TGP - CDN de Saint-Denis

1
2
3
4
5
+ d’infos

Actuellement à l’affiche : TGP - CDN de Saint-Denis

Ludwig, un roi sur la lune jusqu'à 43% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
TGP - CDN de Saint-Denis Saint-Denis | du 03 au 12 décembre 2016 | Durée : 1h25
CONTEMPORAIN, Biopic
RESERVER

À partir de 25,50 € , 14,50 € pour les adhérents

 

Prochainement à l’affiche

Stéréoptik - Dark Circus jusqu'à 25% de réduction

1
2
3
4
5
  • 1 avis
TGP - CDN de Saint-Denis Saint-Denis | du 10 au 13 mai 2017 | Durée : 1 heure
MUSIQUE & DANSE, JEUNE PUBLIC, A ne pas manquer, Coups de coeur, Primaire
RESERVER

À partir de 8 € , 6 € pour les adhérents

Karamazov jusqu'à 43% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
TGP - CDN de Saint-Denis Saint-Denis | du 05 au 29 janvier 2017 | Durée : 5 heures avec entracte
CONTEMPORAIN, Policier, Russe, Sélection Evénement
RESERVER

À partir de 25,50 € , 14,50 € pour les adhérents

 

Anciennement à l’affiche

Nkenguegi

1
2
3
4
5
  • 0 avis
TGP - CDN de Saint-Denis Saint-Denis | du 09 au 26 novembre 2016 | Durée : 3h20
CONTEMPORAIN, Festival d'automne, Sélection Pièce d'actualité

Spectacle terminé depuis le 26 novembre 2016

 

Photos & vidéos

TGP - CDN de Saint-Denis

  • Accueil du public

Le nouveau restaurant du TGP, Au goût du théâtre , est ouvert !
Vous pourrez y découvrir une carte pleine de saveurs, des plats originaux et des grands classiques, avec une seule devise : tout est frais ! Vous pouvez y dîner ou y boire un verre. Le restaurant est ouvert à tous le midi du lundi au vendredi et les jours de représentations une heure avant et après le spectacle. Réservation : M. Lounes Rahmani : 06 70 91 20 25 ou 01 48 13 70 05

Une navette gratuite est mise à la disposition des spectateurs à l’issue de la représentation, tous les soirs. Elle dessert les arrêts : Porte de Paris – La Plaine Saint-Denis – Porte de la Chapelle – Stalingrad - Gare du Nord – Châtelet.

La navette dionysienne : les jeudis et samedis soirs, si vous habitez à Saint-Denis, une navette gratuite vous reconduit dans votre quartier. Seule obligation : réserver au 01 48 13 70 00.

Il est désormais totalement accessible pour les personnes à mobilité réduite ou atteintes de handicap sensoriel. Les salles Roger Blin, Mehmet Ulusoy et Jean-Marie Serreau ainsi que le restaurant sont désormais accessibles en fauteuil.
Une rampe d’accès est disponible sur la droite du parvis du Théâtre (porte rouge métallique).
Un ascenseur permet l’accès au RDC et à tous les niveaux supérieurs du théâtre.

Les ouvrages de la librairie sont sélectionnés par Folies d’encre, librairie de Saint-Denis. On y trouve des livres de référence sur le théâtre, les textes des spectacles mais aussi une sélection d’ouvrages jeunesse et les coups de cœur des libraires. Les artistes de la saison nous proposent également de découvrir leur bibliothèque idéale. La librairie ouvre 1h avant les spectacles.

Un vestiaire gratuit est à votre disposition.

Le retrait des places peut s'effectuer 1 heure avant le début du spectacle.

  • L'histoire du théâtre

En 1902 la municipalité fait construire Boulevard Jules Guesde une salle des fêtes - dont la charpente métallique a été dessinée par les ateliers Eiffel - réaménagée ensuite bizarrement avec loges et balcons, dans laquelle se mêlent matches de catch, représentations dramatiques ou lyriques, remises de prix, de médailles, bals du samedi soir, galas et meetings politiques. Un bâtiment polyvalent qui, après différentes modifications, est aujourd'hui le Théâtre Gérard Philipe.

Au début des années 50
L'aventure du Théâtre National Populaire porte en banlieues ouvrières ce " luxe inaccessible " qu'est devenu le théâtre, Jean Vilar et ses comédiens se retrouvent dans cette salle municipale à l'acoustique calamiteuse et devant des fauteuils vides. Quasiment personne pour L'Avare, pas mieux lors de La Mort de Danton. L'expérience ne dure que le temps de quelques représentations.

En 1960, le Théâtre est baptisé Gérard Philipe en hommage à l'artiste décédé l'année précédente.

1960 - 1966 : Jacques Roussillon en est le directeur.
En 1963, il fait sortir le théâtre de l'anonymat avec la pièce d'Arthur Adamov Printemps 71, mise en scène par Claude Martin. A cette époque, le métro s'arrête encore aux portes de Paris. Navettes, prix des places abordable, horaires aménagés doivent permettre de conquérir un public dans les classes laborieuses. En 1965, on retape, on agrandit la scène, on change les fauteuils, on refait la peinture.

1966 - 1976 : José Valverde succède à Jacques Roussillon.
Ancien assistant et comédien dans la troupe de Jean-Marie Serreau, co-fondateur du Franc Théâtre, une compagnie qui s'était donnée pour tâche de sillonner la banlieue, il quittera Saint-Denis en 1976. Dix années de travail en équipe (composée de neuf comédiens permanents), de rêves et d'espoirs ; d'animations dans les comités d'entreprises, les écoles, sur les marchés et dans les cités HLM. Sur scène, les productions de José Valverde alternent avec celle de Jacques Luccioni et de son Centre lyrique populaire de France.
En 1968, on casse le théâtre, on rénove, on transforme, on améliore l'accueil, la salle, l'ensemble des équipements.

1976 - 1986 : René Gonzalez prend la direction du Théâtre Gérard Philipe.
Sorti de l'École de la rue Blanche (ENSATT) il est comédien dans la troupe de José Valverde, administrateur puis codirecteur chargé de la programmation. Après la démission de José Valverde, il est nommé au pied levé directeur du théâtre redevenu strictement municipal (privé de la subvention du secrétariat d'État à la Culture, aide accordée alors nominativement aux directeurs de compagnies dramatiques). Il développe alors rapidement des moyens de production et, par une programmation hors pair, fait du Théâtre Gérard Philipe l'un des plus grands théâtres de la région parisienne. Il fait découvrir le Groupe TSE (Alfredo Arias) avec la première version des Peines de cœur d'une chatte anglaise, produit La Bête dans la jungle avec Delphine Seyrig et Sami Frey ; il accueille Klaüs-Mikaël Grüber avec Sur la grand-route de Tchekhov à la Chapelle espagnole de La Plaine Saint-Denis, fait jouer Dell'Inferno mis en scène par André Engel le long de la voie ferrée Gare du Nord - La Plaine.

Dans le même temps, il parcourt l'Europe et revient avec des spectacles inédits en France de : Giovanna Marini, Hauser Orkater (Les Chiens Mexicains), Mike Figgis, Jan Fabre, Mechtild Grossmann, Megumi Satsu, etc.

Au " Terrier " se succèderont Michel Hermon, Anna Prucnal, Richard Bohringer, pendant que les plus grands acteurs jouent sur la scène du Théâtre Gérard Philipe : Gérard Desarthe, Philippe Clévenot, David Warrilow, Alain Ollivier, ou que démarrent de jeunes metteurs en scène comme Saskia Cohen-Tanugi et son décoiffant Marchand de Venise avec notamment Denis Lavant .

Le 1er janvier 1983, le Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis devient Centre Dramatique National de création et de diffusion dramatiques.

1986 - 1989 : Daniel Mesguich, succède à René Gonzalez. Il a 33 ans. Élève d'Antoine Vitez et de Pierre Debauche au Conservatoire, il a fondé une compagnie doublée d'une école, le Théâtre du Miroir.

1989 - 1997 : Jean-Claude Fall succède à Daniel Mesguich.
Il quitte alors la direction du Théâtre de la Bastille où depuis 1982 il faisait se succéder tout ce que la création contemporaine comptait alors de plus inventif, pour prendre celle du Théâtre Gérard Philipe.
Il y monte quatre Tchekhov - Ivanov, Platonov, les Trois Soeurs, Oncle Vania - en une seule saison. En 1992, Chef-lieu d'Alain Gautré ; en 1993, Le Procès de Jeanne d'Arc, textes de Bertolt Brecht, Anna Seghers et Charles Péguy, puis Tempête sur le pays d'Egypte de Maurice Taszman, adaptation Pierre Laville ; Voyage au pays sonore ou l'art de la question de Peter Handke ; en 1995, Hercule Furieux et Hercule sur l'Œta de Sénèque en 1996.

Sous l'impulsion de Jean-Claude Fall, l'idée d'un metteur en scène et d'une troupe de comédiens faisant partie intégrante de l'équipe travaillant au théâtre voit le jour. Il établit alors un cycle de résidences avec :
1991-1994 : Stanislas Nordey et sa compagnie
1992-1994 : Catherine Anne
1994-1996 : Le Théâtre Cazaril (Antoine Caubet, Elisabeth Moreau, Claire Aveline et Thierry Paret)
1996-1997 : le Théâtre des Lucioles

Il programme aussi des festivals parmi lesquels : " Africolor " (festival dirigé par Philippe Conrath, qui présente trois soirées autour de Noël consacrées à la musique mandingue, aux musiciens venus d'Afrique, de Madagascar ou de l'île de la Réunion) et " Enfantillages " en Seine-Saint-Denis, 8ème édition en 1997 de spectacles pour les grandes et les petites personnes, réalisé en collaboration avec Le Cargo de Grenoble.

Depuis 1993 la grande salle porte désormais le nom de Roger Blin et son rideau de scène est un fameux " Carré basculé " , de six mètres de haut et dix mètres de large, conçu par le plasticien François Morellet.

Stanislas Nordey succède à Jean-Claude Fall en 1997. Il retrouve ainsi le Théâtre Gérard Philipe après trois années passées avec les comédiens de sa compagnie, en résidence au Théâtre de Nanterre-Amandiers. Il y développe un projet dit " Théâtre Citoyen " et parie sur une ouverture du théâtre toute l'année, un prix de places unique à 50F, la production et l'accueil de jeunes compagnies et de nouveaux auteurs.

Alain Ollivier est nommé directeur au 1er janvier 2002 jusqu'à décembre 2007. Daniel Jeanneteau est metteur en scène associé pendant cette période. Christophe Rauck est nommé directeur en janvier 2008 jusqu'à décembre 2013.
Le 1er janvier 2014, Jean Bellorini devient directeur du Théâtre Gérard Philipe.

Avis du public : TGP - CDN de Saint-Denis

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire