La Mer

1
2
3
4
5
  • 8 commentairess
Comédie-Française - Salle Richelieu, Paris
Du 05 mars au 15 juin 2016
Durée : 2 heures environ

Avis du public

1
2
3
4
5
Par

05 juin 2016 à 08:46

Niveau des acteurs inegal, ce qui est rare à la CF. La traduction française est bourrée de "faux amis" qui font sourire. Décevant, car j'attendais plus de cette version.
1
2
3
4
5
Par

31 mai 2016 à 15:46

Malgré un sujet qui semblait très sérieux (et dont le fond du message échappe un peu), pièce de théâtre très drôle, Hervé Pierre est excellent
La mer
1
2
3
4
5
Par

27 mai 2016 à 18:04

La mer Nous réjouissions d'aller a la comédie Francaise et avons été Tres tres déçus par ce texte qui traite de l'absurde et qui nous a beaucoup ennuyé . Les décors sont par contre magnifiques ainsi que la mise en scène parfaite .La diction est très bonne mais Cecile Brune a du mal à se faire entendre au 2ème balcon Pourquoi faire jouer au Français des auteurs étrangers si ennuyeux !!
1
2
3
4
5
Par

11 mai 2016 à 08:19

Une philosophie intéressante , une mise en scène créative réussie, une troupe soudée mais la pièce longue comporte des faiblesses
1
2
3
4
5
Par

14 avril 2016 à 09:13

Tres bonne interprétation, jolis décors, mais le fond du message échappe un peu, des lourdeurs (la pièce dans la pièce) et ce n'est ni vraiment tragique ni vraiment comique, on s'ennuie un peu.
Remarquable
1
2
3
4
5
Par

12 mars 2016 à 17:46

Remarquable Un spectacle profond et drôle ! Joué à la perfection ! Une scénographie magnifique ! Une découverte pour moi ! Courrez y !
1
2
3
4
5
Par

11 mars 2016 à 11:42

Un début très fort, puis ensuite des faiblesses . Il aurait fallu plus de burlesque dans la pièce d'Orphée et moins de développement philosophique dans la scène finale ( le texte anglais aurait-t-il été traduit trop littéralement?)
En demi teinte
1
2
3
4
5
Par

11 mars 2016 à 10:10

En demi teinte Un peu déçu par cette pièce, dont je ne connaissais pas le texte, mais qui semble avoir perdu de sa saveur tant par la traduction en français que par la mise en scène. Difficile en la découvrant pour la première fois, de dire précisément ce qui maqnue : mais probablement un brin de folie, un peu plus d'humour absurde (notamment pendant la petite représentation d'orphée), des décors moins grandiloquents, qui viendraient alléger le propos et le sortir d'un premier degré qui ne fait pas très anglais, justement.