Eldorado Dancing

1
2
3
4
5

Théâtre Jean Vilar à Vitry-sur-Seine , Vitry sur Seine

Le 08 mars 2020
Durée : 1h30

CONTEMPORAIN

,

Société

Eldorado Dancing met en scène la jeunesse contemporaine face aux institutions, aux préjugés, aux injustices sociales, et face à ses propres désirs dans un univers où les frontières entre l’espace virtuel et l’espace réel deviennent insaisissables. Métie Navajo poursuit ainsi sa réflexion déjà entamée sur la jeunesse et l’expression de sa violence dans une écriture personnelle, lumineuse et drôle. À partir de 14 ans.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 13,50 €

Prix tous frais inclus


 

Photos & vidéos

Eldorado Dancing

De

Clément Bouvier

,

Métie Navajo

Chorégraphie

Aurélie Gandit

Mise en scène

Cécile Arthus

Avec

Clémentine Billy

,

Ghislain Decléty

,

Lucie Digout

,

Issam Rachyq-Ahrad

À partir de 14 ans.

Devant l’Eldorado Dancing, discothèque perdue dans le périurbain, Sofiane, interdit d’entrer adresse longuement ses doléances à l’œil muet de la caméra de surveillance. Salomé, elle, entre et sort, en quête de sensations et de « vues », car elle est ce soir-là l’héroïne du célèbre webshow de Merlin le Démon : Fête dans ta tête.

La nuit avance, rythmée par les récits de l’intérieur de la boîte de nuit, les rondes de l’agente de police Maryam Benchaouche et les apparitions de Merlin le Démon, qui s’infiltre de plus en plus dans l’action et les esprits. A l’arrière-plan, une figure énigmatique les réunit : Shéhérazade, morte lors d’un rassemblement. Icône de la toile pour Salomé, camarade de lutte pour Sofiane, et terrible spectre pour la police, son ombre plane sur tous les protagonistes. Sous l’œil des followers affamés d’événements, la possibilité d’entrer dans l’Eldorado Dancing devient peu à peu une question politique.

Dans le prolongement de Taisez-vous ou je tire, Eldorado Dancing met en scène la jeunesse contemporaine face aux institutions, aux préjugés, aux injustices sociales, et face à ses propres désirs dans un univers où les frontières entre l’espace virtuel et l’espace réel deviennent insaisissables. Métie Navajo poursuit ainsi sa réflexion déjà entamée sur la jeunesse et l’expression de sa violence dans une écriture personnelle, lumineuse, drôle, une poétique pour chaque personnage, chacun ayant sa langue, son rythme, son chant.

« Le monde c’est l’abattoir la terre ploie sous nos pieds Mais le vendredi soir je veux pas crever devant des séries télé... De fête je suis affamée de fête je suis assoiffée »

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Eldorado Dancing

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment