM2 d’inventer leur super-héros. Lucas a dessiné Normalito le super-héros « qui rend tout le monde normaux ». Lucas a dix ans et il juge que dans sa classe il y a de moins en moins de gens normaux.

Tout le monde a des singularités, lui ne s’en trouve aucune. Entre les hauts potentiels, les troubles du dys, les handicapés, ceux qui viennent d’autres pays, il a l’impression d’être oublié. La maîtresse le réprimande. On ne devrait pas penser comme lui. Lucas se met en colère bien décidé à défendre son point de vue.

Après cet incident, Iris, l’enfant zèbre, tente de se rapprocher de Lucas, elle qui aimerait tant devenir normale. Les deux enfants, que tout sépare, apprendront à se connaître. Ils découvriront les parents de l’un et de l’autre, et, bizarrement, dans cette autre famille, une manière de vivre qui correspond mieux à leurs attentes respectives.

Deux mondes, deux univers deux classes sociales, laquelle est plus « normale » que l’autre ? Est-ce bien « normal » de se sentir mieux chez les autres que chez soi ? Le jeune duo va fuguer et rencontrer Lina, la dame pipi des toilettes de la gare. Lina n’est pas une femme tout à fait comme les autres, elle est née homme dans un corps qui ne lui correspondait pas…

A travers cette fable sur la normalité et la différence, sur les peurs que nous inspirent ceux que nous ne pensons pas comprendre et qui sont pourtant comme nous, nous abordons la tolérance, l’empathie. Ne sommes-nous pas tous différents et tous semblables ?

  • Note d'intention

Fabrice Melquiot m’a proposé de faire partie de la saison 2019/2020 du théâtre AM STRAM GRAM. C’est une longue complicité qui nous unit, amicale et littéraire. Nous avons écrit ensemble une série théâtrale, Fabrice a été l’un des artistes les plus régulièrement invités à travailler aux côtés de Vincent Garanger et de moi même lors de notre direction durant dix saisons au Préau, Centre Dramatique National de Normandie à Vire.

C’est la deuxième fois que j’ai la chance de faire partie de l’histoire de ce théâtre pour l’enfance et la jeunesse. A la demande de Fabrice, j’ai écrit Cupidon est malade, une adaptation libre du songe d’une nuit d’été de Shakespeare, mise en scène par Jean Bellorini.

Nouvelle aventure, donc, pour la jeunesse, nouvelle proposition de la part de Fabrice qui s’interroge sur les super héros et m’invite de mon côté à cogiter sur les super normaux. Je m’empare avec appétit de cette idée. Oh oui des super normaux dans cette société où chacun cherche à tout prix à se singulariser ! Parfois pour le meilleur, parfois pour le pire. Est-ce donc si compliqué de s’avouer normal ? De mener son existence de femme et d’homme ? De ne pas posséder de dons particuliers ? De supers pouvoirs ? Comment rendre la normalité désirable sans qu’elle passe pour une moyenne terne sans ambition ?

Comment interroger le concept de normalité qui évolue évidemment selon les individus, les familles, les pays, les coutumes, les moeurs, l’époque ? Comment, dans cette société où certains cherchent à accepter et faire respecter leur différence, assumer sa non-singularité ? Comment supporter les pressions parentales qui aimeraient voir dans chacun de leur rejeton un enfant à haut potentiel, un génie méconnu ? Dans chaque femme ou homme ordinaire ne se cache-t-il pas « l’honnête femme » « l’honnête homme », celle, celui, qui aimerait vivre justement en conscience ? Et s’il existait encore des êtres qui n’avaient pas le désir de leur quart d’heure de célébrité ?

Ce serait l’histoire de Lucas, un garçon vraiment normal de dix ans, ni très beau, ni très laid, avec un QI dans la moyenne, vivant avec ses deux parents de la classe moyenne. A force d’être ordinaire, et en même temps de représenter quelque chose, un petit mâle blanc occidental, il a la sensation de ne susciter ni intérêt, ni attention. Comme il le dit, il se sent normal nul…

Il croisera, Iris, l’Enfant Zèbre, la surdouée issue d’une famille - une des rares- qui s’en serait bien passée d’avoir une fille qui sort de l’ordinaire.

Et puis, dans leur échappée, ils rencontreront la dame pipi d’une gare, qui a l’air super normale comme ça, une femme invisible à qui on donne des pièces jaunes sans la regarder dans les yeux, mais qui porte un secret…

C’est une longue histoire, rocambolesque, mouvementée, suite de hasards les plus quotidiens qu’on puisse imaginer.

Je mettrai moi-même en scène cette pièce pour trois acteurs. Ce sera la première coproduction de la compagnie À l’Envi, dont nous assumons la direction artistique avec Vincent Garanger.

Pauline Sales

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Normalito

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment