À ceux qui viendront après nous

1
2
3
4
5

Nouveau Théâtre de Montreuil - Salle Maria Casarès , Montreuil

Du 14 au 22 juin 2022
Durée : 1h30

MUSIQUE & DANSE

,

Théâtre musical

Mathieu Bauer nous invite au cœur du territoire miné de la bureaucratie et de sa tentaculaire administration. Dans cet étourdissant labyrinthe kafkaïen, les silhouettes, les seconds rôles et les figurants deviennent les personnages principaux d’une histoire re-racontée de l’Amérique.

Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 9 €

Prix tous frais inclus


Promotions
Promotions exclusives pour les adhérents
Consignes sanitaires
La présentation du pass vaccinal est suspendue dans tous les endroits où il était exigé. Le port du masque n'est plus obligatoire mais recommandé.
 

À ceux qui viendront après nous

De

Jean-Philippe Gross

,

Marion Stenton

Mise en scène

Mathieu Bauer

Avec

Carla Audebaud

,

Mathieu Bauer

,

Sylvain Cartigny

,

Yann Del Puppo

,

Quentin Ehret

,

Kadir Ersoy

,

Gulliver Hecq

,

Simon Jacquard

,

Emilie Lehuraux

,

Aurore Levy

,

Joséphine Linel-Delmas

,

Pauline Vallée

,

Cindy Vincent

,

Sefa Yeboah

Les élèves du groupe 46 de l’école du Théâtre national de Strasbourg ont embarqué durant leur dernière année d’étude avec Mathieu Bauer et Sylvain Cartigny pour une épopée musicale absurde et abrasive. Ensemble, ils forment l’orchestre vagabond des demandeurs qui occupent les couloirs du grand Théâtre de l’Oklahoma, décor du dernier chapitre de L’Amérique de Kafka. Leur appétit, leur envie, leur désir de s’emparer de tous les rôles font exploser les assignations et repoussent les murs des salles d’attente où on les confine. L’énergie vitale du groupe nous parvient à travers une myriade de scènes, écrites pour eux par Marion Stenton, également élève dramaturge à l’école du TNS. D’un côté, les mesureurs méticuleux, les gestionnaires et leur sémantique administrative désarmante ; de l’autre, les ventres vides, les accents de l’urgence, le tremblement du trac, les inflexions rageuses de la nécessité.

L’univers musical de Sylvain Cartigny et de Jean-Philippe Gross ouvre d’autres espaces, d’autres temporalités, pour faire entendre, derrière la joyeuse polyphonie des langues qui se bousculent, dans les interstices et les silences, les appels de détresse des laissés-pour-compte du dreamland américain. Ici, Noël se fête dans un ouragan blanc de papiers. Mais qu’y a-t-il au-delà du formulaire ? La possibilité d’un troc, d’un échange de récits. Une main se tend, appelle, montre, une main donne. Quand les récits d’adversité occupent la scène, on aperçoit dans un recoin le point de lumière tremblant d’une cigarette partagée, réconfort éphémère mais signe bien réel, rougeoyant, d’une humanité (encore) commune.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : À ceux qui viendront après nous

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment