Malandain Ballet Biarritz

1
2
3
4
5

Les Gémeaux - Scène Nationale de Sceaux , Sceaux

Du 23 au 25 mai 2018

MUSIQUE & DANSE

,

Ballet

,

Danse contemporaine

Thierry Malandain présente deux ballets : Nocturnes, fresque mélancolique sur une musique de Chopin et Estro sur la musique de Vivaldi, marquant un désir d'élévation.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 31,50 €,22,50 € pour les adhérents

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
 

Malandain Ballet Biarritz

Chorégraphie

Thierry Malandain

  • Nocturnes

« En proie à ses états d’âme, Frédéric Chopin traduit dans Les Nocturnes — 21 pièces pour piano composées entre 1827 et 1846 — les langueurs de l’amour avec la profondeur de sa nature éprise de mélancolie. Cette prépondérance d’un sentiment empreint d’un voile obscur, ce goût du morbide, ce romantisme noir et « gothique » cultivé par Chopin et d’autres romantiques a motivé un rapprochement avec les Danses macabres en vogue à la fin du Moyen-Âge. Il s’agissait le plus souvent de peintures murales représentant une suite de personnages de tout sexe, de tout âge, de tout état, entraînés chacun vers le repos final par un squelette, qui ne représentait pas la Mort, mais le mort, c’est-à-dire une image posthume du vivant.

Au-delà de l’idée d’associer deux choses aussi disparates que danser et mourir, les Danses macabres symbolisaient le passage du temps et montraient comment la Mort réunit fraternellement les hommes de tous rangs. Vestiges d’ « un jour noir plus triste que les nuits » eût dit Charles Baudelaire, Nocturnes se présente comme une fresque, comme un songe écrasé sous le poids d’une éternelle mélancolie. » Thierry Malandain

Ballet pour 22 danseurs
Musique : Frédéric Chopin
Chorégraphie : Thierry Malandain

  • Estro

L’Estro armonico Op.3 est, après Les Quatre saisons, l’œuvre concertante la plus célèbre d’Antonio Vivaldi (1678-1741). Editée à Amsterdam en 1711 et dédiée à Ferdinand III de Médicis, elle signa à la fois l’avènement du genre concerto et le début de la renommée du « prêtre roux » en Europe. Alliant la fantaisie (« estro » signifie imagination) à l’harmonie en tant que système de composition, le titre de ce recueil de douze concerti pour un, deux, trois violons peut être interprété comme le désir d’associer l’extravagance aux principes conventionnels de l’écriture musicale.

En 1963, sur cette partition audacieuse, le chorégraphe John Cranko (1927-1973) créa L’Estro armonico pour le Ballet de Stuttgart, dont il était le directeur artistique. Sans artifice, précis et diablement technique, cet ouvrage entrera au répertoire du Ballet Théâtre Français de Nancy en 1979. Dès l’année suivante, j’aurai l’occasion de l’interpréter un grand nombre de fois. Les difficultés imposées par la chorégraphie n’étaient pas simple à maîtriser, se lancer était parfois une épreuve, une sorte de chemin de croix. Un soir, en pleine ascension, incapable de dépassement, j’éclatais en sanglots. C’était trop ?

Comme tout auteur met de lui-même en plongeant dans sa propre existence, Estro en reprenant les trois concerti choisis par John Cranko, additionnées de fragments du Stabat Mater (RV 621) écrit par Vivaldi en 1712, fait souvenir de cette anecdote pour ensuite inventer. A l’origine, afin de marquer un désir d’élévation et traduire les efforts à accomplir pour parvenir au sommet d’une montagne, vue comme le lieu privilégié de la rencontre entre le ciel et la terre, sur une toute autre partition et comme une image symbolique, il était question d’utiliser les tabourets employés naguère dans certains ballets pour composer le bouquet de poses finales. Mais, le choix de Vivaldi et la raison spirituelle du Stabat Mater (La Mère se tenait debout), qui célèbre la compassion de la Vierge aux douleurs de son fils crucifié, ont conduit à lâcher cet artifice pour un autre : des lanternes bricolées dans des pots de peinture. Sans doute, mieux aurait valu se débarrasser du super superflu, d’autant qu’en ouvrant à une joie intime, profonde, indéfinissable, la musique de Vivaldi permet d’approcher les cimes de l’être. Mais comme l’écrit le dominicain André Lendger (1929-2005), aumônier des artistes, qui dans les années 1970 exerça aussi son ministère auprès du monde de la nuit : « Il est plus facile aujourd’hui de gravir un sommet de 8 000 mètres que de monter de quelques centimètres à l’intérieur de soi. » Thierry Malandain

Ballet pour 20 danseurs
Musique : Antonio Vivaldi
Chorégraphie, décor et costumes : Thierry Malandain

Avis du public : Malandain Ballet Biarritz

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment