Michel Galabru

  • Du terrain de foot à la scène de la Comédie Française

Né le 27 octobre 1922 à Safi, au Maroc, Michel Galabru, fils d'un professeur de l'École Nationale des Ponts-et-chaussées, n'a qu'une idée en tête : devenir professionnel de football. C'est pourtant au théâtre qu'il trouve sa vocation. Il monte à Paris où, après deux ans de préparation, il passe avec succès le concours d'entrée au Conservatoire d'art dramatique. Le jeune comédien obtient un premier prix et entre à la Comédie Française en 1950. Il joue les classiques et en 1951, Jean Devaivre lui propose un premier rôle au cinéma dans Ma femme, ma vache et moi. Il quitte la Comédie Française en 1957 et commence une carrière sur les scènes de boulevards. Il interprète ensuite beaucoup de petits rôles dans des films mineurs.

  • Le début de la carrière cinématographique

A partir des années 1960, ses rôles s'étoffent, avec l'arrivée de La Guerre des boutons, le grand succès d'Yves Robert, et surtout Le gendarme de Saint-Tropez de Jean Girault. Son air bourru et franchouillard souvent dépassé par les évènements lui vaut d'interpréter l'adjudant Gerber, chef de " Louis De Funès " Cruchot. Les cinq épisodes du Gendarme, bien qu'inégaux, sont des succès populaires.

  • Les premiers grands rôles

En 1972, Le Viager lui ouvre une nouvelle carrière. Il aura attendu vingt ans pour que son talent soit reconnu. L'acteur se voit proposer des rôles dramatiques : une silhouette remarquée dans Section spéciale de Costa-Gavras, puis des premiers rôles, dont celui du policier pervers dans Monsieur Balboss de Jean Marboeuf, et surtout celui qu'il interprète face à Philippe Noiret dans Le Juge et l'Assassin de Bertrand Tavernier, qui le consacre meilleur acteur de l'année lors de la remise des Césars. En 1978, il entame une autre comédie de trois volets. Dans La Cage aux folles, Galabru, en respectable père de famille de son état, se retrouve confronté au couple complètement déjanté Michel Serrault / Ugo Tognazzi. On le voit ensuite en inspecteur de police dans Subway de Luc Besson.

  • La décennie des années 1990

Dans la décennie des années 1990, Michel Galabru se fait plus rare au cinéma : une dizaine de rôles à peine, dont Uranus de Claude Berri ou Hors jeu, dans lequel il interprète son propre rôle. En 1998, il campe le chef d'un village d'irréductibles gaulois dans Astérix et Obélix contre César de Claude Zidi. Par la suite, il joue aux côtés de Jean-Paul Belmondo et André Dussollier pour Les Acteurs de Bertrand Blier.

  • Filmographie récente

En 2004, Michel Galabru est à l'affiche de deux films : San Antonio, où il donne à nouveau la réplique à Gérard Depardieu, et Nuit noire de Daniel Colas. Avec Pollux, le manège enchanté, il prête pour la première fois sa voix à un film d'animation. Il retrouve cependant le grand succès en 2008 grâce à Bienvenue chez les Ch'tis, le film aux 20 millions d'entrées dans lequel il apparaît. Les rires de ce film le conduiront à une autre comédie, Bouquet final aux côtés de Didier Bourdon et Gérard Depardieu. L'année 2010 est l'occasion pour lui de faire une nouvelle fois l'étendue de la diversité de son jeu puisqu'il apparaît dans deux films aux genres très différents. Il participe à la naissance du personnage culte de Sempé au cinéma avec le film de Laurent Tirard, Le Petit Nicolas, puis change de registre et joue le grand-père d'une jeune fille en fugue dans Un poison violent, le premier long-métrage de la jeune Katell Quillévéré.

Acteur populaire incontournable du cinéma français, Michel Galabru a tourné en tout dans plus de 250 films et téléfilms.

  • Filmographie sélective

Les Lettres de mon moulin (1954), réal. Marcel Pagnol
La Guerre des boutons (1962), réal. Yves Robert
La Cuisine au beurre (1963), réal. Gilles Grangier
Le Gendarme de Saint-Tropez (1964), réal. Jean Girault
Angélique et le roi (1965), réal. Bernard Borderie
Le Gendarme à New York (1965), réal. Jean Girault
Le Petit baigneur (1967), réal. Robert Dhéry
Le Gendarme se marie (1968), réal. Jean Girault
Le Gendarme en balade (1970), réal. Jean Girault
Le Viager (1972),réal. Pierre Tchernia
Le Juge et l'assassin (1975), réal. Bertrand Tavernier
La Cage aux folles (1978), réal. Édouard Molinaro
Flic ou voyou (1978), réal. Georges Lautner
Le Gendarme et les extra-terrestres (1979), réal. Jean Girault
Le Guignolo (1979), réal. Georges Lautner
L'Avare (1979), réal. Louis de Funès et Jean Girault
La Cage aux folles II (1980), réal. Édouard Molinaro
Les Sous-doués (1980), réal. Claude Zidi
Le Gendarme et les gendarmettes (1982), réal. Jean Girault et Tony Aboyantz
L’Été meurtrier (1983), réal. Jean Becker
Papy fait de la résistance (1983), réal. Jean-Marie Poiré
Notre histoire (1984), réal. Bertrand Blier
Réveillon chez Bob (1984), réal. Denys Granier-Deferre
Subway (1985), réal. Luc Besson
Les Eaux dormantes (1991), réal. Jacques Tréfouel
Hors jeu (1998), réal. Karim Dridi
Astérix et Obélix contre César (1999), réal. Claude Zidi
Les Acteurs (1999), réal. Bertrand Blier
La Prophétie des grenouilles (2001), réal. Jacques-Rémy Girerd Nuit Noire (2002), réal. Daniel Colas
San Antonio (2003), réal. Frédéric Auburtin
Vivaldi un prince à Venise (2006), réal. Jean-Louis Guillermou
La jeune fille et les loups (2007), réal. Gilles Legrand.
Neuilly sa mère ! (2008), réal. Gabriel Julien-Laferrière
La Mémoire dans la chair (2010), réal. Dominique Maillet
Le petit Nicolas (2008), réal. Laurent Tirard
Un poison violent (2010), réal. Katell Quillévéré

  • Au théâtre

Les chaussettes. Opus 124 (2007) de et m.e.s. Daniel Colas - Molière 2008 du comédien
On nous a menti ! (2004) one man show de Michel Galabru, m.e.s. Jacques Descombes au Théâtre Marigny
Bon appétit Messieurs de Jean Galabru au Théâtre Comédia
Les Marchands de Gloire de Marcel Pagnol à la Comédie des Champs-Élysées, m.e.s. Michel Fagadau.
La Poule aux oeufs d'or (1994)
Monsieur Amédée d’Alain Reynaud-Fourton au Théâtre Comédia et en Tournée (1991)
Le Bourgeois gentilhomme
(1987) de Molière, m.e.s. Jérôme Savary
L'Hurluberlu
(1987)
La femme du boulanger
(1985) de Marcel Pagnol, m.e.s. Jérôme Savary
La Patemouille (1982)
Les Rustres
de Carlos Goldoni au Théâtre Saint-Georges(1978)
La Claque
(1972)
Les Poissons rouges (1970)

En tant que pensionnaire de la Comédie Française, Michel Galabru se produit entre autre dans les pièces Georges Dandin, Le Bourgeois gentilhomme, Donogoo, Le Dindon, Les Fourberies de Scapin et Le Mariage de Figaro.

Au milieu des années 1980, il crée « Les estivales de Malaucène », dans le Vaucluse, un festival de théâtre qui réunit plus de 50 000 spectateurs durant 8 ans ainsi que de nombreuses personnalités et amis de Michel Galabru, dont Rosy Varte, Micheline Dax ou encore Yolande Folliot.

Michel Galabru transmet son savoir depuis le début des années 1980 grâce à son cours, qui après avoir pris place au Théâtre Montmartre Galabru, puis au Théâtre des Variétés, se déroule aujourd'hui dans le prestigieux Théâtre du Gymnase.

En 2011, il a reçu le Brigadier d'Honneur pour l'ensemble de sa carrière ainsi que la Grande médaille de vermeil de la Ville de Paris.

Avis du public : Michel Galabru

Donnez votre avis