Marrugeko - Le Dernier appel

1
2
3
4
5

Chaillot - Théâtre national de la Danse , Paris

Du 10 au 12 juin 2020
Durée : 1 heure

MUSIQUE & DANSE

,

Danse contemporaine

Les chorégraphes Dalisa Pigram, Serge Aimé Coulibaly et six danseurs époustouflants de la compagnie australienne Marrugeku se penchent sur les sensibilités culturelles et politiques de la Nouvelle-Calédonie et de l’Australie.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 14,50 €

Prix tous frais inclus


 

Photos & vidéos

Marrugeko - Le Dernier appel

De

 Ngaiire

,

Bree Van Reyk

,

Nick Wales

Chorégraphie

Serge Aimé Coulibaly

,

Dalisa Pigram

Avec

Amrita Hepi

,

Stanley Nalo

,

Krilin Nguyen

,

Yoan Ouchot

,

Dalisa Pigram

,

Miranda Wheen

  • Entre modernité et tradition

« La colonisation nous a façonnés. Défaire le passé est impossible », affirme Le Dernier Appel, une pièce inscrite dans le contexte particulier de l’histoire du Pacifique et de la décolonisation, qui porte une réflexion forte sur l’héritage culturel colonial. La compagnie Marrugeku est en elle-même un symbole de ce vaste territoire, de l’Australie et du Pacifique sud, et rassemble en son sein une équipe pluriethnique de danseurs kanaks, aborigènes, issus de l’immigration et anciens colons vivant en Australie et en Nouvelle-Calédonie.

Pour cette pièce, les directrices artistiques de Marrugeku, Dalisa Pigram et Rachael Swain ont fait appel au chorégraphe burkinabé Serge Aimé Coulibaly. Ensemble, ils questionnent la disparition du mode de vie des anciens, l’impact du référendum d’autodétermination de 2018, et l’histoire des peuples. Entre danses urbaines et danses traditionnelles oubliées, Le Dernier Appel explore les interactions politiques et personnelles d’une émancipation actuelle et à venir, comme un appel ultime à remettre les choses en ordre et le signal d’un nouveau monde !

  • Saison Africa 2020

« 54 pays composent le continent africain. Depuis l’Afrique du Sud jusqu’aux pays du Maghreb, la diversité et le foisonnement de la création contemporaine y sont remarquables et en constante évolution. Cette vitalité s’exprime notamment par la grande capacité des artistes à vivre et penser par-delà les frontières de leur propre pays administratif et par le croisement fécond des différents champs disciplinaires. Ainsi, dans le domaine de la danse, les artistes font partie intégrante des diasporas ou multiplient les allers-retours entre continents et nations, nonobstant les barrières et difficultés politiques et administratives de toute sorte.

En écho à la Saison Africa 2020, initiée par l’Institut français, Chaillot présente deux séquences consacrées à la création chorégraphique contemporaine. La première, début juin 2020, fera dialoguer la danse avec la littérature, la musique et le théâtre en réunissant de très grandes figures, références dans leur champ d’expression respectif. La seconde, à l’automne 2020, mettra l’accent sur la création et la jeunesse. L’énergie puissante et la créativité débordante de ces artistes risquent bien de nous bousculer et de faire bouger quelques lignes dans la perception que nous pouvons avoir du paysage artistique africain.

C’est tout ce que je souhaite et Chaillot vous y invite ! » Didier Deschamp

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Marrugeko - Le Dernier appel

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment