Iphigénie en Tauride

1
2
3
4
5

Opéra Garnier , Paris

Du 14 septembre au 02 octobre 2021
Durée : 2h15 avec entracte

MUSIQUE & DANSE

,

Coups de coeur

,

Opéra

Reprise attendue de la mise en scène de Krzysztof Warlikowski, une Iphigénie bouleversante, où les personnages au crépuscule de leur existence n’en finissent pas d’être hantés par leur passé. Attention Pass sanitaire demandé.

Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 151,50 €

Prix tous frais inclus


Consignes sanitaires
Les théâtres appliquent les directives sanitaires actuelles qui comprennent la possible présentation à l'entrée en salle d'un pass sanitaire valide. Merci de respecter les gestes barrières et de vous munir d’un masque dont le port est obligatoire.
 

Photos & vidéos

Iphigénie en Tauride

De

Christoph Willibald Gluck

,

Nicolas-François Guillard

Mise en scène

Krzysztof Warlikowski

Direction musicale

Thomas Hengelbrock

Avec

Julien Behr

,

Nicole Chevalier

,

Marianne Croux

,

Christophe Gay

,

Jacques Imbrailo

,

Jeanne Ireland

,

Jean-François Lapointe

Attention Pass sanitaire demandé. L'entrée en salle est soumise à la présentation d’un Pass sanitaire (exigible dès l’âge de 11 ans), conformément aux directives gouvernementales pour les salles accueillant plus de 1000 personnes.

En langue française. Surtitrage en français et en anglais.

« Le calme reparaît, mais au fond de mon cœur, Hélas ! L’orage habite encore. » Iphigénie, Acte I

  • Tragédie lyrique en quatre actes (1779)

L’ultime tragédie lyrique de Gluck met en scène trois personnages tourmentés par ce que la psychologie contemporaine qualifierait de réactions post-traumatiques : Iphigénie, rescapée du sacrifice exigé par la folie guerrière de ses compatriotes, Oreste, rongé par le remords d’avoir assassiné sa mère, et le roi Thoas, obsédé par des visions cauchemardesques de sa propre mort. Le metteur en scène Krzysztof Warlikowski situe l’oeuvre dans l’univers d’une maison de retraite, où l’héroïne, pensionnaire vieillissante, est hantée par son passé. Dans ce huis clos étouffant se confrontent des personnages aussi mythiques que réels, afin de mettre fin au cycle perpétuel de la violence.

  • Résumé par acte

ACTE I  
Une tempête se déchaîne. Les prêtresses prient les dieux de ne pas les punir et de les libérer enfin de leur sanglante tâche. Iphigénie fait toujours les mêmes rêves : un père aimant, qui pose la main sur elle et qui se retrouve couvert de sang, sa mère qui tient le couteau à la main et son frère Oreste contre lequel elle-même lève le couteau. La tempête s’apaise et Iphigénie raconte ses cauchemars. Elle maudit son destin et implore la déesse Diane de lui accorder une mort libératrice. Thoas, roi de Tauride, opprime Iphigénie. Il ne dort plus et souffre d’un délire de persécution : il craint de mourir de la main d’un étranger, comme un oracle le lui a prédit. Pour éviter cela, Thoas demande de nouveaux sacrifices humains. Un messager apporte une nouvelle : la tempête a fait échouer deux Grecs. Les gardes les ont capturés. Thoas est amené auprès d’eux et ordonne que leur sacrifice soit préparé. La perspective de ce nouveau sacrifice met la cour de Thoas en état d’euphorie.  

ACTE II  
Les deux prisonniers grecs sont enchaînés. Il s’agit du frère d’Iphigénie, Oreste, et de son ami Pylade. Oreste a commis une grave faute : il a assassiné sa mère. Il se mure dans le silence et maudit son destin. Pylade essaie de le réconforter. Pour lui, mourir avec Oreste est un honneur. Les gardes séparent les deux amis. Oreste demeure seul et est assailli par les furies : le souvenir de son crime le hante. Sa mère assassinée lui apparaît. L’illusion disparaît et il remarque qu’il ne s’agit pas de sa mère mais d’une prêtresse entrée dans sa cellule. Tous deux commencent à parler, se disent qu’ils sont originaires de Mycènes mais cachent leur identité et leur nom. Iphigénie torture le prisonnier grec en lui posant une foule de questions sur son pays. Elle apprend de tristes vérités et un mensonge : Clytemnestre a tué son mari Agamemnon à son retour de la guerre et son fils Oreste l’a ensuite tuée pour venger son père. Oreste aurait ensuite trouvé la délivrance dans la mort. Ces paroles confirment les visions d’Iphigénie : sa famille n’existe plus. Avec les autres prêtresses, elle prépare une cérémonie mortuaire en l’honneur de son frère mort.  

ACTE III  
Iphigénie est anxieuse, elle ressent de la sympathie pour le prisonnier, qui lui rappelle son frère. Elle décide de sauver l’un des deux prisonniers de la mort et de lui confier une lettre adressée à sa soeur Électre, restée à Mycènes. Iphigénie explique son projet aux deux prisonniers grecs. Les amis discutent âprement pour décider qui doit mourir pour sauver l’autre. Iphigénie doit choisir entre les deux. Elle hésite longtemps avant de décider de libérer Oreste. Oreste reproche à Pylade de ne pas avoir exaucé son plus grand souhait en ne lui permettant pas d’être libéré de son crime par la mort. Il menace Iphigénie de se suicider et l’oblige à modifier sa décision. C’est finalement Pylade qui est libéré.  

ACTE IV  
Iphigénie se prépare pour le rituel du sacrifice. Elle veut occulter tout sentiment de compassion et de peine. Les prêtresses préparent la victime. Face à la mort, Oreste repense à sa soeur Iphigénie sacrifiée en Aulide. Iphigénie reconnaît son frère au moment du sacrifice. Elle ne le tue pas. Malgré le fait qu’il ait tué sa mère, elle continue à l’aimer. Thoas découvre la fuite de Pylade. Il se sent trahi par Iphigénie et exige qu’Iphigénieet Oreste soient immédiatement tués. Pylade arrive à la tête d’une troupe de Grecs et tue Thoas. Les Grecs ont le dessus dans la bataille et veulent exterminer jusqu’au dernier des Scythes. La déesse Diane empêche le massacre. Oreste demande aux dieux l’expiation de son meurtre et s’apprête à rentrer à Mycènes avec sa soeur. Les Grecs et les Scythes fêtent avec allégresse la paix et la dignité humaine.

Musique : Christoph Willibald Gluck
Livret : Nicolas-François Guillard d’après Guymond de La Touche d’après Euripide
Direction musicale : Thomas Hengelbrock
Mise en scène : Krzysztof Warlikowski
Décors et costumes : Malgorzata Szczesniak
Lumières : Felice Ross
Vidéo : Denis Guéguin
Chorégraphie : Claude Bardouil
Dramaturgie : Miron Hakenbeck
Chef des Choeurs : Alessandro Di Stefano
Orchestre et Choeurs de l’Opéra national de Paris

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Iphigénie en Tauride

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment