Vieux Colombier - Comédie Française

21 rue du Vieux-colombier, 75006 Paris

Saint-Michel


+ d’infos

Vieux Colombier - Comédie Française

Accueil du public
Fondateurs et amis
L'Athénée Saint-Germain
La troupe
1920-1922
1923-1924
1930-1955
1958-1971
Après la réouverture en 1993

  • Accueil du public

La salle est accessible aux personnes à mobilité réduite, merci de le préciser avant votre commande au 0 820 811 111 (pour vérification des disponibilités).
Le théâtre dispose de WC adaptés pour les handicapés.

Un bar restaurant est à votre disposition de 11h à 20h. Ainsi qu'une libraire boutique les soirs de spectacle.

La salle possède un vestiaire et est climatisée.

  • Fondateurs et amis

C’est un véritable manifeste que le texte publié dans la NRF de septembre 1913, sous le titre : Un essai de rénovation Dramatique. Copeau y affirme son ambition de rendre au théâtre son « lustre et sa grandeur ».

Il a 34 ans et sait clairement ce qu’il veut. Il n’acceptera aucun compromis : « Pour l’œuvre nouvelle, qu’on nous laisse un plateau nu », « Bonne ou mauvaise, rudimentaire ou perfectionnée, nous entendons nier l’importance de toute machinerie. » Si nu que soit le plateau que Copeau entend offrir à l’acteur, il relève néanmoins d’une conception architecturale parfaitement calculée.

Louis Jouvet et Jacques Copeau joueront le choix des lumières, des matières, des couleurs et des costumes dès la première saison 1913-1914. Même s’il refuse de succomber aux prestiges de la machinerie, Copeau ne remet pas en cause cette conquête. Encore une fois, Copeau dira : « Nous voulons apporter dans notre travail une grande probité. Nous voulons relever très haut le point de vue professionnel de l’acteur. »

« Si nous ne trouvons dans notre enseignement pleine satisfaction, vous resterez cependant à nos yeux le seul maître vivant, le seul homme d'action qui, jusqu'au jour présent, ait honoré le théâtre contemporain et l'ait marqué de son empreinte... Nous vous aimons surtout parce que vous êtes Antoine : un homme sincère, loyal et vaillant ....Depuis que vous êtes le " patron " , Monsieur, il n'y en a pas d'autre. » Lettre de Jacques Copeau à Antoine, octobre 1913.

Haut de page

  • L'Athénée Saint-Germain

Le 23 octobre 1913, le théâtre du Vieux-Colombier ouvre ses portes dans l'ancien Athénée-Saint-Germain sous l'impulsion de Jacques Copeau, critique littéraire, co-directeur de La Nouvelle Revue Française, metteur en scène, acteur et directeur de troupe.

Francis Jourdain agrandira la scène et le proscénium : un nouveau cadre de scène noir et un célèbre rideau vert pour la salle du Vieux-Colombier.

Durant la première saison 1913-1914, Jacques Copeau et sa compagnie marquèrent tout de suite une volonte de rupture avec le goût et les moeurs du théatre contemporain. En huit mois le Vieux Colombier affichera quinze pièces : « L'alternance est le meilleur des stimulants » Jacques Copeau.

La première saison du Vieux-Colombier commence en 1913 dans l'indifférence. Elle s'achève en mai 1914 dans l'enthousiasme général, avec La nuit des rois de William Shakespeare. Un triomphe dont les échos retentirent dans toute l'Europe.

Haut de page

  • La troupe

Jacques Copeau, Louis Jouvet, régisseur général et comédien et une partie de la troupe, dont Charles Dullin, se rendront à New-York. Ils donneront jusqu'en avril 1919, 345 représentations en 283 jours, dont Le misanthrope.

« Tout jaillit trop vite dans ce sol vierge. La graine suit de trop près la fleur. un homme ici s'épuise plus vite qu'ailleurs. Or, l'artiste ne peut découvrir que très lentement ce que Dieu lui confie. Si cette notion de succès rapide et brutal peut-être fructueuse dans le monde industriel et commercial, elle est absolument désastreuse du point de vue de l'art. » Jacques Copeau.

Le 9 février 1920, après plus de cinq ans d'interruption, la salle parisienne retrouve son public avec Le conte d'hiver de Shakespeare où Louis Jouvet joue
le rôle d' Autolycus.

En avril 1920, le succès des Fourberies de Scapin avec Copeau dans le rôle de Scapin, prouve que la souplesse et la virtuosité de la troupe en font l'une des plus homogènes de Paris.

Haut de page

  • 1920-1922

La troupe fait alterner reprises et créations dont La mort de Sparte de Jean Schlumberger et, parallèlement aux spectacles, sont proposées des conférences et des matinées musicales.

Elle célèbre le centième anniversaire de Dostoïevski avec la reprise des Frères Kamarazov, ainsi que le tricentenaire de Molière avec la reprise du Médecin Malgré lui et du Misanthrope. Le théatre accueille les artistes russes avec La mort joyeuse de Nicolas Evréïnoff.

Haut de page

  • 1923-1924

Les dernières saisons sont marquées par le rytme toujours aussi intense des spectacles et par l'importance croissante de l'école et l'organisation de lectures dramatiques, concerts, récitals.

En mai 1924, Le Vieux-Colombier ferme ses portes et Copeau, épuisé par un labeur incessant, cède le théâtre à Pitoëff et se retire en Bourgogne avec quelques fidèles.

Les « Copiaux » montent désormais le « tréteau nu » dans les villages, le théâtre s'évade hors du théâtre : « Nous cherchons un public... (Nous voulons voir) les ouvriers de la vigne et des champs, les commerçants, les bourgeois, les fonctionnaires, les chatelains, comme au moyen âge, s'assembler pour nous entendre et prendre à nos jeux un plaisir commun. »

En novembre 1924, Jean Tedesco prend la direction du Vieux-Colombier jusqu'en 1934. Il fait découvrir au public le cinéma d'avant garde : Abel Gance, Griffith, Louis Delluc, Jean Epstein, Marcel L'herbier, Charlie Chaplin...

Haut de page

  • 1930-1955

En décembre 1930, La compagnie des Quinze, composée de comédiens formés par J. Copeau et dirigés par Michel Saint-Denis, reviennent au Vieux-Colombier.

En mai 1935, sous la nouvelle direction de René Rocher et dans une salle réaménagée par le décorateur André Boll, la réouverture est marquée par une pièce de Pierre Brasseur, Grisou.

En 1935-1936, le début de la saison voit le succès de Elisabeth, la Femme sans homme d'A.Josset. En 1940, Jacques Copeau devient administrateur provisoire de la Comédie Française.

En 1943, Paul Annet Badel prend la direction du Vieux-Colombier juqu'en 1955. C'est le début de la vague " Existentialisme " .

Le 13 janvier 1947, Antonin Artaud tient une conférence devant une salle bondée où sont présents : Roger Blin, Paulhan, Adamov, Gide, Breton, Camus, Braque, Picasso, Derain, Michaud, Audiberti, etc.

En 1948, dans la cave située sous le théatre, le club du Vieux-Colombier accueille le jazz New Orléans avec Claude Luter, Sidney Bechet et parfois Boris Vian... En avril 1955, Jacques Fabbri met en scène La famille Arlequin, comédie en 16 tableaux de Claude Santelli.

Haut de page

  • 1958-1971

En janvier 1958, Paolo Paoli d'Arthur Adamov, mis en scène par Roger Planchon dans les décors de René Allio, marque l'avènement d'un théâtre politique.

En janvier 1961, le théâtre du Vieux-Colombier reprend le nom de " Jacques Copeau " sous la direction de Bernard Jenny. La chanson entre au programme avec un récital Léo Ferré, puis Catherine Sauvage en décembre 1961 et Guy Béart en 1965.

En juillet 1961, dans le cadre du théatre des nations, le Living Théâtre de Julian Beck monte Dans la jungle des villes de Berthold Brecht et le Volkstheater de Vienne, Le Balcon de Jean Genet.

D'octobre 1968 jusqu'en novembre 1969, Laurent Terzieff participe amplement à la vie du Théatre à l'enseigne des 2 colombes. Il monte et interprète successivement les chinois et Fragments de Murray Schisgall, puis les voisins et le triangle de James Saunders, et enfin la Valse des chiens d'Andreiff.

En décembre 1970, la comédienne Marthe Mercadier prend la direction du Vieux-Colombier jusqu'en octobre 1971 et y multiplie les activités : spectacles pour enfants, théatre de minuit, cabaret...

Haut de page

  • Après la réouverture en 1993

Racheté par l’Etat en 1986, le Théâtre du Vieux-Colombier est attribué à la Comédie-Française en 1989. Il faudra attendre la fin des travaux en 1993, pour voir la Comédie-Française interpréter les pièces tirées d’un répertoire exclusivement contemporain.

En 1993-1994, la direction Artistique est confiée à Jacques Lassalle et Jean-Pierre Miquel. Puis Jean-Pierre Miquel continue seul de s'en charger de1993 à 2001.

Haut de page

Avis du public : Vieux Colombier - Comédie Française

Donnez votre avis