Je suis une fille sans histoire

1
2
3
4
5

Théâtre du Rond-Point , Paris

Du 30 mars au 11 avril 2021

CONTEMPORAIN

,

Seul(e) en scène

Existe-t-il une différence fondamentale entre la fiction et le mensonge ? Seule en scène, performeuse et conférencière, Alice Zeniter démonte les histoires et leur construction, remonte à l’origine des épopées, mythes fondateurs, pour questionner nos rapports aux fictions, contes de fées versus fake news et storytelling.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 32,50 €,31,50 € pour les adhérents

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
Consignes sanitaires
Les théâtres appliquent les directives sanitaires. Merci de respecter les gestes barrières, de vous munir d'un masque et de le porter lorsqu'il est exigé.
 

Je suis une fille sans histoire

De

Alice Zeniter

Avec

Alice Zeniter

Elle apprend à l’école que les spermatozoïdes, fonceurs et frondeurs, prennent l’ovule d’assaut, bastion sans volonté de la fécondation. Elle découvre plus tard que, au contraire, l’ovule, hyperactif, attire et enlace les bestioles agitées. Alice Zeniter s’interroge : « Est-ce que le récit de la fécondation n’est pas tout simplement le produit d’une époque sexiste ? » Fictions, histoires d’amour, autobiographies, découvertes scientifiques... Que met-on en lumière quand on met sa vie, son imaginaire ou le monde en récit ? Quand et où sont-elles nées, les histoires ?

Seule en scène, performeuse et conférencière, Alice Zeniter démonte les histoires et leur construction, remonte à l’origine des épopées, mythes fondateurs, pour questionner nos rapports aux fictions, contes de fées versus fake news et storytelling.

Elle écrit depuis toujours, fonde sa compagnie en 2013, l’Entente Cordiale, crée les spectacles Un Ours, of cOurse, L’Homme est la seule erreur de la création, Passer par-dessus bord. Romancière, Alice Zeniter reçoit le prix du Livre Inter pour Sombre Dimanche, le prix Renaudot des lycéens en 2015 pour Juste avant l’oubli puis le prix du Monde et le prix Goncourt des lycéens, entre autres, pour L’Art de perdre en 2017. Sous le regard complice de Matthieu Gary, acrobate, elle se met en scène elle-même avec malice et rigueur dans un libre cours d’initiation à la sémiologie et à la narratologie.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Je suis une fille sans histoire

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment