Che Malambo

1
2
3
4
5

Bobino , Paris

Du 30 janvier au 21 avril 2019
Durée : 1h10

MUSIQUE & DANSE

,

Coups de coeur

,

Danses latines

,

Grand spectacle

,

Musiques latines

Che Malambo est un ballet unique en son genre : telle une horde sauvage, emportée, énigmatique, les danseurs, mi-hommes mi-chevaux expriment toute la virtuosité du Malambo. Une fête rythmique et alternative, sans retenue, sensuelle et puissante, interprétée brillamment ! Tarif promotionnel valable pour les places réservées jusqu'au 17 février.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 19 €

Prix tous frais inclus


 

Photos & vidéos

Che Malambo

Chorégraphie

Gilles Brinas

Avec

Federico Arrua

,

Fernando Castro

,

Francisco Matias Ciares

,

Claudio Daniel Diaz

,

Miguel Angel Flores

,

Federico Gareis

,

Fernando Gimenez

,

Walter Kochanowski

,

Facundo Lencina

,

Gabriel Adrian Lopez

,

Daniel Medina

,

Matias Rivas

  • Ballet unique en son genre

Avec une vitalité masculine superbement affirmée, les douze artistes offrent du premier au dernier souffle un spectacle vibrant des traditions de la pampa, bien loin des clichés folkloriques.

Che Malambo est un ballet unique en son genre : telle une horde sauvage, emportée, énigmatique, les danseurs, mi-hommes mi-chevaux expriment toute la virtuosité du Malambo.

Ils se défient en frappant les zapateados, battent la mesure et rythment le galop avec le bombo, gros tambour en bois et en peau, et font tourner les boleadores, lassos munis de boules de bois aux extrémités, de façon vertigineuse.

À côté du tango, le Malambo est l’autre danse nationale de l’Argentine, celle qui puise dans la tradition des gauchos de la pampa et transforme l’exubérance physique du cavalier en virtuosité dansée.

Une fête rythmique et alternative, sans retenue, sensuelle et puissante !

  • La presse

« A provoqué un tonnerre d’applaudissements. » The New York Times

  • Le Malambo

Le Malambo, à l’origine, est une danse individuelle, exclusivement masculine. Deux hommes face à face, sur la plus petite superficie possible, s’affrontent dans un duel de zapateado (claquement des pointes et des talons dans la danse hispanique) jusqu’à ce que l’un d’entre eux déclare forfait. Le Gaucho solitaire qui descend rarement de sa monture – sur laquelle il vit, dort et mange – exprimerait ainsi sa vigueur. Sans doute extériorise-t-il ce qui, sans fin, lui passe à travers le corps : le rythme de son cheval.

Cette manière si particulière et fougueuse de danser s’est popularisée au début du XIXème siècle en Argentine. Deux styles essentiellement prédominent : « El Brio del Norteno » et « La Elegancia del Sureno ».

El Norteno – Le Nord, caractérisé par sa puissance, son agilité et sa dextérité, soutenu par une force naturelle traduite rythmiquement par les bombos. Les bottes des danseurs sont hautes, d’un cuir épais, aux talons imposants pour des zapateados puissants. El Sureno – Le Sud, contraste avec le Nord par sa puissance soutenue. L’interprète doit faire preuve d’ingéniosité et de souplesse laissant de côté l’exubérance explosive pour une intériorité grave et solennelle. Si les pieds sont nus, le sol sera frappé avec la même intensité. Au nord comme au sud, on tourne les boleadoras. Les boules frappent le sol en parfaite synchronisation avec les pieds des danseurs, faisant naître une étonnante dynamique du mouvement.

Toujours influant dans l’Argentine d’aujourd’hui, cette tradition a réussi, non seulement, à survivre en plein XXème siècle, mais à s’enrichir constamment et à se perpétuer de génération en génération.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Che Malambo

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment