Actuellement à l’affiche : Huchette

La cantatrice chauve jusqu'à 20% de réduction

1
2
3
4
5
  • 2 avis
Huchette Paris | du 16 février 1957 au 29 juillet 2017 | Durée : 1 heure
CONTEMPORAIN, Coups de coeur
RESERVER

À partir de 28,50 € , 23,50 € pour les adhérents

Le personnage désincarné jusqu'à 29% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Huchette Paris | du 27 septembre au 17 décembre 2016 | Durée : 1h30
CONTEMPORAIN, Coups de coeur
RESERVER

À partir de 29,50 € , 21 € pour les adhérents

 

Prochainement à l’affiche

La poupée sanglante jusqu'à 25% de réduction

1
2
3
4
5
  • 6 avis
Huchette Paris | du 20 décembre 2016 au 25 février 2017 | Durée : 1h30
MUSIQUE & DANSE, A ne pas manquer, Comédie musicale, Coups de coeur, Familial, Policier
RESERVER

À partir de 31,50 € , 23,50 € pour les adhérents

 

Anciennement à l’affiche

La poupée sanglante

1
2
3
4
5
  • 6 avis
Huchette Paris | du 17 juin au 03 septembre 2016 | Durée : 1h30
MUSIQUE & DANSE, A ne pas manquer, Comédie musicale, Coups de coeur, Familial, Policier

Spectacle terminé depuis le 03 septembre 2016

 

Huchette

  • Accueil du public

La salle est accessible aux personnes à mobilité réduite, merci de le préciser avant votre commande au 01 40 13 84 65 (pour vérification des disponibilités).

Le retrait des places peut s'effectuer 1 heure avant le début du spectacle.

De nombreux bars et restaurants vous accueillent à proximité du théâtre.

  • Un petit lieu pour de grands auteurs

C'est dans ce petit coin de Paris, le Quartier Latin, entre le Luxembourg et la Seine, que se sont révélés après la guerre les auteurs, alors fort décriés, qui constituent aujourd'hui l'orgueil de notre patrimoine national. Grâce au sens artistique et au désintéressement des directeurs de quelques petits théâtres, Audiberti, Ghelderode, Pichette, Schéhadé, Adamov, Ionesco, Genêt et Beckett ont réussi à se faire connaître.

Pour évoquer cette époque, Eugène Ionesco est une figure exemplaire. Il est l'auteur dont le théâtre a le plus excité la hargne des " penseurs " . Ce fut d'abord le mépris, puis la dérision. André Breton, Jean Tardieu, Raymond Queneau, Benjamin Péret, Gérard Philippe ont su, dès la Cantatrice Chauve saluer sa valeur.

Jacques Lemarchand, critique éclairé, fut le seul à pressentir l'intérêt de ce que représentait ce théâtre déroutant. Après avoir souligné, dès sa création, l'importance de La Cantatrice Chauve, il écrivait dans le Figaro Littéraire lors de la reprise de la pièce en 1952 :
 " Le théâtre de la Huchette recèle en ses petits flancs de quoi faire sauter tous les théâtres de Paris... C'est le spectacle le plus intelligemment insolent que puisse voir quiconque aime mieux le théâtre que ne le font les directeurs de théâtre, mieux la sagesse que ne le font les professeurs, mieux la tragédie qu'on ne la sert au Grand-Guignol, et mieux la farce qu'on ne le fit jamais au Pont-Neuf. Quand nous serons bien vieux, nous tirerons grand orgueil d'avoir assisté aux représentations de LA CANTATRICE CHAUVE et de LA LEÇON.

Depuis l'ouverture du théâtre du Vieux-Colombier par Jacques Copeau en 1913, le Quartier Latin avait connu autour de l'Odéon huit théâtres : le Vieux-Colombier, les Noctambules, le Quartier Latin, la Huchette, le Lutèce, le Mouffetard, l'Epée-de-Bois et le Kaléïdoscope. Aujourd'hui, il n'en reste plus qu'un seul : le nôtre. Les autres sont devenus cinémas à salles multiples, garages, banques ou immeubles de rapport.

Le théâtre de la Huchette a été créé en 1948 sous la direction de Georges Vitaly qui monta des auteurs tels que Schéhadé, Kataiev, Bréal et Audiberti. En 1952, Marcel Pinard prit sa suite et permit à Tania Balachova, Poliéri, Candelier, Postec, Bataille et Cuvelier de monter Genêt, Lorca, Tourgueniev, Ionesco et Tardieu. En 1975, à la mort de Marcel Pinard, les comédiens du spectacle Ionesco qui étaient alors locataires depuis 1957, s'efforcèrent de sauvegarder " La Huchette " contre vents et marées. Ils s'organisèrent, fondèrent entre eux une S.A.R.L. et animent depuis lors ce théâtre avec passion et opiniâtreté.

  • Un comédien vous fait visiter le théâtre

Imaginez qu'un jour une cantatrice, une vraie - qui chante - se produise au Théâtre de la Huchette.

Imaginez Régine Crespin ou Mady Mesplé donnant le même récital tous les soirs pendant plusieurs dizaines d'années... Difficile à concevoir, n'est-ce pas ? C'est pourtant ce que fait la nôtre, la chauve, qui de surcroît ne chante pas. Elle est comme l'Arlésienne, on en parle, on ne la voit jamais...

Toujours est-il que chauve, silencieuse et invisible, elle est le pôle d'attractions de milliers de spectateurs, jeunes ou vieux, français ou étrangers, qui viennent célébrer avec nous tous les soirs le culte de cette nouvelle religion dont elle est la Déesse.

La vie de cette pièce et de son théâtre est assurément peu banale ! Peu banale d'abord par le site : ce quartier de la rue de la Huchette, de la rue St-Séverin, de la rue Xavier Privas, où le pittoresque côtoie la crasse quand il ne se confond pas avec elle.

Pittoresque, elle l'est aussi notre Cantatrice, il faut croire, puisque sur certains guides touristiques de Paris, le théâtre de la Huchette était inscrit non seulement à la rubrique " Spectacles " mais aussi à la rubrique " Curiosités " ...

Entrons dans le hall. je vois que la petite ardoise accrochée au mur de l'entrée vous intrigue ; on vient justement d'effacer un nom dans la distribution pour le remplacer par un autre. Ne faites pas comme certain spectateur qui, son billet en main, se plaignait de ce que l'on efface le nom de l'interprète de M. Martin pour en inscrire un autre. " Oh, il y a des remplacements ce soir, ça doit être moins bon ! " Or, on inscrivait le nom de Nicolas Bataille, metteur en scène de la Cantatrice et créateur du rôle...

Vous êtes rassurés ? Bon. je vous laisse regarder le spectacle. Si vous voulez, on se retrouve après, je vous ferai visiter les coulisses, je vais rejoindre mes camarades sociétaires et pensionnaires... A tout de suite...

Ça vous a plu ?... Merci. Vous n'avez pas été trop gênés par les relents de guitare, de flûte des hippies, ou de sandwichs grecs ?... Parfait.

Je vous ai dit quelque chose qui vous a surpris tout à l'heure ?... Quand je vous ai parlé de sociétaires et de pensionnaires ?... Non, ce n'était pas une boutade, nous sommes vraiment une " Société " ... comme les Comédiens Français parfaitement... Cette société " Les Comédiens Associés " comporte 25 sociétaires. Ajoutez à cela les " pensionnaires " dont le nombre est difficile à chiffrer et qui n'ont d'autre différence avec les " sociétaires " que de n'être pas les trois premiers par ordre d'ancienneté dans chaque rôle, et vous comprendrez aisément que le spectacle de la Huchette puisse se jouer simultanément au Japon par exemple et à Paris.

Mais je vous avais promis de vous faire visiter les coulisses. Ouvrons cette lourde porte, empruntons ce long couloir quelque peu humide, voilà, vous êtes dans la loge des hommes, juste derrière la scène. Vous reconnaissez les costumes, maintenant dépouillés de leur personnage : le casque du Pompier, la redingote de M. Smith, le chapeau de M. Martin...

Allons maintenant faire un petit tour sur la scène, juste à côté. Elle vous paraît encore plus petite que tout à l'heure quand vous l'avez vue de la salle, c'est que la perspective du décor de Jacques Noël fait remarquablement illusion et agrandit l'espace scénique pour l'œil du spectateur.

Terminons cette rapide visite par la loge des dames. Traversons le couloir.. Voici ce que nous appelons " la grande loge " car elle est moins petite que l'autre. Elle sert aux dames pour se changer, mais c'est surtout notre " foyer "  : c'est ici qu'entre deux pièces on vient bavarder un peu, toute conversation étant impossible dans l'autre loge à cause de la proximité de la scène. C'est ici que l'on apprend les événements de la vie de chacun, vie professionnelle ou familiale, les décès, les naissances. Des naissances, il y en a eu pas mal depuis 1957, déjà la fille d'une de nos camarades a repris le rôle de l'Élève dans " la Leçon " ... La relève est assurée. Avant de vous quitter, une recommandation : dites à vos amis qui n'auraient pas encore vu le spectacle, que des rumeurs alarmistes circulent : il est question d'annoncer les quinze dernières... années ! Plus de temps à perdre !

Un des Smith, Gérard Thirion

Avis du public : Huchette

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire