Romaric Bourgeois

1
2
3
4
5



+ d’infos

Prochainement à l’affiche

Mille francs de récompense jusqu'à 33% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Cartoucherie - Théâtre de l'Aquarium Paris | du 22 mars au 08 avril 2018 | Durée : 1h30
CLASSIQUE
RESERVER

À partir de 11 €

 

Anciennement à l’affiche

Page en construction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Cartoucherie - Théâtre de l'Aquarium Paris | du 10 au 22 mai 2016
CONTEMPORAIN

Spectacle terminé depuis le 22 mai 2016

 

Romaric Bourgeois

Musicien éclectique et talentueux, son parcours témoigne de sa curiosité pour différentes inspirations et références musicales aussi bien que pour des réalisations scéniques variées.

En 1995 est créé le groupe Chitan dont il est le guitariste pendant deux ans avant d’en devenir le chanteur. Ce groupe, classé fusion, mélange plusieurs influences (rap, métal, acid jazz, techno...).

Désireux d’adapter sa musique à l’expression scénique, Romaric collabore ensuite, à partir de 1999 et durant neuf ans, avec la compagnie de danse Accrorap dirigée par Kader Attou, actuel directeur du Centre chorégraphique de La Rochelle. À partir de 2006, il s’intéresse aux musiques arabes, pratiquant notamment la mandole, puis en 2008, son intérêt s’oriente sur les musiques électro, il travaille et compose avec différents logiciels. La même année, il intègre en tant que guitariste et chanteur le groupe Kouloukan (afro-électro).

En 2011, il crée le groupe Suj. Inc., d’abord composé de trois musiciens (guitare-mandole, bassemachines, batterie-machines), puis de quatre avec l’arrivée de Tof (sax-machines). Suj. Inc. élabore un set de compositions instrumentales électro-ethno-rock.

Aujourd’hui, Romaric, nourri par ces influences de musiques rock, électro, africaine et arabe, invente un style et des sonorités propres pour les mettre au service de la scène.

Avis du public : Romaric Bourgeois

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire